Et de deux pour Ayiti Mizik Festival

Avec sa deuxième édition, Ayiti mizik festival se taille résolument une place de choix dans le HMI (Haitian Music Industry)

Mercredi 9 janvier 2019 ((rezonodwes.com))– Si le compas direct est considéré comme le rythme musical haïtien le plus populaire, le plus grand festival de la musique haïtienne demeure jusqu’à présent « Haitian Compas Festival » qui, malheureusement, est réalisé en dehors du pays.

Après la mort brutale du promoteur culturel Joubert Charles, l’initiateur de Ayiti Men Konpa, Akinson Bélizaire dit Zagalo a tenté sans succès et à plusieurs reprises d’implanter un festival local de musique haïtienne. Mais, actuellement, c’est chose faite. Car, depuis l’an dernier, un nouveau rendez vous musical, le premier weekend du mois de janvier de chaque année, a été fixé avec Ayiti Mizik Festival.

Grâce à la firme Ayiti mizik S.A de Zagalo et de ses associés, la formule a été trouvée et cela semble fonctionner à plein régime. En essayant de corriger les erreurs d’une première édition tout de même réussie, l’équipe a fait preuve cette fois-ci de plus de maturité.

Environ un mois à l’avance, dans une conférence de presse à l’Hôtel La Réserve, le groupe Ayiti mizik S.A a réitéré envers le public son engagement à apporter du neuf dans l’organisation du festival.

Hébergé par la Henfrasa, cet événement, avec un line up surchargé, n’a pas pu accueillir, comme prévu, les performances de Djakout #1, Kreyòl la, Nu-Look et Fatima.

Devant se tenir entre 2hres de l’après midi et 2hres du matin, le coup d’envoi du festival n’a pu être donné que vers les 7hres par Bernier Sylvain (B.S) et Jean Belony Murat (Bélo) suivi de la prestation de Faviola qui a interprété l’hymne national.

Les jeunes formations musicales Zikòs et Buzz ont eu l’opportunité d’offrir au public ses premières notes festives. Buzz, révélation de la premiere édition du festival, a su faire la différence surtout grâce au talent de Junior Bonheur.

KennyWay de Kenny Desmangles, dont le guitariste, Saj, est aussi un membre du groupe Buzz, a pris la relève pour continuer avec l’ambiance survoltée du moment.

Outre le compas, d’autres tendances musicales étaient à l’honneur. Ruthshelle Guillaume, Bélo pour la musique alternative, Rockfam pour le rap, Roody pour la musique du monde.

L’inusable Shoubou, malgré son état de santé a pu se produire sur scène avec son groupe, Tabou Combo, aux cotés de Clinton Benoit et de Fanfan. Les créateurs du méga hit international « New York City » ont d’ailleurs été honorés pour avoir représenté dignement Haiti sur la scène internationale depuis des décennies.

D’autres distinctions ont été décernées à Rockfam, Nu Look Zagalo (pour son travail de promotion du compas direct) et Fabiola Dupoux (pour sa contribution dans l’organisation des événements).

Dans leur rôle d’accompagnement, les techniciens n’ont pas démérité. Guy Beauvil avec Toto Beats pour la sonorisation, Harry Luc comme responsable du Stage Management et Fedler de Next Lighting pour la lumière ont joué leurs partitions avec satisfaction.

Rendez vous le 4 janvier 2020 pour la troisièmes édition!

Steven Aristil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.