Le cinéma haïtien sera à l’honneur du 21 au 26 août au festival « Film francophone d’Angoulême »

Mardi 3 juillet 2018 ((rezonodwes.com))– Les délégués généraux du Film francophone d’Angoulême, désormais le grand rendez-vous du cinéma français, ont dévoilé le 2 juillet, en direct de la Maison de l’Unesco à Paris, la programmation de la 11ème édition qui se tiendra du 21 au 26 août.




Ce festival, créé par Marie-France Brière et Dominique Besnehard présentera une série d’avant-premières des grands films de l’automne et accueillera Haiti comme invité d’honneur pour une soirée d’hommage à son cinéma.

En effet, le cinéma d’Haïti sera mis en avant avec huit films de cinéastes haïtiens, dont un film franco-belge réalisé en Haïti, « Port-au-Prince, dimanche 4 janvier » de François Marthouret (2015).

Haitian Corner et L’homme sur les quais de Raoul Peck, Royal Bonbon de Charles Najman, Les amours d’un zombi et Chronique d’une catastrophe annoncée de Arnold Antonin, et Ayiti mon amour de Guetty Felin, font partie de la liste des films haïtiens que le public pourra découvrir durant ce festival.





Les organisateurs ont pour l’heure choisi huit films pour la compétition pour le trophée des Valois: L’Amour flou de Romane Bohringer et Philippe Rebbot inspiré de leur propre expérience de couple, Charlotte a du fun de Sophie Lorain, Photo de famille de Cécilia Roaud, Sofia de Meryem Benm’Barek qu’on a pu voir dans la section Un Certain Regard à Cannes (prix du scénario), Sauvage de Camille Vidal-Naquet, Shéhérazade de Jean-Berbard Marlin, Troisièmes noces de David Lambert et Le vent tourne de Bettina Oberli.

Notons que cette année, Karine Viard a été nommée présidente de ce festival. Elle sera entourée de Camélia Jordana, Raphaël Personnaz, Thomas Lilti et Ludivine Sagnier.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.