« Le pays inspirait du dégoût au général » a confié Carl Denis, l’ami de Namphy

Carl Denis, qui vit également « en exil » en République Dominicaine, a déclaré au journal Listin Diario qu’à l’arrivée de Namphy dans la ville de Santo-Domingo, celui-ci a manifesté un dégoût pour Haïti et a juré de ne plus jamais y remettre les pieds ». Carl Denis a aussi confié que son ami n’a jamais nourri d’ambitions politiques »





Santo Domingo, dimanche 1er juillet 2018 ((rezonodwes.com))–« Le général Namphy a déployé beaucoup d’efforts pour avoir une meilleure nation, mais ce n’était pas possible » a poursuivi Carl Denis qui a vécu des années d’exil avec le défunt-général.

Dans ses confidences, M. Denis qui a vidé son cœur, a révélé un vieux secret longtemps gardé par le général qui ne l’a finalement pas emporté avec lui dans sa tombe, dimanche soir. « La Constitution de 1987 est très mauvaise » lui aurait avoué l’ex-président qui avait souhaité être enterré hors des frontières d’Haïti, pays qui lui inspirait le dégoût.

Selon Carl Denis, l’ex-président Namphy s’est efforcé de donner à Haïti une bonne Constitution en 1987, mais il se heurtait à de sérieux obstacles pour finalement nous laisser cette mauvaise charte fondamentale amendée malicieusement en 2011.

Le général Namphy était conscient des vrais problèmes du pays en 1987, à en croire son confident. « Il avait beaucoup de choses qu’il voulait accomplir, mais il ne pouvait pas, parce qu’il y avait toujours une opposition destructrice qui lui déplaisait et c’est la raison pour laquelle il était venu ici (NDR:RD) et qu’ici il avait trouvé le calme », a ajouté Denis.




Il a conclu en affirmant que le général Namphy menait une vie retirée à la campagne où il s’était fait de bons amis, car c’était un homme de cœur.

3 pensées sur “« Le pays inspirait du dégoût au général » a confié Carl Denis, l’ami de Namphy

  • 2 juillet 2018 à 8:15
    Permalink

    « Carl Denis a aussi confié que son ami n’a jamais nourri d’ambitions politiques » carl denis te sou lèl tap di saa.

    Répondre
    • 2 juillet 2018 à 11:07
      Permalink

      Le général Henri Namphy n’était pas a la Hauteur des Taches Historiques. Dans l’article, « la banalisation de la bêtise », l’ecrivain Gary Victor fait peu de cas du passage du général Henri Namphy au pouvoir, il enchaine, « L’efffort, la qualité, la beauté, la verité, on n’en a nul besoin dans cette république de tous les kokoratismes ». Il faut qu’il y une Ventilation pour les « ismes ». Il s’agit de namphisme, titidisme, présidentialisme, prévalisme…, martellisme, jomisme, corporatisme. Et tous les autres « ismes » de la même espèce. Avec ou sans Namphy, la chute libre continue.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.