CNN – Les États-Unis réactivent la politique « Stay in Mexico » pour tous les migrants

0
1246

(CNN) — The Joe Biden government re-launched a Trump-era border policy known as “Stay in Mexico” according to the Department of Homeland Security, re-launching the program that allows officials to send non-Mexican migrants to Mexico to wait there for their U.S. immigration court hearings. The policy began in El Paso, Texas, according to two Customs and Border Protection officials.

Lundi 6 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Une politique américaine controversée datant de l’ère de Donald Trump, qui obligeait certains migrants à retourner au Mexique et à y rester pour attendre l’issue de leur demande d’asile, va redémarrer lundi après que le Mexique a accepté sa réactivation.

L’administration Biden a mis fin au programme des protocoles de protection des migrants (PPM), puisque le dispositif « Rester au Mexique » est officiellement connu, mais un tribunal fédéral américain a ordonné qu’il soit rétabli.

Le ministère américain de la sécurité intérieure (DHS) a indiqué jeudi dans un communiqué que la remise en œuvre du programme débutera le 6 décembre ou autour de cette date.

« Une fois qu’il sera pleinement opérationnel, les inscriptions au PPM se feront à la frontière sud-ouest et les retours au Mexique se feront dans sept ports d’entrée à San Diego, Calexico, Nogales, El Paso, Eagle Pass, Laredo et Brownsville.

« Une fois qu’il sera pleinement opérationnel, les inscriptions au PPM se feront à la frontière sud-ouest et les retours au Mexique se feront dans sept ports d’entrée à San Diego, Calexico, Nogales, El Paso, Eagle Pass, Laredo et Brownsville.

« … Une fois l’injonction du tribunal levée, le PPM prendra fin », a précisé le DHS. Le gouvernement des États-Unis « conteste vigoureusement » la décision du tribunal fédéral, a-t-il ajouté.

Le College of the Northern Border estime qu’entre 15 000 et 20 000 migrants seront renvoyés au Mexique une fois que le programme aura été réactivé.

Annonçant l’acceptation par le Mexique de la reprise du programme, le ministère des affaires étrangères (SRE) a déclaré que le gouvernement américain avait accepté les préoccupations humanitaires du gouvernement mexicain concernant le programme.

Le Mexique a demandé une augmentation des ressources pour les refuges pour migrants et les organisations internationales qui s’occupent des migrants, la protection des groupes de personnes vulnérables, la prise en compte des conditions de sécurité locales et de la capacité des refuges et de l’Institut national de l’immigration (INM) à accueillir les migrants et la mise en œuvre de mesures anti-COVID, notamment des contrôles médicaux des migrants et la fourniture de vaccins avant leur expulsion.

Le SRE a également déclaré que le gouvernement fédéral a décidé, pour des raisons humanitaires et à titre temporaire, de ne pas expulser les migrants qui ont obtenu une date de comparution devant un tribunal américain pour présenter leur dossier d’asile.

Le DHS a déclaré que les États-Unis s’engageraient à faire en sorte que les dossiers d’asile soient résolus dans les six mois suivant le retour d’un migrant au Mexique. Certains migrants renvoyés au Mexique sous l’administration Trump attendent depuis bien plus longtemps que leur dossier soit entendu.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a admis lundi que le gouvernement n’était pas enclin à poursuivre le programme, déclarant aux journalistes que le DHS avait mis en œuvre des changements pour « améliorer les composantes humanitaires ». Il a toutefois ajouté que l’administration estime toujours que le programme est « inefficace et inhumain ».

La semaine dernière, des responsables ont déclaré que l’administration Biden avait apporté plusieurs modifications, notamment en demandant à tous les inscrits potentiels s’ils ont peur de retourner au Mexique.

Les catégories de personnes vulnérables qui peuvent être exemptées de l’inscription au programme seront élargies pour inclure les personnes ayant des problèmes de santé physique et mentale, les personnes âgées et les personnes exposées à la discrimination, notamment celles qui peuvent être discriminées en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité sexuelle, a précisé le responsable.

Les États-Unis ont également accepté de mener à bien les audiences dans un délai de 180 jours « dans toute la mesure du possible », a ajouté le fonctionnaire.

Toutes les personnes inscrites au programme recevront des vaccins COVID-19 avant leur retour au Mexique, une étape importante pour le Mexique, a déclaré le fonctionnaire.

L’accès à un avocat était également un point de discorde entre les responsables américains et mexicains.

Toutes les personnes participant à la nouvelle émission auront accès à un avocat avant et pendant leurs entretiens sur la crainte de retourner au Mexique, ainsi qu’avant les audiences du tribunal aux États-Unis, a ajouté le fonctionnaire.

Un autre fonctionnaire a déclaré que les transports entre le Mexique et la frontière seront également améliorés.

Nous voulons du travail, dit un migrant au Mexique qui se dirige vers les États-Unis. 2:11
Le transport aller-retour depuis les audiences judiciaires sera organisé et le Mexique fournira une escorte de sécurité aux bus se rendant aux audiences judiciaires et en revenant.

En outre, les personnes participant au programme se déplaceront des tribunaux de Laredo et de Brownsville vers les centres-villes pour trouver refuge en attendant d’être transportées vers une audience, a indiqué le responsable.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.