Nord-Ouest : Pourquoi une nouvelle pensée politique ? par Delson Cius

4
1942

 Même après ma mort, de deux choses l’une : ou bien Haïti tombe sous la domination d’une puissance étrangère, ou bien elle suit les principes pour lesquels j’ai lutté toute ma vie. Car en ce 20e siècle, et dans cette partie du globe, aucun peuple ne pourra s’installer définitivement dans l’arbitraire, l’injustice, l’ignorance et la misère (Anténor Firmin avant sa Mort dans l’Effort dans le mal).

Mardi 14 mars 2017 ((rezonodwes.com))–  L’Histoire de notre Pays à partir de la fin du XVe siècle est marquée par le colonialisme et la domination politique des puissances européennes. Cette page d’histoire s’ouvre dans le Nord-ouest d’Ayiti : d’abord, au Môle Saint-Nicolas avec l’arrivée des aventuriers espagnols qui s’installent sur cet espace pendant plusieurs années en vue d’exploiter, de piller les richesses de cette terre et de Christianiser les peuples autochtones pour alimenter le développement économique de l’Espagne. Après plusieurs années de colonisation, les peuples autochtones ont été décimés et les civilisations précolombiennes sont éclatées. Des lors, les européens tournèrent le dos vers l’Afrique pour trouver une main d’œuvre servile plus résistante.




Vers début du XVIe siècle, en AYITI, dans la logique de la  continuation des travaux pénibles des Indiens et de la pérennisation du système violent et inhumain, les Espagnols font venir des Noirs d’Afrique à travers la traite ou le commerce du bois d’ébène et transatlantique; ensuite, entre 1625-1629 une deuxième puissance européenne en laissant l’Ile de Saint Christophe est arrivée sur l’Ile de la Tortue (située dans le Nord-ouest d’Ayiti), et à partir de ce moment deux puissances coloniales européennes sont présentes sur la Terre Ferme et les Iles avoisinantes pour poursuivre la domination politique et l’exploitation économique de l’Ile. Plus tard, les anglais ont fait leur apparition.

En effet, pendant tout le XVIIe siècle pour arriver au début du XIXe siècle, la métropole Française, à travers des mécanismes violents et inhumains a implanté un système colonial esclavagiste féroce dans la partie occidentale de l’Ile. Les anglais, après des invasions réalisées sur l’Ile de la Tortue, entre 1791-1793 occupèrent le Môle Saint-Nicolas et d’autres parties de l’Ile. De plus, après l’arrivé de l’expédition de Leclerc en 1802, cet espace était occupé par la force expéditionnaire de Napoléon Bonaparte.

L’histoire retient parmi les grands héros de l’indépendance, le général Maurepas, assassiné par Rochambeau, et le général Capois la Mort pour ses engagements dans des luttes pour la libération nationale particulièrement, le Nord-ouest.

Sortir sous le joug de la France dans le contexte 1802-1803, Haïti devient le deuxième Etat libre et indépendant en Amérique. Et, dans le processus de la protection de notre patrie après l’indépendance, des forts ont été construits partout dans le pays.  Le Nord-ouest était l’un des points stratégiques. Après plus de deux (2) siècles d’indépendance, que devient le département du Nord-ouest ?




Le Nord-ouest est l’un des départements en Haïti qui a une population estimée en 2015 à 728 807 habitants (IHSI), ces derniers sont repartis sur une superficie de 2 176 km2. Divisé en trois (3) Arrondissements et dix (10) communes, le Nord-ouest est riche par rapport à ses potentialités naturelles et la position géographique de certaines communes comme le Môle Saint-Nicolas, traversé par  le canal du vent; et l’Ile de la Tortue qui a non seulement des sites touristiques ; mais aussi des avantages maritime. L’exemple de ces deux communes est important puisque, le Môle Saint-Nicolas et l’Ile de la Tortue sont les deux communes stratégiquement qui peuvent faciliter le commerce maritime avec la caraïbe insulaire et les autres pays de l’Amérique. Mis à part de ces avantages maritimes, le tourisme est l’un des secteurs qui peut participer dans une large mesure au développement endogène du Nord-ouest : il y a pas mal de sites historiques et touristiques non explorés et inexploités (Fort des trois Pavillons, la Poudrière, Fort Vallière, la Ville au Camp, Cascade de Chansolme, Grotte twou bon dye ;  Basen Kayiman, Ti Sentàn ; Chodyè Janrabèl, des Plages à la Tortue et au Môle Saint-Nicolas…). En outre, les activités agricoles et aquatiques dans le département sont des facteurs nécessaires pouvant faciliter le développement, sans oublier les trois rivières qui peuvent arroser des terres agricoles dans le département.

