17 juin 2024
Gestion post-catastrophe : Les responsabilités du maire!
Actualités Société

Gestion post-catastrophe : Les responsabilités du maire!

Vendredi 7 octobre 2016 (rezonodwes).- La gestion post-catastrophe intervient à l’issue de la gestion de la situation d’urgence.  Elle doit être préparée au mieux lors de la mise en œuvre du dispositif ORSEC, mais la gestion elle-même de cette phase post-catastrophe qui peut durer de plusieurs jours, semaines, voire mois et années, ne se fera pas dans le cadre de l’organisation de sécurité civile. La phase de la post-catastrophe couvre la période qui démarre lorsque les services de secours se retirent. Elle se termine lorsque la vie de la population touchée et la vie économique ont repris un cours qui peut être considéré comme normal.




Cette phase peut donc être longue puisqu’elle recouvre la période de redémarrage de la vie économique et sociale, de reconquête du territoire, qui peut, particulièrement dans le cas de la reconstruction, durer plusieurs années.

On peut diviser la phase post-catastrophe en deux périodes : la post crise qui recouvre les problèmes à gérer depuis le départ des services impliqués dans la phase d’urgence et la période qui voit la mise en place du dispositif de reconstruction.

La post crise peut durer de quelques jours à plusieurs mois. La période de reconstruction peut durer plusieurs années.




Les différentes actions à engager se répartissent suivant leur durée en trois périodes : court terme, moyen terme, long terme.

  • Le soutien des populations :
    • Sur le court terme : l’accueil et l’assistance matérielle des populations impactées par le sinistre.
    • A moyen terme : le ravitaillement, l’hébergement, l’aide à l’habitabilité, l’information et le soutien administratif.
    • Sur le long terme : le soutien psychologique.
  • L’évaluation et les déclarations des dommages :
    • Moyen terme : l’évaluation de la sécurité des bâtis endommagés, les procédures d’évaluation des dommages et le recueil des données, l’établissement des déclarations aux assurances, la sollicitation d’aides exceptionnelles pour les équipements publics.
    • Long terme : les aspects juridiques des responsabilités.
  • L’administration de la reconstruction :
    • Moyen terme : fonctionnement des acteurs et des services en mode dégradé, organisation et coordination des pouvoirs publics et définition des règles d’aide, gestion des bénévoles, gestion des dons.
    • Long terme : élaboration des projets de reconstruction, gestion financière et indemnisation, prise en compte des enseignements du sinistre dans la politique de prévention (REX), reconstruction des ouvrages de protection, information et concertation avec le public.
  • La reconstruction physique
    • Moyen terme : nettoyage, réparation, démolition, gestion des déchets.
    • Long terme : reconstruction.

De par ses pouvoirs de police, le maire a la responsabilité d’assurer la sauvegarde de la population de sa commune. La plupart des actions recensées ci-dessus va donc lui incomber ou demander sa participation.




Ces actions doivent avoir été prévues dans son plan communal de sauvegarde (PCS).

Ceci étant, le maire doit :

  • apporter le soutien aux populations et, pour cela :
    • organiser l’accueil des sinistrés par la mise en œuvre d’un centre d’accueil et de regroupement (CARE) à prévoir dans le PCS ;
    • Assurer une assistance matérielle : matériel de base nécessaire aux populations (vêtements, couvertures…) en particulier pour les personnes évacuées ;
    • Assurer le ravitaillement : ravitaillement d’urgence, ravitaillement à plus long terme pour les personnes évacuées ;
    • Assurer l’hébergement permettant d’orienter à partir du Centre d’accueil, les populations vers des lieux préalablement identifiés : pour, au départ, dans des locaux pouvant être équipés de matériels de couchage (hébergement d’urgence), puis si nécessaire, dans des hébergements plus confortables, pour plusieurs jours, voire plusieurs semaines (hôtels, centres de vacances ou de loisirs, écoles…) ;
    • Assurer l’aide à l’habitabilité pour remise en état sommaire des habitations lorsque la sécurité le permet, en attendant des réparations définitives, nettoyage ;
    • Assurer la surveillance et la protection des biens sinistrés (maisons évacuées…) ;
    • Organiser et diffuser l’information à la population.
  • Participer à l’évaluation et à la déclaration des dommages :
    • Assurer l’aide aux sinistrés pour leurs déclarations aux assurances
    • Etablir les détails et l’ampleur des dommages indemnisables au titre de la procédure CAT NAT et des autres aides financières possibles.
  • Participer à l’administration de la reconstruction :
    • Assurer la remise en état des réseaux dépendant de la commune (voirie, assainissement, eau…)
    • Assurer le fonctionnement minimum des services communaux (plan de continuité d’activité)
    • Gérer la collecte et l’évacuation des déchets
    • Participer aux projets de reconstruction et aux décisions en la matière (reconstruction à l’identique, délocalisations,..)
    • Assurer la programmation des reconstructions d’urgence (voirie, ports endommagés, écoles, autres édifices publics)
    • Participer à l’évolution de la politique de prévention suite aux enseignements tirés de la gestion de la catastrophe (REX, mise à jour du PCS et du zonage d’urbanisme avec, le cas échéant, application du R.111-2, révision du PLU, suivi de la révision du PPR)
  • Lors des différentes étapes qui nécessitent l’aide de moyens humains supplémentaires : gérer les bénévoles et gérer les dons.

Toutes ces tâches doivent être réalisées en étroite coordination avec les pouvoirs publics, et tout spécialement avec l’organisation mise en place par la délégation et vice-délégation.

Institut de Risques Majeurs (Mémento du Maire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.