«Un certain nombre d’organisations ont rapporté avoir été affectées par des attaques informatiques», a expliqué le NHS dans un communiqué, soulignant que «l’enquête en est à son début» mais que le virus concerné serait Wanna Decryptor.Ce virus crypte les données contenues sur un ordinateur, afin d’exiger de son propriétaire une rançon en échange d’une clé de décodage.L’attaque serait de «portée mondiale» et toucheraient des organisations en Australie, en Belgique, en France, en Allemagne, en Italie et au Mexique, ajoute le groupe dans un communiqué.

«A ce stade, nous n’avons pas d’élément permettant de penser qu’il y a eu accès à des données de patients», a voulu rassurer la direction du NHS.




Cette attaque n’était «pas spécifiquement dirigée contre le NHS et touche d’autres secteurs», a-t-elle encore indiqué, sans donner de précision.

Selon les analystes de Forcepoint Security Labs, il s’agit «d’une campagne majeure d’email malveillants».