Malgré ces avantages naturels, le département du Nord-ouest actuellement est le département le plus vulnérable dans le pays par manque d’infrastructures routières, agricoles, touristiques et l’absence de crédit agricole pour développer les activités agricoles, le commerce,  la pèche, et l’élevage. Les routes reliant le haut et le bas nord-ouest sont impraticables.  Le département Nord-ouest a une faiblesse en matière de production agricole car, seulement 1800 ha de terre sont irriguées, ce qui représente moins de 10 % de terres disponibles, la taille de l’exploitation est faible, comprise entre 0,5 et 1,2 ha en moyenne. Alors que, plus que la moitié de la population dépendait de l’agriculture et des activités du secteur informel, il n’y a pas d’emploi et le revenu des habitants est faible.

Ensuite, sur le plan éducatif, dans le Nord-ouest la quantité des écoles disponibles ne peuvent pas desservir toute la population. Et, le programme des écoles n’est pas calibré à la réalité sociale, environnementale et économique du département. Au sein des écoles, pas d’espace de loisirs, pas de bibliothèques et les locaux sont inappropriés surtout dans les zones les plus reculées des villes principales des communes.

Le Nord-ouest est exposé également aux risques car, pendant ces vingt dernières années des inondations, des intempéries, des sècheresses et  des cyclones le saccageaient sans cesse. Après chaque catastrophe naturelle la situation de la population s’aggravait et les infrastructures disponibles de plus en plus sont en effritement. Le curage des bassins versants n’est pas efficace et les projets d’assainissement dans le département sont insuffisants. Le cyclone Matthew récemment qui a frappé le Pays, a causé beaucoup de dégâts et de pertes dans le Nord-ouest.

La ville principale du département, Port-de-paix, est une ville non contrôlée par rapport à la quantité de déchets, de l’eau qui coule et de poussières observées dans toutes les rues. Il y a une absence de moyens techniques pour résoudre même les problèmes les plus élémentaires dans la ville de port-de-paix. L’urbanisation non contrôlée et non planifiée pose de grands problèmes dans les villes côtières du département. Les services de bases en matière de santé et d’eau potable sont quasiment absents dans des zones reculées (sections communales) du Nord-ouest, par  manque d’hôpitaux et de programmes d’assainissements, surtout dans le bas Nord-ouest.




La précarité s’étend puisque le département est exposé au risque et il est très vulnérable : le revenu des habitants est faible, la production agricole est faible, le commerce est entravé, pas de soins médicaux, l’inégalité et l’injustice sociale  sont les règles.

Face à tout cela,  dans un département comme le Nord-ouest, pourquoi la politique ? Et pourquoi des citoyens dans le souci de défendre des politiciens traditionnels ne sont pas conscients que le Nord-ouest va mal et il n’a connu aucun progrès  durant les quinze dernières années?

La politique est différente des autres  activités de la vie quotidienne de l’homme.  Elle n’oppose pas le bien et le mal car, ces deux-là  ajoutés à la morale intéressent plutôt les autorités religieuses, les éducateurs etc, elle n’oppose pas également le vrai et le faux qui révèlent de la science (universitaires, intellectuelles, spécialistes…) ; de plus, la politique n’oppose pas le beau et le laid qui sont liés aux activités artistiques. La politique oppose d’après Carl Schmitt, l’ami et l’ennemi. Ici l’auteur a fait référence aux confrontations et aux luttes autour des intérêts divergents entre les groupes d’Hommes.  Donc, la politique consiste à faire des choix : comme lutte ou combat elle se déroule sur deux plans : d’une part, entre des hommes, des groupes et des classes, qui luttent pour conquérir, partager ou influencer le pouvoir politique ; d’autre part, entre le pouvoir qui commande (les gouvernants) et les citoyens qui font pression sur celui-ci pour obtenir ceux qu’ils ont besoin.  Par conséquent, le pouvoir s’exerce toujours par un petit groupe qui procure des avantages, des privilèges, des honneurs et des prestiges.

