Dans les rues de l’Haïti de Jovenel Moïse, les gangs règnent en maîtres et seigneurs, note le journal américain The Nation

0
1286

Dans les rues de l’Haïti de Jovenel Moïse, les gangs règnent en maîtres et seigneurs, note le journal américain « The Nation »

Lundi 22 mars 2021 ((rezonodwes.com))– Il y a une raison pour laquelle Haïti est une telle catastrophe en ce moment – et ce depuis un certain temps déjà. Le comportement politique criminel de Martelly et Moïse a été soutenu et même encouragé et encadré par les États-Unis et d’autres acteurs étrangers: la France, le Canada, l’ONU et l’OEA, soutient la journaliste Amy Wilentz(1).

Alors que les Haïtiens sont plongés de plus en plus dans l’extrême pauvreté et l’insécurité, les gouvernements corrompus et de plus en plus anarchiques de Martelly et Moïse ont été soutenus financièrement par trois présidents américains successifs: Obama, Trump et maintenant Biden, écrit la rédactrice en chef du journal américain  » The Nation » dans ce texte publié ce 22 mars.


Gangs Rule the Streets of Jovenel Moïse’s Haiti

A whole country has been kidnapped by a bloodthirsty, money-hungry cabal. And how does the US State Department respond? By calling for “dialogue.”

By Amy Wilentz

It would be hard to argue that Jovenel Moïse, the current president of Haiti, has mastered the situation in his country, but in a way, he has. Though the visuals of violence and scenes of chaos argue against him, it seems that Haiti’s latest strongman can do no wrong grandiose or cruel enough to call his regime into question—at least not according the international community, whose nodding acquiescence, along with a king’s ransom in aid, sustains Moise’s hold on power.

Only this past week, he gave a nod to sending the Haitian National Police (PNH) into Village de Dieu, a shantytown controlled by G9, a consortium of street gangs who support the president and often have done him favors, in order for the PNH to be seen by the international community as clearing out the gangs. Instead, the police were attacked by a massively armed group; the officers were overwhelmed (including those in an armored vehicle like a tank) and viciously massacred. The tank was burned, and there were rumors in the following days that the regime was negotiating payment for the release of a second tank from the gangs, as if the tank itself were another victim of Haiti’s terrible scourge of kidnappings under this president, but only this victim was valuable enough to ransom. (It’s possible that some wounded officers were still in the shantytown, and that their release was part of the deal for the tank.) According to a transcript of their phone messages, the officers who died pleaded for bakòp from headquarters for about two hours while under siege, but no bakòp ever came.

At least four police officers—who also look just like the people of the shantytowns—died brutal deaths in Village de Dieu, and many others were injured. Schools then shut down in fear of what might be about to happen. A few days after the utter and very public defeat of the police squad, a band of armed men from G9 attacked the offices and garage of Universal Motors, which is run by a prominent and vocal critic of the regime in a business area of Port-au-Prince very unlike the shantytown where the police were ambushed. The offices were burned and many vehicles either destroyed or stolen, with seemingly no fear of arrest or prosecution.

Lire l’original de l’article (en anglais) en cliquant ici

Traduction google de l’article ci-dessous

Un pays entier a été kidnappé par une cabale assoiffée de sang et avide d’argent. Et comment réagit le département d’État américain? En appelant au «dialogue».

Il serait difficile d’affirmer que Jovenel Moïse, l’actuel président d’Haïti, a maîtrisé la situation dans son pays, mais d’une certaine manière, il l’a fait. Bien que les images de violence et les scènes de chaos plaident contre lui, il semble que le dernier homme fort d’Haïti ne puisse pas faire de tort assez grandiose ou cruel pour remettre son régime en question – du moins pas selon la communauté internationale, dont l’acquiescement la rançon du roi en aide, maintient l’emprise de Moise sur le pouvoir.

