Black Panther : À Vertières, Dessalines a engendré Hayti, pas une fiction « Wakanda »

0
3766

Vendredi 18 novembre 2022 ((rezonodwes.com))–

Aucun film, ni œuvre littéraire, encore moins un hommage posthume digne de toutes véracités historiques, ne saurait immortaliser la grandeur de la civilisation noire avec ses prouesses héroïques sans réincarner l’Empereur Jacques Ier. En effet, Jean-Jacques Dessalines, le plus grand et le plus noble des figures historiques du panthéon noir Africain, a engendré Hayti et a donné naissance au nouveau monde libre. Il n’existe pas de liberté universelle sans Dessalines…

À Vertières, « Liberté ou la Mort » est la conception immatérielle et matérielle de l’âme noble qui a inventé « la Liberté pour Tous » en chambardant définitivement l’ordre géopolitique mondial de l’occident colonialiste et esclavagiste. Aussi existerait-il un Wakanda réel ou fictif sans le génie immortel de Dessalines? 

En réalité, il serait impossiblement concevable pour que l’omission de Dessalines dans la série Black Panther soit un simple détail historique écarté par les réalisateurs noirs Américains qui voudraient rendre un hommage de justice à la race noire. Déjà, les divers articles rédigés autour de ce film laissent planner le doute scientifique et historique sur les scènes non imaginaires.

Oser de ne pas mentionner même le nom de Dessalines révèle une intention malsaine de polluer les évidences des faits historiques, et peut-être considéré comme une continuité de l’agenda occidental d’effacer l’identité Dessalinienne de la révolution Haytienne qui a crée le premier Etat libre du monde nouveau, le 1er Janvier 1804. 

En effet, deux articles rédigés par la professeure et historienne américaine Marlene Daut, vantant sa contribution dans les scènes de Black Panther [1 et 2] , traduisent le dessein anti-humaniste et raciste de certains universitaires occidentaux, se contentant de pervertir les sources fondamentales et instruments de l’histoire de la civilisation africaine.

Faire passer Henry Christophe pour le premier monarque et souverain de Hayti en insinuant que d’autres histoires ont considéré le Roi Henry comme le vrai Fondateur de la première République noire, n’est pas un récit innocent[1]. Refusant d’attribuer à Dessalines les acquis de l’indépendance pendant que toutes les sources primaires témoignent en sa faveur est tout simplement de l’anti-Haytianisme.[2]

En fait, tous les Haytiens savent déjà qu’il existe contre la mémoire de Dessalines une guerre intellectuelle sans merci depuis son assassinat le 17 Octobre 1806. Mais la véracité scientifique et académique qui fait de l’histoire un patrimoine culturel reconnait toujours la valeur des faits entourant les prouesses héroïques de Dessalines à travers les témoignages, les portraits, les documents officiels, les sites archéologiques et les transmissions orales et écrites dans un temps donné et dans cet espace qui devient Hayti. 

Cette volonté manifeste de constamment diaboliser Dessalines à cause de son courage contre les colons récidivistes et nostalgiques de l’ordre esclavagiste et ce croissant agenda de faire disparaitre sa présence dans les annales de l’histoire à travers les récentes publications littéraires de l’occident ne seront jamais couronnés de succès. Évidemment, tous ces ressentiments faits de machinations chimériques contre l’histoire Haytienne se heurteront toujours aux racines culturelles et identitaires du peuple Haytien. 

Toussaint Louverture n’a pas donné naissance à Hayti mais cet honneur revient plutôt à Jean-Jacques Dessalines, le Père fondateur et premier Monarque souverain de Hayti consacré par la constitution de 1805. La diplomatie ingénieuse et réformiste de Louverture a simplement contribué à la proclamation d’une « liberté restrictive des esclaves » de Saint-Domingue le 29 Aout 1793.

Une liberté qui a conduit à la rébellion des généraux du Nord comme Dessalines, Christophe, Capois et Haycinthe Moise. Ce dernier, un descendant Juif-Ethiopien, neveu adoptif de Toussaint, martyr pour la cause du monde libre. 

Toussaint Louverture a mis à mort Hyacinte en le pendant cruellement aux yeux de tous pour tracer un exemple fataliste contre l’idéal de la liberté indépendantiste de Dessalines. Ainsi, le précurseur de la liberté ne saurait être le héros principal qui devrait être le centre d’attention d »un quelconque honneur posthume à la cause noire.

Avant sa mort, le 7 Avril 1803 dans les chaines de Napoléon en France, Toussaint a tout manœuvré pour que les nouveaux libres soient restés attachés à la culture agraire esclavagiste des anciens maitres Français tout en voulant que Saint-Domingue reste sous l’égide de la métropole colonialiste et raciste. 

En toute logique, aucune démarche académique ne pourrait venir de quelque lieu ou époque qu’elle soit pour noircir les sources et évidences du glorieux triomphe des esclaves Africains, consacré par la bataille de Vertières le 18 novembre 1803.

Vertières est le début d’une apothéose étourdissante qui a fait écho chez tous les peuples suite à la proclamation de l’indépendance le 1er janvier 1804 et qui transformera notre monde à jamais. Et cela aucune fiction cinématographique polluée dans son essence ne pourrait l’accomplir.

Cette nouvelle page de l’histoire de l’humanité qui transcende les cultures, les peuples, les époques et dont les Afro-Américains du mythe Wakanda eux-mêmes jouissent des bénéfices en ce moment est l’œuvre de Dessalines.

Sans ambages, il n’y aurait pas ces références de Toussaint ni de Cap-Haitien dans les scènes de Black Panther s’il n’y avait pas eu la bravoure et l’audace ingénieuse du grand Dessalines pour léguer la liberté à nous les peuples noirs.

La déclaration universelle des droits de l’homme adoptée en 1948 n’aurait pas cette dimension humaniste ni cette perspective de progrès et de justice pour la civilisation Noire si Dessalines n’avait pas osé faire des esclaves de Saint-Domingue des hommes libres dans un État indépendant.

« Nous avons osé être libres, Osons l’être par nous-mêmes et pour nous mêmes », a déclaré Dessalines après avoir scellé notre indépendance. Aujourd’hui encore, l’Empereur dirait « Osons être libres dans nos inspirations littéraires et cinématographiques pour établir la vérité historique et faisons Justice à la civilisation africaine par nous mêmes et pour nous mêmes ».

Gumais Jean-Jacques 
Editor et Independent Media Contributor

All rights reserved @November 2022 
[1] Marlene Daut, Inside the Kingdom of Haiti, the Wakanda of the Western Hemisphere. 
https://theconversation.com/inside-the-kingdom-of-haiti-the-wakanda-of-the-western-hemisphere-108250/
[2] Marlene Daut, We Love How ‘Black Panther: Wakanda Forever’ Honors Haiti.
https://www.essence.com/news/black-panther-wakanda-forever-haiti/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.