Cependant la politique ne peut pas se réduire à des confrontations et aux luttes entre les groupes autour des intérêts divergents car, [… le fait politique est bien autre chose. Il consiste à agir dans la cité pour inventer et pour construire. La politique c’est l’action par laquelle les hommes, les citoyens inventent leur vie en commun. Elle est la capacité à aller vers ce qui n’existe pas encore, à fonder ce qui ne va pas de soi. Et chaque fois qu’une action politique débute, elle est un commencement absolu, une aventure singulière qui inaugure une chaîne d’interdépendance incalculables, que nous ne prévoyons toujours parfaitement….] La politique c’est d’abord l’incalculable car, à chaque décision, à chaque mouvement de la société, celle-ci emprunte un sentier inédit et nouveau ».

Faire de la politique dans ce département c’est inventer des solutions neuves et ne pas se laisser enfermer dans des choix insatisfaisantes comme c’était le cas dans le passé et aujourd’hui encore, puisque la situation actuelle du département est la conséquence d’un processus historique marqué par le gaspillage des ressources et le manque de volonté et de vision politique de la part de nos dirigeants pour changer l’ordre des choses. La politique dans le département doit dépasser les luttes et les confrontations entre les acteurs et les groupes politiques pour la prise ou pour influencer le pouvoir, mais l’action politique doit viser des projets collectifs justes, solidaires et mieux adaptés à la réalité sociale, économique, environnementale du département du Nord-ouest, en d’autre terme elle doit être calibrée à notre aspiration et à nos besoins sur les plans sanitaire, touristique, agricole, éducatif, culturel, commercial, infrastructurel  et environnementale.

En guise de conclusion, une pensée politique pour le Nord-ouest doit partir du vécu des gens : choisir en politique c’est exprimer des préférences collectives. De plus, Parler en Politique pour le Nord-ouest n’est pas seulement la prise de la parole sur un tribun pour manipuler l’opinion publique  car, selon Alphonse de Lamartine «  le peuple n’a pas besoin de tuteurs ni de maitres, il a besoin de guides honnêtes et intelligents qu’il s’est lui-même choisis. Le tort des hommes qui nous dirigent, c’est de ne pas croire à la possibilité de cette démocratie libérée. »

Au lieu d’avoir une vision globale pour changer l’ordre des choses, certains acteurs politiques du département croyaient dans la politisation des problèmes infrastructurels et structurels pour manipuler l’opinion publique et pour redorer le blason. Mais, ce qui en est sûr la Jeunesse progressiste du département restait debout pour dire Halte-là aux approches conservatrices et anti-progressistes qui alimentaient les discours et les actions politique de certains acteurs politiques du Nord-ouest.

Vive Haïti ! Vive le département du Nord-ouest ! Vive la commune de Môle Saint-Nicolas !                Vive la Jeunesse Progressiste du Nord-Ouest particulièrement le Môle Saint-Nicolas !

 

Delson  CIUS

Originaire de Mare-Rouge (Môle Saint-Nicolas).
Jeune Sénateur du Nord-Ouest au Parlement Jeunesse d’Haïti (PJH).
Email : delson.cius@yahoo.fr

4 COMMENTS

  1. Merci pour ta réflexion Delson. Je souhaite que tu continues dans cette voie de formalisation de la pensée. Les générations futures auront besoin de lire nos traces.
    Mais, un petit conseil à toi et aux autres auteurs/intellectuels de ma région et de ma génération, REGROUPEZ VOUS. METTEZ VOUS EN ÉQUIPE ! Ne réfléchissez pas seul et en singleton. Le travail intellectuel ne se fait jamais sans l’interdisciplinarité. Donnez l’exemple en vous regroupant ! Vos produits seront de qualité plus remarquable et auront de plus large diffusion et impact.
    Je lance l’idée ! Alors pensez-y !
    Je suis volontaire ….

  2. Votre article est très intéressant.
    La réponse ou les conseils de Deroy sont judicieux
    Si vous proposez quelque chose, je suis partant.

  3. Bravo Cius ! Tu as fait un très bon travail, toutes mes félicitations mon grand. Tu dois continuer comme ça je suis fière de toi. AYITI a besoin de toi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.