La semaine dernière seulement, il a fait signe à l’envoi de la Police nationale haïtienne (PNH) au Village de Dieu, un bidonville contrôlé par G9, un consortium de gangs de rue qui soutiennent le président et lui ont souvent rendu service, pour la PNH être perçue par la communauté internationale comme une élimination des gangs.

Au lieu de cela, la police a été attaquée par un groupe massivement armé; les officiers ont été débordés (y compris ceux dans un véhicule blindé comme un char) et massacrés brutalement. Le char a été brûlé, et il y avait des rumeurs dans les jours suivants que le régime négociait le paiement pour la libération d’un deuxième char des gangs, comme si le char lui-même était une autre victime du terrible fléau des enlèvements d’Haïti sous ce président, mais seulement cette victime était suffisamment précieuse pour obtenir une rançon. (Il est possible que certains officiers blessés se trouvaient toujours dans le bidonville et que leur libération faisait partie de l’accord pour le char.) Selon une transcription de leurs messages téléphoniques, les officiers décédés ont plaidé pour un appui depuis le quartier général pendant environ deux heures. assiégé, mais aucun appui n’est jamais venu.

Au moins quatre policiers – qui ressemblent également aux habitants des bidonvilles – sont morts brutalement au Village de Dieu, et de nombreux autres ont été blessés. Les écoles ferment alors par peur de ce qui pourrait arriver. Quelques jours après la défaite totale et très publique de la brigade de police, une bande d’hommes armés du G9 a attaqué les bureaux et le garage d’Universal Motors, qui est dirigé par un critique éminent et vocal du régime dans un quartier d’affaires de Port-au-Prince très différent du bidonville où la police a été prise en embuscade. Les bureaux ont été incendiés et de nombreux véhicules détruits ou volés, sans apparemment craindre d’être arrêtés ou poursuivis.

L’histoire d’origine du G9 est qu’il a été fondé par d’anciens policiers et des gens du quartier qui étaient dégoûtés par la gestion inefficace de la sécurité d’Haïti, et qui ont maintenant pris les choses en main pour aider les habitants des bidonvilles et les personnes souffrant de la pauvreté, faisant des distributions de nourriture et autres. services communautaires. Pour les pauvres d’Haïti, il y a un certain frisson à voir des gens qui leur ressemblent, maigres et sombres, osant aller dans les quartiers des riches, dodus et à la peau claire pour voler de belles voitures et motos comme ça. La violence des gangs, cependant, est si profonde et omniprésente maintenant que tous les niveaux de la société ont été touchés et que n’importe qui peut être enlevé ou tué. Toute maison, qu’il s’agisse d’un manoir fermé ou d’une cabane, peut être cambriolée ou incendiée. N’importe quelle femme peut être violée.

Plutôt que d’assumer la responsabilité de la mort de ses policiers ou de prendre des mesures pour freiner les gangs, Moïse a fait arrêter et emprisonner Carl Henry Boucher, inspecteur général de la police de la PNH et un vétéran respecté de 30 ans de la force.Il est à l’isolement même avant de faire face à un juge qui présentera des accusations. Boucher, seule personne accusée par le régime de la débâcle policière du Village de Dieu, rejoint désormais l’autre vingtaine de prisonniers politiques en Haïti que Moise a récemment jetés derrière les barreaux pour solidifier son emprise au pouvoir, bien que la seule responsabilité de Boucher dans l’affaire semble avoir été d’aider à diriger un drone pour surveiller le site de l’attaque.

Les opposants à Moïse disent que la raison pour laquelle Boucher est détenu à l’isolement – étrange pour un officier de son rang – est qu’il pourrait témoigner de l’implication d’autres personnes dans l’intervention ratée, parmi lesquels le directeur de la PNH qui a été nommé par Moise en Novembre pour remplacer un directeur qu’il avait licencié. Une autre théorie est que les partisans de Moïse ont orchestré la catastrophe afin de convaincre les amis de l’OEA d’intervenir en Haïti avec une force militaire, de stabiliser la situation, et d’aider à mener de nouvelles élections qui permettront au parti de Moïse, le président Michel Martelly, au pouvoir. Il n’est pas difficile, étant donné le niveau de cynisme de ce régime, d’imaginer que l’équipe de police aurait pu être délibérément sacrifiée pour faire valoir un point: les gangs sont désormais aux commandes d’Haïti. La PNH, forte de 15 000 personnes, est financée par les États-Unis.

