Dans l’Haïti du roi Jovenel Moise, allié sûr des gangs terroristes G9, les tribunaux ne fonctionnent pas depuis près de deux mois

0
855

Joseph Jouthe, en tant que le « Premier-clown » par excellence, s’était présenté aux toutes premières heures du lancement de mouvement de grève des magistrats, au parquet pour être entendu sur l’Affaire Dorval alors qu’il n’est pas sans savoir que le juge-enquêteur s’est mis à couvert, depuis la fameuse déclaration du dictateur Jovenel Moise révélant que Martine Moise a eu accès à la vidéo d’assassinat « 2 minutes après« , soit à 10:17.

Vendredi 9 avril 2021 ((rezonodwes.com))–Près de deux mois après avoir décrété une grève générale, les juges haïtiens ont annoncé vendredi qu’ils maintiennent le mouvement jusqu’à ce que leurs revendications soient complètement satisfaites.

Les magistrats ont entamé la grève le 14 février pour exiger le retrait des décrets en folie de Jovenel Moise par lesquels il a confirmé le retour à la dictature en mettant de force à la retraite trois juges à la Cassation et les remplaçant par trois autres acquis à la cause du pouvoir PHTK, sans mandat constitutionnel depuis le 7 février 2021.

Selon les associations, les autorités de facto « du pouvoir exécutif continuent de faire preuve de désinvolture et de se montrer totalement irresponsables en refusant de trouver une solution à la crise qu’elles ont elle-mêmes provoquée pendant la semaine du 7 février« , ont-elles signifié dans un communiqué publié vendredi.

Ils ont critiqué le fait qu’en plus des juges retraités, le gouvernement a licencié de manière irrégulière et en dehors des lois le secrétaire Christophe Lesperance, qui a participé à l’audience d’habeas corpus d’un juge suprême arrêté pendant plusieurs jours après avoir été accusé de tentative d’assassinat et de complot contre la sécurité intérieure de l’État.

La grève des magistrats maintient la plupart des tribunaux du pays fermés, et aggrave un système judiciaire déjà en crise qui subit de longues périodes de chômage depuis 2017, en plus d’une situation sociopolitique hostile, d’une insécurité accrue et d’une crise sanitaire, en deçà des habitants de Bel-Air, terrorisés par les gangs G9 affiliés au pouvoir de facto de Jovenel Moise, ont accusé des riverains, ne peuvent déposer aucunes plaintes contre ces groupes armés qui tuent et assassinent des vieillards, violent et incendient des maisons en toute impunité.

En début de semaine, les Nations unies qui appuient le régime PHTK, en dépit de multiples dérives et de violations des droits humains et de détournement de fonds publics, ont néanmoins signalé que la détention provisoire prolongée avait augmenté de 9 % en neuf mois et qu’elle concernait désormais 85 % de la population carcérale.

Selon les juges, « la paralysie de la justice semble être le dernier des soucis des autorités » et ils critiquent le fait que la Cour de cassation n’ait pas encore statué sur la grève. Ils ont également réaffirmé qu’ils maintiendraient leur mouvement jusqu’à nouvel ordre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.