Football/Violences à Mirebalais : Le Racing des Gonaives fait le point!

Gonaïves, Lundi 11 Décembre 2017 ((rezonodwes.com))–
Note de Presse
Incident à Mirebalais: entre mensonges, intoxication et manipulation, le Racing FC fait le point
Le Racing Football Club des Gonaïves (RFG) dément, avec force, les informations, fabriquées de toutes pièces par des individus mal intentionnés, selon lesquelles ses joueurs seraient à l’origine des actes de violence survenus au Parc Bayas, à Mirebalais, dans le cadre du match retour des demi-finales des play-offs (série de clôture).




L’équipe Jaune et Bleu rejette également d’un revers de main cette allégation mensongère faisant croire que l’arbitre central aurait été frappé par un ou des joueurs du club de la terre salée. Ce qui est faux et archi-faux. Il s’agit d’une démarche visant à abattre, à tout prix et par tous les moyens, le club qui a dit « NON A LA VIOLENCE ». S’il est vrai que ce message a été salué par plus d’un, il a dérangé beaucoup d’autres.

Revenons sur les faits. C’était un parc Bayas bourré de pression. Dès le coup d’envoi de la rencontre, les fans de l’Association Sportive de Mirebalais (ASM) se montraient très violents. Ils n’ont pas cessé d’agresser verbalement les visiteurs. En deuxième période, l’arbitre a dû observer plusieurs arrêts en raison des objets de toutes sortes qui ont envahi la surface de jeu. L’un des arbitres assistants a reçu un coup au niveau de la cheville. Nous jouions la 90ème minute lorsque l’arbitre a accordé 5 minutes de temps additionnel.

Les cinq minutes étant écoulées, l’officier de la rencontre a décidé d’octroyer un coup franc à l’équipe receveuse. Coup franc capté par le goalkeeper gonaïvien, Jodelky FLORÉAL, qui a dû relâcher la balle suite à un coup reçu en plein visage de la part d’un belligérant mirbalaisien. Du coup, les fans de l’ASM ont envoyé un autre ballon sur le terrain qui, joué par un joueur de l’équipe receveuse, a fini sa course au fond du filet. Constatant que l’arbitre hésitait à prendre une décision, des dizaines de fanatiques de l’équipe locale ont envahi le champ de jeu. Jets de pierres, bouteilles…




Et c’est à ce moment que l’arbitre a reçu un coup, et est étendu sur le sol, alors que les joueurs du Racing FC se trouvaient dans leur propre moitié de terrain, tout près du banc de touche.

La situation allait être dégénérée. Le chef de la délégation gonaïvienne a demandé aux forces de l’ordre d’accompagner les joueurs jusqu’à l’autobus. Ce fut vite fait. Une fois dans l’autobus, c’était l’enfer sur terre. Des pierres ont été lancées notamment en direction de l’autobus du RFG (pare-brise et vitres cassés, lumières avant endommagées); des tirs à balles réelles ont été entendus. L’équipe a été poursuivie par des hommes à motos. On a dû se réfugier au commissariat de Mirebalais pendant plus d’une heure. Les joueurs ont eu la vie sauve grâce à la vigilance des agents de l’Unité Départementale de Maintien d’Ordre (UDMO), qui a accompagné l’autobus jusqu’au carrefour de Saut d’Eau…




Le Racing Football Club des Gonaïves condamne une fois de plus ces genres de violences en série dans le championnat national de première division. Le Racing FC demande à la Commission d’Organisation du Championnat Haïtien de Football Professionnel (COCHAFOP) d’ouvrir rapidement une enquête sur cet incident malheureux ayant eu lieu à Mirebalais, afin de fixer les responsabilités et de prendre les décisions qui s’imposent.
Le Racing Football Club des Gonaïves réitère son engagement à donner le ton dans la lutte contre la violence sous toutes ses formes dans le milieu du football haïtien. NON A LA VIOLENCE!

Pour authentification :
Johnny FERDINAND
Responsable de Communication et de Marketing
(509) 47492917 / 43784300

L’image contient peut-être : 1 personne, assis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.