Pendant ce temps, Moïse tente d’orchestrer un référendum pour changer la constitution afin de lui permettre de se présenter pour un deuxième mandat consécutif. Moïse pourrait-il faire quelque chose de plus transparent? Un clip vidéo récent de lui avec une salle remplie de partisans le montre gesticulant et sûr de lui: «Quelles que soient les élections organisées dans ce pays», dit-il, «ils ne nous retireront jamais le pouvoir». Cela ne peut vous aider à vous rappeler que François (Papa Doc) Duvalier a déclaré à un journaliste de CBS: «Je viens d’être élu président à vie.»

Il y a une raison pour laquelle Haïti est une telle catastrophe en ce moment – et ce depuis un certain temps déjà. Le comportement politique criminel de Martelly et Moïse a été soutenu et même encouragé et encadré par les États-Unis et d’autres acteurs étrangers: la France, le Canada, l’ONU et l’OEA. Alors que les Haïtiens ont plongé de plus en plus dans l’extrême pauvreté et l’insécurité, les gouvernements corrompus et de plus en plus anarchiques de Martelly et Moïse ont été soutenus financièrement par trois présidents américains successifs: Obama, Trump et maintenant Biden. Pendant le traumatisme du tremblement de terre de 2010 là-bas, alors – le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon, a nommé Bill Clinton comme envoyé spécial de l’ONU pour Haïti; Bill et Hillary Clinton, à l’époque secrétaire d’État des États-Unis, ont tous deux donné une crédibilité médiatique et électorale à Martelly, qui a préparé le terrain pour l’élection de Moïse cinq ans plus tard.

Depuis 2010, Haïti a reçu cinq fois plus d’aide internationale que tous les autres pays des Caraïbes réunis, en partie parce que le tremblement de terre a pratiquement anéanti Port-au-Prince. Mais comme Warren Everson Alarick Hull, le représentant permanent de Saint-Kitts-et-Nevis auprès de l’OEA, l’a déclaré récemment lors d’une réunion de cette organisation: «Alors que ces demandes [de financement] sont renouvelées, nous nous demandons ce qu’Haïti a fait de cette aide considérable. ?  » Comme dans le cas de PetroCaribe de Hugo Chavez, un programme social à prix réduit basé sur le pétrole pour Haïti (et d’autres pays des Caraïbes), rares sont les Haïtiens qui ont récolté les fruits de l’aide étrangère. En effet, personne ne sait vraiment où est allé tout l’argent, même si une partie du vol des fonds PetroCaribe par le régime Martelly et ses cohortes a été documentée. Nul doute qu’une partie de l’aide internationale est passée des poches de l’Etat au financement des gangs, que Jacques Léon Emile, le président de l’Association haïtienne pour la mémoire et la culture, a récemment appelé «l’aile armée des autorités politiques».

Alors que le régime Moise a encore appauvri le peuple haïtien et provoqué l’exode habituel de ceux qui ont les moyens de partir, les gangs ont été favorisés par toutes sortes d’avancées et d’énormes caches d’armes lourdes – soi-disant interdites sous un embargo américain sur les armes. – Ainsi que des véhicules blindés de qualité militaire. Après le meurtre des policiers au Village de Dieu, les gangs ont divisé les vêtements, les armes et les équipements de protection des hommes qu’ils venaient de tuer.

