FJKL-Haiti|Criminalité et impunité. Plus d’une soixantaine d’individus assassinés du 25 au 30 juin par les gangs G9 pro-Jovenel Moise

0
1787

Entre Léon Charles et Claude Joseph, metteurs en scène d’un faux coup d’état le 7 février dernier et les organismes des droits humains RNDDH et FJKL, peut-on savoir qui dit la vérité et qui raconte des mensonges dans l’affaire de carnage à Delmas 32, une histoire aussi sordide qui a bouleversé la communauté et révolté les consciences ? 

Vendredi 2 juillet 2021 ((rezonodwes.com))–La Fondation Je Klere d’Haïti (FJKL) a dénoncé vendredi l’assassinat d’une soixantaine de personnes du 25 au 30 juin dans différentes communes du département de l’Ouest dont la région métropolitaine en particulier.

Quarante des victimes ont été identifiées à Cité Soleil, le quartier le plus pauvre de Port-au-Prince où l’administration Martelly-Lamothe, selon le rapport de la Cour des Comptes, a débloqué des millions de dollars des fonds de Petro Caribe pour des projets qualitativement et quantitativement non substantiels.

« Toutes les victimes ont été exécutées par la fédération de bandes armées appelée G9 en Famille et alliés, dirigée par l’ancien policier Jimmy Chérisier, alias Barbecue« , dénonce l’organisation de défense des droits de l’homme.

Selon le rapport, les morts sont tombés dans les feux croisés d’affrontements entre gangs dans les quartiers de Brooklyn et de Boston de la capitale.

Ils ont également enregistré plusieurs blessures par balle et l’incendie de nombreuses maisons, déplore la plateforme allant dans le même sens d’un rapport rédigé par RNDDH.

FJKL à l’instar de RNDDH a également rapporté le nassacre de mardi dernier à Delmas 32, qui a fait 15 morts, dont le journaliste Diego Charles, de Radio Vision 200 et du média en ligne La Ripiblik, ainsi que la militante politique et féministe Antoinette Duclaire, une opposante au régime autoritaire de Jovenel Moise.

Les événements ont suivi le meurtre, quelques heures plus tôt, du porte-parole du syndicat de la police, Jean Guerby Geffrad.

Le FJKL a également dénoncé la mort d’au moins trois autres personnes à Pétion Ville, à l’intersection des rues Magloire Amboise et Route de Frères.

Je Klere a critiqué le fait que les criminels agissent en toute impunité en Haiti, alors que les autorités de facto qui tentent de blanchir les gangs G9-pro Jovenel Moise, « ont failli à leur double obligation de prévenir le crime et de punir les coupables« .

Après une timide trêve d’un mois, pour faciliter le referendum-bidon et illégal, des affrontements meurtriers entre bandes armées dans la capitale ont commencé début juin pour le contrôle de Martissant, dans la banlieue sud de Port-au-Prince, et se sont étendus à d’autres zones comme Delmas, ou à Croix des Bouquets.

Les affrontements hostiles ont provoqué le déplacement de plus de 13 000 personnes et près d’une centaine de morts. Entre-temps, le seul verbe qui est conjugué au futur par les supporteurs de la dictature en Haiti, est « les élections bouyi-vide » avec le CEP-Dermalog illégal pour garantir la pérennité du régime PHTK et la fin de toute poursuite contre les principaux dilapidateurs des fonds de Petro Caribe, en l’occurence Jovenel Moise, Michel Martelly, Laurent Lamothe, Wilson Laleau, Jean-Max Bellerive et autres.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.