Gary Bodeau : Au-delà des privilèges, le peuple a besoin de son parlement 

Dans un texte reproduit ci-dessous par Rezo Nòdwès, le président de la Chambre des Députés, en dépit d’un quorum minimum, Gary Bodeau estime que ses pairs ont poussé à la démission le premier ministre Jack Guy Lafontant, le 14 juillet dernier, lors de la séance d’interpellation en continuité du gouvernement

Samedi 21 juillet 2018 ((rezonodwes.com))– Les événements du début de juillet 2018 ont cristallisé et exprimé une opinion largement défavorable vis-à-vis du Parlement haïtien, et de la Chambre des Députés qui est au devant de la scène particulièrement. Et, ce serait impardonnable de la part des parlementaires d’ignorer cet état de choses, chargé de tous les orages et dangers pour l’institution parlementaire tant dans sa forme physique que dans sa composition humaine.




Pourtant, la Chambre des Députés, à l’écoute attentive des revendications populaires, a réagi favorablement aux aspirations des majorités, en poussant à la démission le Premier Ministre Jack Guy Lafontant effrayé de la sanction négative indubitable qui le menaçait au terme de la séance d’interpellation du samedi 14 juillet 2018. La posture de la Chambre des Députés et cet acte déterminé devraient convaincre les uns et les autres que cette Chambre reste à l’écoute des populations et travaille à la pleine satisfaction de ses besoins.

Il est devenu de plus en plus impérieux de motiver l’opinion publique dans le sens de l’importance d’un Parlement dans la constellation institutionnelle de la démocratie représentative. Il convient tout autant de consolider l’attachement des parlementaires à leur rôle, fonctions et attributions constitutionnels indispensables au bon fonctionnement de tout système démocratique et progressiste.

L’option démocratique du peuple haïtien comporte et exige des divorces obligatoires d’avec certaines pratiques, inscrites dans le génome des révolutionnaires, cacos ou piquets de notre histoire héroïque, toute comme elle impose aux représentants de ce peuple résilient des comportements frisant souvent le sacrifice au bénéfice de l’intérêt général.

Chaque fois que des insatisfactions de tous ordres attisent la colère populaire, le Palais législatif, si on peut appeler de ce nom cet humble bâtiment où logent les parlementaires depuis le séisme de 2010, est menacé de saccage et d’incendie aux motifs de l’inutile du Parlement qui engloutit des sommes immenses pour son fonctionnement et marque un désintérêt trop évident vis-à-vis des problèmes des populations.




Face à une telle situation, en tant que citoyen j’en appelle :

1-Aux parlementaires, surtout aux honorables Députés, pour les sensibiliser à l’accomplissement consciencieux de leur fonction, à la nécessité de leur présence active et agissante aux séances, à la prise en compte permanente des aspirations de leurs mandats

2-Aux organisations populaires, à la classe politique, à la société civile, au peuple haïtien tout entier, pour comprendre qui,dans un régime démocratique, le parlement est indispensable, qu’il a surtout besoin de confiance et de soutien, de respect et d’orientation pour bien remplir sa mission législative et de contrôle de l’action gouvernementale axée sur l’intérêt général, le progrès et le développement .

3-A la force publique, notamment au Commandant en chef de la Police Nationale d’Haïti, pour que soient prises toutes les dispositions nécessaires à la sécurité du bâtiment législatif et des Parlementaires afin que (ceux-ci) puissent en toute confiance et sérénité remplir leur rôle au service du peuple haïtien .




Aujourd’hui, ceux qui nous gouvernent en particulier les décideurs des pouvoirs publics doivent comprendre que le peuple veut des serviteurs non des privilégiés au timon des affaires de l’Etat. Il est évident qu’ils ne peuvent solutionner et trouver les solutions appropriées à tous les maux qui ont gangrené le pays au cours de sa vie de peuple. Cependant, le peuple attend des gestes patriotiques empreints de sincérité et de vérité visant à améliorer ses conditions de vie.

Gary Bodeau
Député-Citoyen

7 pensées sur “Gary Bodeau : Au-delà des privilèges, le peuple a besoin de son parlement 

  • 21 juillet 2018 à 9:32
    Permalink

    Depute Delmas ak kolegue li yo ap nage nan byen mennen, kisa l patadi pou sove djob dous saa. Pep la bouke nou met fe sa nou vle palman an pap egziste Tre byento. Nou souse pep la twop! Bann inconscient.

    Répondre
  • 22 juillet 2018 à 10:05
    Permalink

    Gary Bodeau se youn pwofitè sistèm nan se nòmal, pawol li ya san sans, se vye pawol vant ak anba vant, pawol aloufa san konsyans sitwayèn.

    Répondre
  • 22 juillet 2018 à 12:58
    Permalink

    Depite senate ranplase majistra, CASEC, ASEC, tout sa yap vote se anfave yo ak egzekitif la. Depi yo pa we avantaj personal yo ladanl li deja pap pase. Palman an responsab tout mize pep Ayisyen an, yo ankouraje jenes la kite peyi a. Yo pa fe anyen pou amelyore kondisyon lavi moun. Palman an dwe kraze. Se minut lap konte.

    Répondre
  • 22 juillet 2018 à 2:54
    Permalink

    Le peuple ne fait plus confiance à ces baroudeurs, ces vautours qui ne pensent qu’à s’enrichir et jouir des privilèges du pays, il faut que les choses changent, il est grand temps de nous débarrasser de ces paresseux.

    Répondre
  • 22 juillet 2018 à 3:07
    Permalink

    Nou dwe pran konsyans « monsieurs les parle/menteurs » ke nan yon peyi ki gen otan de mizè, otan de fristraksyon, ke nou pa ka viv nan lopilans konsa. Nou menm k ap kontrole gouvènman ta dwe an mezi pou rale gouvèman an lòd lè li nan move chimen. Men nou bliye wòl nou, nou la nap asele gouvènman, nap asele popilasyon.

    Mwen pa pou destriksyon yon ti kras enfrastrikti peyi a genyen yo, men mw pou pèp la bay yon leson ak bann san konsyans kap dechèpiye peyi a: ke l se palman an, ke l se gouvènman an. Quelque chose doit changer dans ce pays. C’est pas possible, sieurs les parle/menteurs!

    Répondre
  • 22 juillet 2018 à 5:36
    Permalink

    Dépité vòlò an ap pale met la. Men pèp la gentan pran not lontan. E lap tann nou wi nan on ti kafou wi. Pèp la ap fè tankou li bliye nou pou l Ka rive sou nou.

    Répondre
  • 23 juillet 2018 à 1:28
    Permalink

    Voila un autre profiteur qui donne des des leçons.Une seule et unique question l’ho
    norable profiteur,A quoi sert ce parlement pour mon peuple? Des belles paroles encore sans rien dire.Merci.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.