Kidnapping : 150 mille dollars us réclamés pour libérer la militante féministe, Novia Augustin

0
1989

En dépit des plaintes déposées à la Direction centrale de la Police judiciaire (DCPJ) et de la communication des relevés d’appel placés par les ravisseurs pour obtenir les rançons, les autorités policières font fi des cris de détresse lancés par la population face au phénomène du kidnapping qui tue et appauvrit des familles.

Dimanche 5 décembre 2021 ((rezonodwes.com))–

Moins de 24 heures après l’enlèvement de la militante féministe Novia Augustin, les bandits ont établi des contacts avec les proches de la victime. Une forte somme en devise américaine de 150 mille dollars a été réclamée pour pouvoir libérer la victime, selon une source de la famille.

Dans l’intervalle, le directeur général ai de la Police nationale d’Haïti (PNH), Frantz Elbé multiplie des rencontres avec des opérateurs hôteliers la Côte des Arcadins et des membres de la communauté internationale pour montrer que tout est sous contrôle, alors que dans les faits, la situation interpelle.

Comment encourager la relance du secteur touristique dans un pays aussi gangstérisé, miné par le kidnapping et la criminalité ? 

On se questionne sur l’économie de ce complot ourdi entre les tenants du pouvoir politique visant à exterminer la population civile. Au quotidien, des gens se font tuer, kidnapper, violer, rançonner sans une stratégie de la PNH pour mettre hors d’état de nuire les bandits. Les criminels ont une adresse, ils revendiquent leurs forfaits et s’exposent sur les réseaux sociaux.  

Grand-Ravine, Village-de-Dieu, Martissant et d’autres quartiers transformés en zones de non droit  sont les lieux de séquestration des bandits, selon les témoignages des proches de citoyens kidnappés.

La réalité la plus révoltante résulte dans le fait que les forces de l’ordre se montrent de plus en plus passifs face à la menace des hors-la-loi. Combien de plaintes ont été déposées à la cellule anti-enlèvement à la DCPJ, combien de relevés d’appel téléphonique communiqués aux autorités policières pour remonter les réseaux criminels ? Aucun suivi n’a été engagé, déplorent des citoyens. 

Les bandits s’affirment et s’affichent. Ils disposent de tout un arsenal pour empoisonner la paix publique. Uniformes de police, véhicules appropriés, armes et munitions à profusion pour déstabiliser la société.

Le gouvernement de facto, entre-temps, trop préoccupé à satisfaire ses alliés politiques, multiplie les nominations au sein de l’administration publique, envisage d’augmenter les prix de l’essence à la pompe, dans un déni total de responsabilité.

Hervé Noël
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.