Miami : Protestations contre la présence sur scène de Sweet Micky

Floride, États-Unis, jeudi 17 mai 2018 ((rezonodwes.com))– Ça promet de chauffer ce week-end à Miami, l`ancien fief de Martelly.

Des membres de la communauté haïtienne de la Floride ont annoncé un mouvement de protestation contre une performance annoncée de Sweet Micky à Little Haiti.




L`activiste Marlène Bastien, directrice exécutive du groupe de défense des droits des Haïtiens, FANM (Family Action Network Movement), est claire : « Nous ne voulons pas de lui à Little Haïti. Il n’est pas un représentant approprié de la culture haïtienne et est un mauvais modèle pour nos jeunes. »

Les protestataires s`indignent de ce que les ressources de la ville servent à accueillir l’ancien président haïtien Michel Martelly lors des célébrations du mois du patrimoine haïtien ce vendredi 18 mai.

Selon eux, les actions du président Martelly durant ses cinq années au pouvoir ont jeté le discrédit sur le poste de président et ont infligé des dommages à la dignité des Haïtiens, tant en Haïti que dans la diaspora. Martelly fait face à divers reproches, dont le dénigrement de femmes, l`emprisonnement d`opposants, l`implication dans des actes de corruption à grande échelle et l`organisation d`élections frauduleuses émaillées de violence.




Invité par Sounds of Little Haiti, Sweet Micky/Martelly est la tête d`affiche du spectacle gratuit « Drapo anlè » devant avoir lieu dans la soirée du vendredi 18 mai au Little Haiti Cultural Complex dans le cadre du mois de l`héritage haïtien.

D`autres personnalités et groupes comme Mecca Aka Grimo, Rara lakay, Dj Big Ben et Dj Stakz ont été inscrits dans le programme.

 

5 pensées sur “Miami : Protestations contre la présence sur scène de Sweet Micky

  • 17 mai 2018 à 9:03
    Permalink

    Bien, rejetons tous cette merde, cette honte nationale qu’est Martelly.

    Répondre
    • 19 mai 2018 à 9:34
      Permalink

      Toute pierre tombée dans l’eau provoque des ronds,tout comme la présidence de Martelly a prouvé que nous haïtiens sommes capable de bonnes autant que des pires choses par nos choix depuis 1804.Aujourd’hui encore il nous faut arrêter de dire ce qu’au fond nous ne pensons pas.Pourquoi saluer le ridicule,peut-être pour ne pas avoir honte de ce que nous sommes devenus? Ceux qui nous regardent connaissent notre histoire encore mieux que nous.Ils nous offrent un sourire comme le fait sur son parcours le bonhomme carnaval non pas par sympathie mais juste une mise en garde contre notre malice culturelle. »Les premiers seront les derniers » Qui pouvait savoir que ces mots ont été rassemblés uniquement pour nous Haïtiens.Peu sont ceux qui les ont emportés dans leurs bagages comme défi à relever en quittant Haiti,ils ont aussi le courage de dire que leur progéniture sa d’ailleurs

      Répondre
  • 18 mai 2018 à 8:10
    Permalink

    He felicite la dignite de Marlene Bastien. Mais Marlene va apprendre ce soir que l’haitien est in peuple au niveau de conscience tres proche de lanimal. Gouyade et diri ak pwa sont incontournables. Ce vomi de michel Martelly, ce voyeur, cet assassin apres avoir blanchi les caisses du pays voudrait que les citoyens l’aident a tester impuni est come toys Les haitiens. Un ranyon.

    Répondre
  • 18 mai 2018 à 11:52
    Permalink

    Nous supportons ce mouvement de protestation. Michel Martelly est une ordure puante et sa palce est dans les poubelles. Michel Martelly est un déchet humain. Il faut montrer au monde qu’il y a des haitiens sérieux qui ne tolèrent pas un malandrin, un forban comme Martelly.

    Répondre
  • 19 mai 2018 à 1:53
    Permalink

    Qui dit quoi ? Qui fait quoi ? Discours insensés ou éclairés et actions futiles ou utiles.

    Franchement, les mobiles qui gouvernent nos intérêts et nos actions, n’ont pas à être les mêmes pour produire les résultats convenables à nos aspirations communes. Au lieu de diviser Duvalier, d’Aristide, de Préval de Martelly, pourquoi ne pas les voir ensemble pour ne pas avoir à rejeter aucun d’eux en bloc.

    Je ne prétends pas que Joseph Michel Martelly est irréprochable, lui même sait qu’il est reprochable à bien des points de vue. Mais, je n’irais pas aussi loin que dresser une cloison étanche entre la jeunesse haïtienne et celui qui a redonné la vie au Lycée Alexandre Pétion, une fortification de la jeunesse, entre autres, tombé en désuétude sous les yeux impuissants des innombrables commis hommes de bien de la République. An nou di anpe, an’n kite enpe san di. An nou fè anpe e kite en pe sans fè. Quant à moi, permettez-moi de réitérer comme je réitérerai sans cesse ma propre évaluation de lui, qu’en dehors ou au sein de la politique, je n’ai jamais vu personne au monde mélanger le burlesque au sérieux aussi admirablement, aussi efficacement que Joseph Michel Martelly. Que les hypocrites médisent de moi aussi et qu’ils s’agitent comme ils veulent, au gré de leur méchante hypocrisie contre Haïti, ils ne changeront pas cette perception de moi. Ils ont leur raison, j’ai les miennes.

    Leur raison, Michel Martelly ne devait pas devenir président. La mienne, l’homme était efficace, on ne peut plus, aux services du peuple haïtien(Ti Manman Chérie, par exemple) et d’Haïti(la réhabilitation d’Haïti aux yeux des nations Caribéennes, par exemple). Permettez-moi aussi de faire appel une autre fois à une grande philosophie « Est agréable ce qui est utile »pour rapprocher deux grands philosophes, Bentham et Stuart Mill, d’un baroudeur impénitent dénommé Michel Joseph Martelly. L’HOMME était utile, donc il était agréable au sein d’une réalité séculairement désagréable. Au pouvoir, il etait beau et était gentil pour tous les chefs- d’état qui l’ont reçu, ayant vu en lui un espoir pour qu’Haïti cesse d’être la somme de toutes les douleurs et de toutes les misères donc de toutes les humiliations.

    Le reste, on peut toujours corriger, pourquoi ne pas corriger les tares chez Martelly au lien d’en faire un discours sociopolitique insipide et un motif de guerre entre les fils d’une même patrie afin, diversion mal calculée, de retarder l’évolution de ce qui a été fait et d’empêcher la conception et l’implémentation de ce qui reste à faire. Alors, comme dans le cas de tout un chacun, si médire c’est tout ce qu’on peut faire, calomniez comme on veut Sweet Micky l’impoli dénonciateur, le musicien engagé désagrément motivé à bouleverser tous les standards flottants, le burlesque bagarreur derrière son micro, le pourfendeur par exprès, mais ne touchez pas au président Joseph Michel Martelly, l’équilibriste éclairé, le roi constructeur, le justicier chahuteur, le bizarrement brillant homme d’état.

    Ernst Delma 5-19-2018

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *