Equateur-Corruption: Le président du Parlement perd son poste après un entretien avec un « fugitif »

Une simple conversation téléphonique remontée à novembre 2017 avec un haut cadre des finances en fuite et recherché par la justice équatorienne, a valu à José Serrano, son poste de président de l’Assemblée Nationale de l’Equateur, samedi. En Haiti, par contre, les chefs d`état se réunissent avec des fugitifs et leur offrent des postes au Palais National et dans les ministères. Le législateur équatorien assurait son interlocuteur qu’il va travailler pour la révocation d’un commissaire enquêtant sur des activités de corruption du contrôleur en fuite




Quito, samedi 10 mars 2018 ((rezonodwes))-Samedi, le président du Parlement de l’Equateur, José Serrano, a été démis de ses fonctions pour avoir entretenu un dialogue non-officiel avec un ex-cadre des finances en fuite, Carlos Pólit, avec lequel, selon la presse équatorienne, il a parlé de la façon de favoriser le départ du Procureur de la République, Carlos Baca Mancheno, enquêtant sur des cas de fraudes et de lien présumé du contrôleur Polit avec la firme brésilienne Odebrecht.

« En quelques minutes et plus, vous avez commis une inconstitutionnalité et une illégalité, vous avez pratiquement violé mes droits humains« , a déclaré José Serrano après sa destitution par l’Assemblée Nationale, à l’issue d’une séance houleuse qui a duré plus de quatre heures au cours de laquelle 103 voix ont voté pour son renvoi de président du parlement équatorien.

Lors de l’audience au Parlement, pour justifier son dialogue téléphonique avec le fugitif Polit, l’ex-président de l’Assemblée Nationale a accusé le Procureur Baca d’avoir eu un pacte avec Odebrecht afin d’éviter sa condamnation en Equateur pour le réseau de perception de pots-de-vin qu’il avait forgé, tout en affirmant être en mesure d’obtenir des preuves contre le procureur.

Celui-ci, de son coté, a souligné que la tentative de le relever de son poste avait pour seul but de l’empêcher de poursuivre les enquêtes qui ont directement impliqué Serrano et l’ancien contrôleur en fuite.




Serrano qui avait un mandat de 2 ans, jusqu’en mai 2019 pour présider les séances à l’Assemblée Nationale, conservera son siège de simple législateur après sa destitution samedi.

En Equateur, selon l’article 18 de la loi organique de la fonction législative, les dirigeants de la législature peuvent laisser vacant le poste pour les raisons suivantes : après avoir accompli la période pour laquelle ils ont été élus, par démission, par destitution, par cessation de fonctions ou par décès.

 

6 pensées sur “Equateur-Corruption: Le président du Parlement perd son poste après un entretien avec un « fugitif »

  • 11 mars 2018 à 8:57
    Permalink

    C’est vrai que REZO NODWES fait un très grand travail mais, comme lecteur, il y en certain commentaire qui me laisse des doutes sur le sérieux, la bonne foi et la rectitude journalistique. Peut être que je me trompe, je le souhaite. REZO NORDWES a cité le cas de Jovenel Moise et je n’arrive pas à faire le lien, dans partir du reportage. En Haïti, un fugitif peut lui-même devenir député, sénateur puis président du sénat et enfin président de la république. Un fugitif peut aller tirer un prévenu pour meurtre des mains de la justice. Dans le bureau-même du chef du parquet. Un fugitif peut mettre le président de la république sous on contrôle pour le faire chanter, sans que personne ne voit rien d’anormal. la rencontre de José Serrano a été enregistrée et c’est sa décision de faire avorter une enquête en mettant le responsable de cette enquête en difficulté (très grave) qui lui a valu la perte de son poste. Il aurait du être complètement destituée. Lorsque quelqu’un intervient au nom du journal REZO NORDWES, pour moi lecteur, je m’attend qu’il soit impartial, crédible et digne de confiance. Il a le droit d’être partisan mais, sa partisannerie ne droit pas transparaitre aussi crument sur son reportage. Vous avez un poste de  »magister dixit » c’est une responsabilité sur quel genre de citoyen vous êtes en train de programmer pour demain. Il faut faire attention, parce que, j’ai déjà vu des journaux, comme Haïti Observateur et autres être poursuivit sauvagement impitoyablement. Je ne pense pas que, comme paneliste, vous avez le droit d’afficher votre mépris, votre haine incontrôlé, votre condamnation et votre désir de punir à tout rompre sans égard à la responsabilité qui est dévolu au pouvoir judiciaire. si vous êtes en désaccord avec tout le système. Votre place n’est pas ici mais plutôt à la chambre comme député, comme législateur. la parole s’en va mais, les écrits restent.

    Répondre
    • 11 mars 2018 à 11:18
      Permalink

      marc antoine acra proprietaire du bateau de drogue manzanes n’est-il pas un fugitif refugie en republique dominiaine? jovenel l’a rencontre en republique dominicaine.

      Répondre
      • 11 mars 2018 à 2:53
        Permalink

        Quel loi qui dit, qu’il n’a pas le droit de le rencontrer… c’est ou dans le texte sur le président du parlement de l’équateur, on signifie que le fait d’avoir rentrer le fugitif est un péché? Est ce que vous avez lu et compris ce qui est reporté ici?…. Quel punition pour les haïtiens qui ont rencontré, applaudi, mangé sur la table de Privert et autre? est ce Martelly a été sanctionné pour avoir rencontrer le député Arnel Bélizaire. ou le sénateur Privert,, ?

        Répondre
        • 11 mars 2018 à 2:59
          Permalink

          Le titre du texte prête à confusion, ce n’est pas une simple rencontre puisqu’il ont comploté pour empêcher le procureur de poursuivre son enquête.. c’est là la faute et c’est ce que le reportage a omis de souligner.

          Répondre
  • 11 mars 2018 à 9:13
    Permalink

    Je vous souhaite longue. Le peuple Haïtien a besoin de vous mes chers hommes et femmes porteurs et porteuse du bougies de l’avenir.

    Répondre
  • 11 mars 2018 à 9:14
    Permalink

    Je vous souhaite longue vie. Le peuple Haïtien a besoin de vous mes chers hommes-et-femmes porteurs et porteuses du bougie de l’avenir.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.