Foot – Haïti : La Fédération salue l’oeuvre du Dr Jean Marie Fritz Henri

La Fédération Haïtienne de Football (FHF), dans un communiqué publié ci-dessous a invité la grande famille du Football à rendre un vibrant hommage au Dr Jean Marie Fritz Henri

Samedi 29 décembre 2018 ((rezonodwes.com))– Éminent serviteur du Football, bénévole, dévoué et passionné, infatigable médecin de toutes les équipes nationales de football pendant des décennies, longtemps Président du VIOLETTE ATHLÉTIQUE CLUB , doyen des clubs haïtiens, enlevé à notre affection le samedi 22 décembre 2018 .

La douleur unanime causée dans l’opinion par cette disparition en dit long sur l’obsession de servir de ce sportif hors pair maladivement attaché à notre beau jeu.

Il y a quelques jours, le 9 décembre dernier, le CONGRÈS qui est la plus haute autorité du football national, représentant de toutes les entités de notre Association, avait rendu un vibrant et inédit hommage à ce Mécène du jeu en lui envoyant une plaque d’honneur au milieu d’une longue ovation débout des délégués venus de tout le pays.

La FHF en profite conformément aux vœux exprimés unanimement par la famille du football pour pérenniser le nom et l’exemple de cet humaniste que la nouvelle clinique médico-sportive dont l’espace est déjà disponible et que la FIFA a décidé d’aménager dans l’enceinte du centre technique national à Croix des Bouquets pour offir des soins appropriés aux joueurs du pays, portera le nom du Dr Henry.

La FHF prie sa femme, ses enfants, ses innombrables amis, ses collègues et amis du Violette AC, ses confrères de la « promotion 1974/1980 du renouveau », aux joueurs, dirigeants de tous les clubs qui perdent un ami sincère, intègre, honnête, toujours jovial et chaleureux , de recevoir l’expression de ses condoléances.

Une pensée sur “Foot – Haïti : La Fédération salue l’oeuvre du Dr Jean Marie Fritz Henri

  • 31 décembre 2018 à 2:56
    Permalink

    Yo di BON pa janm dire, sanble se vre. En plusieurs occasions, je l’avais côtoyé comme violettiste et patient. Il était un homme hors du commun. Il n’était pas comme les « chefs » et les diplômés patekwè. Avec mon ami Jean-Marie « Tatach, » sans argent ou pas, vous avez droit à des soins médicaux. C’était un mécène!
    Il faisait partie d’un cheptel humain en voie de disparition dans le pays. Mon ami, je te prie de saluer les patriotes Léon Manus ( li pat koube do l devan domestik ak apranti diktatè) et Turneb Delpé « Pepe » (li pat fè pati de « klas mwayèn » tivisye). RIP.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.