Colombie|Necolcli. Plus de 7 000 Haitiens préfèrent rebrousser chemin et retourner au Chili et au Brésil, par peur d’être refoulés à la frontière américaine, ensuite déportés vers Haiti

0
22001

« Parmi eux, il y a une crainte fondée de déportation vers Haïti, et comme ils savent et sont conscients qu’il y a beaucoup de problèmes économiques et politiques dans ce pays, ils n’ont pas l’intention de retourner en Haïti », rapporte un agent des services humanitaires en Colombie.

Lundi 27 septembre 2021 ((rezonodwes.com))–Au total, plus de 7 000 Haïtiens ont commencé le week-end dernier leur voyage-retour de Necoclí à Medellín vers le Chili, le Brésil et les autres pays de l’Amérique latine où ils résidaient bien avant d’entreprendre le périlleux voyage pour atteindre la frontière américaine.

Les autorités s’attendent à ce que l’arrivée massive d’Haïtiens à Medellín prenne fin le 7 octobre. En ce sens, elles préparent donc déjà un plan de sécurité et d’accompagnement pour cette population pendant son court séjour dans la ville de Medellín.

« À Medellín, nous les recevons au terminal de transport nord pour qu’ils soient transférés au terminal sud où ils se dirigeront ensuite vers les villes du sud, Cali et Pasto« , a expliqué Sonia Peña, coordinatrice du groupe spécial des affaires ethniques et des migrants de la Personería.

Le cantonnement des migrants à Necoclí et l’impossibilité d’obtenir un billet pour poursuivre leur route vers le Panama, ajoutés à l’expulsion massive des Haïtiens des États-Unis et au déploiement brutal de la police pour démanteler les camps de migrants au Texas, sont les raisons pour lesquelles des milliers d’Haïtiens ont renoncé à poursuivre leur transit vers les États-Unis et ont décidé de retourner volontairement au Brésil et au Chili, où nombre d’entre eux vivent depuis 10 ans.

« Parmi eux, il y a une crainte fondée de déportation vers Haïti, et comme ils savent et sont conscients qu’il y a beaucoup de problèmes économiques et politiques dans ce pays, ils n’ont pas l’intention de retourner en Haïti« , a déclaré le fonctionnaire, qui a souligné que ce que les migrants disent, c’est leur désir de faire un transit rapide par Medellín.

source

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.