17 juin 2024
Opont, au pont de l’option de la corruption : L’irresponsabilité récompensée !
Actualités Société

Opont, au pont de l’option de la corruption : L’irresponsabilité récompensée !

Qui se ressemble s’assemble dans une assemblée secrète à la faveur d’un univers pervers où les décrets se décrètent à l’envers, à travers des cross-overs présidentiels contre la transparence et avec des revolvers sous la gorge d’une population en détresse, comme sous un hiver glacial sans pullovers !

A nouveau, Pierre Louis Opont monte sur le pont des affaires stratégiques de la république pour faire luire sa pierre précieuse de l’irresponsabilité, l’indignité, l’hébétude et la platitude, cette fois-ci, en mission de modernisation archaïque des entreprises publiques.

Vendredi 21 août 2020 ((rezonodwes.com))– Sans dilatoire, sans moratoire, sans mémoire, sans espoir, sans nageoire, une entité notoire s’empresse de patauger dans le dépotoir, le laminoir et le foutoir, sous l’ordre usurpatoire de capitaines de gloire évaporatoire, avant d’être décapitée à l’abattoir et d’avoir exhalé son dernier souffle au mouroir de la boîte noire de la corruption, sous l’auspice d’un servile ridicule sans testicules, sans recul, sans crépuscule.

Opont avait pondu à l’émission « Invité du jour » de la radio Vision 2000 en date du 25 novembre[1] 2018, au micro du journaliste sénior Valéry Numa, qu’il a été l’artisan principal des résultats truqués des élections frauduleuses qui n’ont pas échappé à la bêtise de passer l’écharpe présidentielle à un imposteur qui a constitué une véritable écharde en direction de la trajectoire de la victoire ratée pour damer le pion au désespoir, à la vie dérisoire et au bonheur illusoire.

Opont avait avoué, à son passif transgressif, qu’il devait obéir à l’ordre criminel agressif émané d’un clic explosif sadique de l’international qui imposait au fauteuil officiel obsessif la tête d’un président impulsif et inoffensif aux arguments persuasifs du vol massif des ressources nationales. A travers leur boule de Crystal préconisant un pouvoir de négociation unilatérale, les manipulateurs exotiques et érotiques se délectent des corps sans cœurs, des cœurs sans têtes et des têtes sans matières grises installés à l’hypophyse des institutions régaliennes.

Michel Sukar soutiendrait que ces leaders subalternes placés frauduleusement au timon des affaires décisives sont incapables d’un « NON » ni d’un « OUI, MAIS ». Au moindre désir de leurs interlocuteurs verticaux, ils obéissent à travers un « OUI » sans retenue, dans la lordose et la cyphose. Ainsi, s’hypothèquent les patrimoines culturels et naturels de la nation modèle au potentiel exponentiel.

En bon mauvais pion des espions aux yeux vairons et aux nez allongés, Opont a articulé et gesticulé dans un discours maculé d’incohérence, d’indécence et de malveillance qu’il devait plaire aux grosses pointures de la corruption et au laboratoire de l’ingérence internationale pour envoyer Michel Martelly au deuxième tour des présidentielles face à Mirlande Manigat. Alors que Ti-Simone n’occupait même pas la quatrième place, dixit l’actuel membre désigné de siéger au CMEP, il a été propulsé au second tour dans un coup de plume manipulé, avant d’être intronisé à la tête de la première magistrature d’un pays fier et prestigieux que les orgueilleux, fils des bourreaux du passé cauchemardesque, désirent néantiser.

Dans son livre « L’échec de l’aide internationale à Haïti », Ricardo Seteinfus a dénoncé avec virulence le sabotage électoral planifié par la communauté internationale qui avait imposé le néophyte politique Michel Martelly à la plus haute fonction du pays. A contrepied de l’ingérence internationale qu’il baptise de stratégie du caméléon, Seteinfus a affiché une position anticonformiste et dissidente, pour défendre la vérité. Son plaidoyer inédit en faveur de la souveraineté nationale dans les choix des gouvernants, mettant en péril sa propre vie, se dresse comme une thèse irréfutable qui prouve les propos scandaleux de l’ancien baron du CEP de la gabegie et la flagornerie rémunératrices.

De l’autre côté de la plaque, le patron du Conseil électoral des élections falsifiées s’en fout totalement de l’image du pays qu’il a fallu pourtant jurer de protéger même contre les menaces crédibles ou non crédibles.

Après un profil bas, gardé là-bas, comme s’il était au bas du sol, le sénile des projets débiles de l’Ile avilie, revient en grande pompe pour continuer de pondre des œufs pourris dans les institutions clés de la cité malmenée.

Ici-bas, sous l’emprise des chefs de basse échelle, peu importe son passé et ses actes malhonnêtes et antidémocratiques, tant que l’on ne réponde pas encore à l’appel du pays sans-chapeau, on ne cessera de penser à jouir du privilège officiel de badigeonner les affaires stratégiques d’une république dans des conditions cyniques.

Si Opont peut refaire surface pour continuer de nourrir les farces et les grimaces, alors rien n’empêche que des bandits, dealers et kidnappeurs certifiés tels que Clifford Brandt, Raoul Cédras, Jaques Ketan, Jean Nesly Lucien, Fourel Célestin, Guy Philippe, Arnel, Barbecue, Tije, Gwoje, Nenkankan ou Tilapli, ne puissent succéder à l’ingénieur Moïse et au déshonorable Jouthe pour assurer la sinécure officielle au Palais National et à la primature avec vivacité, perspicacité, loquacité et efficacité.

Pourtant, puisque la justice élève une nation, posthume ou anthume, les œuvres maléfiques d’opont devaient être jugées avec sévérité dans la vigilance d’inciter à la jurisprudence pour la protection des projets nobles de la société.

Après ses graves inepties dans les facéties électorales post-séisme, monsieur Opont est bel est bien récompensé pour son service loyal rendu à la médiocratie rancie. L’arrêté No 130 du 13 août 2020, signé et scellé par la présidence pourrie et la primature désacralisée a placé l’ancien évadé de fait comme honorable membre du Conseil de Modernisation des Entreprises Publiques (CMEP).

Sur le pont des dérisions, imprécisions et indécisions dans les décisions judicieuses de la justice et de la lumière, on y danse, on y danse, …, on y danse tous en rond !

Merci PHTK, “Vous Avez” !

Carly Dollin

carlydollin@gmail.com 


[1] https://www.youtube.com/watch?v=l3wK9E8yLPg

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.