La victoire déroutée de Guy Philippe! par Dr Tiery S. Osias

Mercredi 11 janvier 2017 [[rezonodwes.com]]– Le nom du Sénateur-élu de la Grande-Anse, Guy Philipe, est sur toutes les lèvres, dans les débats radiophoniques, dans les journaux, comme dans les rues. Contents ou offusqués, on parle de lui. Est-il une victime de notre société, de notre système de gouvernance, et/ou victime de ses propres erreurs? Sans trop grands ambages, les réponses à ces questions peuvent pulluler avec des argumentaires irréfutables. Loin de m’abonder dans le sens de produire une réponse à ces questions suscitées, l’idée est de projeter des réflexions sous un autre angle. Lequel nous permettrait de voir un coté positif de son arrestation et de son extradition aux Etats-Unis d’Amérique. A malin, malin et demi, dit-on.



Depuis un certain temps, le Sénateur-élu a été l’objet de grandes accusations, les unes plus sévères que les autres et mêmes très compliquées. Des rumeurs prédisaient ce qui allait se passer. Le suspens était grand; curieux, fanatiques et ennemis spéculaient sur le sort qui lui serait réservé. L’homme fort s’embarquait pour le pays de l’Oncle Sam sans résistance, à l’encontre de ce que souhaiteraient voir bon nombre de personnes à coté de ses partisans. A présent, il est bien gardé par les Américains; c’est le prélude d’un autre chapitre dans l’épisode de sa vie politique.
De ses dires, il a été toujours prêt à défendre son pays et son peuple. Il a été prêt à se sacrifier pour défendre les idéaux politiques qui lui sont chers tels que l’idéal Dessalinien, la lutte contre la corruption, la souveraineté nationale… Déjà, le débat est lancé à grande allure sur l’existence de notre état souverain, sur la mentalité esclavagiste qui ravage l’âme haïtienne. Un pas dans la bonne direction, si cela permettrait de réviser certains documents signés avec l’Etranger au mépris des lois haïtiennes et de la souveraineté du peuple haïtien. En ce sens, ce serait un combat gagné; et il serait vainqueur même s’il resterait croupi derrière les barreaux à Miami.
La question majeure que l’on doit se poser est la suivante: et si la justice américaine n’arrive pas à le condamner? Dieu seul sait combien d’autres combats il aurait à gagner. L’homme de Pestel deviendrait pour de bon un homme fort en Haïti. Jeune de son état, jouissant d’un charisme grandissant, un héros national nous serait né.




A tout événement, il n’est pas superflu de mentionner la théorie de conspiration, surtout, suivant nos mœurs et coutumes, nous ne sommes jamais responsables de nos bavures. C’est toujours la faute ou le travail de l’autre, le Blanc. Comme le pays est devenu ingouvernable par nous-mêmes et que l’on ne veut pas nous mettre sous tutelle, nous infliger une occupation en bonne et due forme, le Blanc nous est en train de préparer un leader. Lequel prendrait les rênes du pays par voie démocratique mais dirigerait avec une main de fer pour porter les corrections nécessaires. Ce serait un autre combat gagné pour Guy Philipe. On doit se rappeler de son échec de se porter au pouvoir après les événements de Février 2004. « Bourik travay, men chwal galonnen. »
La route du succès n’est pas forcément une ligne droite, dit-on. L’histoire nous a enseigné pas mal de leçons. Souvent on rit pour ensuite pleurer et vice versa. La lutte politique est « bossale » surtout lorsqu’elle est menée par des bossus. Dans les pays « nègres », on voit tout; chefs aujourd’hui, prisonniers demain et vice versa. Rien ne m’étonnerait sur la terre d’Haïti, car elle est un laboratoire ouvert à toutes sortes d’expériences. Une idée d’une autre prospection!
Dr Tiery S. Osias

Leave a Comment