Équateur-Acte de kidnapping : L’ex-président Correa sommé de se présenter tous les 15 jours devant le tribunal

Rafael Correa, habitant actuellement en Belgique, et qui a dirigé l’Equateur pendant 10 ans (2007-2017) serait rattrapé par son passé et devrait maintenant rendre compte à la justice qui voudrait lui imposer certaines restrictions dans ses libertés de mouvement. La juge équatorienne Daniella Camacho a ordonné que l’ancien président Correa, début de juillet, soit présenté tous les 15 jours devant le tribunal où il était accusé de l’enlèvement de l’ancien vice-président Fernando Balda, un fait qui serait commis en Colombie en 2012. L’ancien président serait le cerveau de l’acte de kidnapping vivant à éliminer physiquement un opposant





Quito, mardi 19 juin 2018 ((rezonodwes.com))–Sur réquisition du procureur général, de Quito, la juge Daniella Camacho a ordonné, à titre de mesure préventive, que l’ancien chef d’Etat équatorien Rafael Correa, se présente tous les 15 jours devant la Cour nationale de Justice à partir du lundi 2 juillet prochain, lisons-nous dans un communiqué.

Le juge a également indiqué que pour faciliter l’instruction complète du dossier, un délai allant jusqu’au 18 juillet, est accordé au juge-instructeur.

Pour sa part, le procureur a avoué avoir détenu suffisamment de preuves démontrant que l’ancien Chef d’Etat Correa était le cerveau de la tentative d’enlèvement de Balda, un opposant qui était en exil à Bogotá, ensuite a été extradé à Quito pour être jeté en prison pendant plus de deux ans.




Le procureur parlant d’évidences, s’est basé, d’après lui, sur des faits palpables. Parmi les preuves à conviction, a-t-il soutenu, « figurent deux chèques émis par la Direction nationale du service de renseignement, des lettres envoyées par deux accusés dans l’affaire à l’ancien président, des bureaux du Secrétariat national de renseignement, la Présidence de la République et le Conseil national électoral, ainsi que des témoignages de plusieurs personnes recueillies.« 

Le procureur a également demandé que l’utilisation d’un dispositif de surveillance électronique soit imposée à M. Correa et que des mesures de protection soient ordonnées en faveur de Balda et de sa famille.




Signalons que l’ancien président Correa, qui vit en Belgique, n’a pas comparu à l’audience, mais ses avocats et plusieurs dirigeants politiques, comme son ancien ministre des affaires étrangères Ricardo Patiño, l’ont fait, ont confirmé les médias locaux équatoriens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.