« Nous nous attachons à garder un peu de mystère : les femmes franc-maçonnes de Grande-Bretagne – un reportage photo

0
3165

The Guardian

Photographier Anna Gordon a donné un accès extraordinaire à la loge historiquement secrète de la franc-maçonnerie pour les femmes, l’une des deux grandes loges pour femmes du Royaume-Uni en activité depuis plus d’un siècle, alors qu’elle se tourne vers l’avenir.

Vendredi 24 juin 2022, Jour de la St-Jean

Lorsque vous mentionnez les francs-maçons, les gens ont tendance à avoir des réactions similaires : les membres ont-ils une poignée de main secrète ? Retroussent-ils la jambe de leur pantalon ? Y a-t-il de la corruption ? La seule chose à laquelle ils n’ont pas tendance à penser, ce sont les femmes.

Les racines de la franc-maçonnerie féminine remontent à la France, en 1882, lorsque Maria Deraismes est devenue la première femme initiée, à la Loge des libres penseurs. La co-maçonnerie (franc-maçonnerie qui admet à la fois les hommes et les femmes) a été importée de France au Royaume-Uni en 1902 par le Dr Annie Besant, qui en est devenue la chef. Besant était une militante féministe, une réformatrice sociale et l’une des organisatrices de la grève des allumettes en 1888.

La franc-maçonnerie trouve son origine dans les guildes de tailleurs de pierre et ses symboles sont des objets utilisés dans la construction. Il existe trois degrés fondamentaux de la franc-maçonnerie : le premier est l’initiation, lorsque quelqu’un s’inscrit ; le deuxième est le passage à l’état de compagnon ; et le troisième est celui de maître-maçon, également connu sous le nom de cérémonie de l’élévation.

Elles sont dirigées par deux Grands Maîtres (les loges féminines utilisent le même langage, les mêmes traditions et les mêmes rites que les loges masculines). L’Ordre des femmes francs-maçons compte plusieurs milliers de membres tandis que la franc-maçonnerie pour les femmes en compte environ 700. Il existe des loges artisanales (loges locales) de femmes maçonnes dans tout le Royaume-Uni et à l’étranger, notamment aux États-Unis, en Inde, à Gibraltar, en Espagne et en Roumanie.

En 1908, les co-maçons britanniques se libèrent du contrôle français et forment trois loges sous une nouvelle Grande Loge. En 1913, la Grande Loge s’est divisée à la suite d’un différend sur les degrés (les niveaux de la franc-maçonnerie), ce qui a conduit à la création de deux organisations distinctes qui sont devenues l’Ordre des femmes franc-maçonnes et la Franc-maçonnerie pour les femmes, qui sont toujours en activité. Depuis 1935, elles sont réservées aux femmes.

Historiquement, la franc-maçonnerie a toujours été une affaire secrète, les membres n’étant pas autorisés à en discuter avec des personnes extérieures. Aujourd’hui, il y a plus d’ouverture.

“When I joined in 1976 it was very much ‘them and us’ and you had to be kept in your place: it was rank orientated. But it is much more friendly now … the men have relaxed their attitude towards us. In the beginning, they were hostile and wouldn’t recognise us. Things have changed considerably,” says Christine Chapman.

“It’s the most wonderful women’s club … The camaraderie. That fact that your situations in life change nobody knows what is coming – but this is something constant. You can walk in and there is always a friendly face and a warm welcome … If you were with a partner before but you’re not with one later on, you still have somewhere you can go and feel comfortable. The lodge is always there for you,” says Susan Bentley.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.