Un expert dominicain avertit que son pays « pourrait subir un événement sismique à tout moment » et révèle que « de nombreuses constructions ne sont pas antisismiques »

0
3512

tranbleman de tè pa yon fatalite se pare pou nou pare.

Ing. Claude prepetit

L’expert dominicain a défini les tremblements de terre qui ont lieu comme le produit de forces tectoniques qui, à un moment donné, peuvent se manifester dans une partie de l’île puis dans une autre.

Dimanche 22 août 2021 ((rezonodwes.com))–Le directeur du centre de sismologie de l’université autonome de Saint-Domingue a averti que le pays pourrait subir un événement sismique à tout moment et qu’il faudrait donc s’y préparer.

Le sismologue Ramon Delanoy a expliqué que ce qui s’est passé en Haïti avec deux puissants tremblements de terre en une décennie est dû aux contraintes sismiques auxquelles est soumise l’île de Saint-Domingue.

Il a déclaré qu’on dit généralement que les récurrences sismiques sont de 50 à 100 ans, mais avec ces deux séismes en Haïti en 11 ans, on a vu que cela ne correspond pas à la réalité.

Interviewé dans le cadre du programme D`AGENDA qui est diffusé tous les dimanches sur la chaîne 11 de Telesistema et sur TV Quisqueya aux États-Unis, le professeur d’université a donné comme exemple ce qui s’est passé dans le pays entre 1751 et 1770.

Le professeur a fait observer que deux tremblements de terre se sont produits à seulement 19 ans d’intervalle dans les environs d’Azua, et que le dernier tremblement de terre considéré comme d’intensité égale ou supérieure qui s’est produit dans le centre-sud est celui de 1860. Et nous en avons eu plusieurs dans la zone orientale, comme celui de 1984, d’une magnitude de 6,9, qui a produit un tsunami qui n’a pas fait beaucoup de dégâts, à l’exception de quelques destructions à San Pedro de Macoris.

« L’île, comme nous le savons, est soumise à de grandes tensions, du fait qu’elle se trouve entre la plaque nord-américaine et la plaque caraïbe, et c’est pourquoi nous avons eu d’innombrables failles comme celle qui a provoqué les deux derniers séismes en Haïti, qui est la faille Enriquillo-Platain« , a expliqué l’expert.

Selon lui, cette faille s’étend le long de la partie sud d’Haïti et nous affecte également dans la région de Barahona et d’Azua, ce qui coïncide en quelque sorte avec ce que l’on appelle la « Trinchera de los Muertos » (tranchée des morts).

« Et au nord, nous avons le contact de la plaque nord-américaine, qui a sa plus grande profondeur dans une zone de Porto Rico connue sous le nom de fosse de Porto Rico, et que beaucoup de gens connaissent sous le nom de fosse de Milwaukee », a-t-il ajouté.

Le directeur de la sismologie a défini les tremblements de terre qui surviennent comme le produit de forces tectoniques qui, à un moment donné, peuvent se manifester dans une partie de l’île puis dans une autre.

« Être préparé, c’est savoir ce qu’il faut faire quand un tremblement de terre se produit, et avant qu’il ne se produise, c’est savoir comment s’y prendre, c’est essayer de construire des maisons parasismiques ou antisismiques de manière à pouvoir résister à de forts événements sismiques, et c’est éduquer la population pour qu’elle sache comment minimiser les risques« , a-t-il recommandé.

Il a ajouté que nous devons éviter de créer de plus en plus de risques, « par exemple, vous voyez beaucoup de bâtiments qui semblent voler dans l’espace, dans certains secteurs, qu’avec n’importe quelle secousse ils s’effondreront, parce que quand ils commenceront à osciller il n’y aura aucun moyen de soutenir ces structures qui sont pratiquement dans l’air« .

Il a insisté sur le fait que Santo Domingo possède des bâtiments publics et privés et des quartiers populeux dont les constructions ne résisteraient pas à un tremblement de terre d’une magnitude supérieure à 7 sur l’échelle de Richter.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.