Cependant, lire la page d’accueil du département d’État de l’administration Biden sur les relations entre Haïti et les États-Unis, c’est avoir une rencontre orwellienne avec l’absolument irréel. Plus les gouvernements Martelly et Moise ont échoué, plus les États-Unis sont devenus généreux. La page répertorie tout l’argent donné à la suite du tremblement de terre, puis continue en disant qu’Haïti échoue néanmoins. Voici une citation typique: «En réponse à la détérioration de la situation humanitaire en Haïti et aux demandes d’assistance internationale du Gouvernement haïtien et des partenaires des Nations Unies, l’Ambassadeur des États-Unis en Haïti a déclaré une catastrophe en raison de la situation d’urgence complexe en Haïti. En réponse, le Bureau américain d’assistance en cas de catastrophe à l’étranger de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) fournit un million de dollars par l’intermédiaire du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies pour soutenir le transport des produits humanitaires et du personnel pour les secours immédiats. >> Traduit en ce que les Haïtiens comprennent que cela signifie: alors que les politiciens et leurs flunkies volent l’aide internationale destinée à la population haïtienne et échouent le pays à chaque tournant, l’USAID prend la note du vol et de l’échec, envoyant juste assez pour empêcher les Haïtiens de une révolte explosive pure et simple.

Cinq jours après les meurtres au Village de Dieu, l’ambassade des États-Unis en Haïti a tenu une réunion virtuelle avec des représentants du secteur privé d’Haïti et de la République dominicaine (la République dominicaine avait précédemment annoncé son intention de construire un mur de 234 milles le long de la frontière haïtienne, à le Trump). Après la réunion, l’ambassade a annoncé une initiative de coopération frontalière. «Au milieu des défis des deux dernières années», lit-on dans la déclaration, «ce dialogue permanent s’est avéré un mécanisme utile pour

Engagez des discussions collaboratives et réalisez des réalisations tangibles. Les participants se sont réengagés à un ensemble de priorités ciblées pour améliorer le climat des affaires, officialiser le commerce, promouvoir l’état de droit et stimuler le développement le long de la frontière entre la République dominicaine et Haïti. Rappelez-vous, ils parlent d’un pays où vous ne pouvez pas sortir sans crainte d’enlèvement, et où la police est paralysée ou en liaison avec les gangs.

Peu de temps après avoir lu la déclaration de l’ambassade, j’ai regardé une vidéo haïtienne de ce qui s’est passé lorsque les Dominicains ont finalement ouvert l’un des points de passage le lendemain du massacre. Au premier plan, vous voyez une file ordonnée d’Haïtiens qui avaient sans doute attendu patiemment de franchir une frontière fermée, et juste derrière eux, dans la rue, se trouve un flot fou de gens à pied, à moto, dans des camions, certains transportant des marchandises. leurs têtes, se précipitant pour passer, courant, tandis que le narrateur avec son téléphone dit: «Ils ont ouvert la porte. Ils ont ouvert la porte. Entre Haïti et la République dominicaine. La République dominicaine a ouvert la porte. Ils le fermeront bientôt. Ils le fermeront dans une minute. Et vous n’avez pas besoin de visa. Vous n’avez pas besoin de passeport.  » Quelques coups de feu épars retentissent, inexpliqués.

«[La politique d’Haïti] est quelque chose que nous examinons très activement», a déclaré le secrétaire d’État Antony Blinken lors d’une récente audience du Comité des relations étrangères présidée par le représentant Gregory Meeks, qui a fourni un aperçu réel des excès du régime et de la situation haïtiens actuels. « Je partage votre inquiétude concernant certaines des actions autoritaires et antidémocratiques que nous avons vues », a déclaré Blinken. (Notez que «certains».) Il est peut-être difficile pour Biden, un président élu dont le scrutin libre et équitable a été grossièrement et malhonnêtement contesté par un usurpateur sans scrupules, de dire à un président dont l’élection et l’administration sont remises en question pour de vraies et bonnes raisons qu’il Dois y aller. Mais si Biden ne pouvait voir l’élection de Moïse que pour la farce qu’elle était, avec un faible taux de participation et des chiffres bidouillés approuvés par l’OEA, peut-être que Biden pourrait surmonter son dégoût d’abandonner ce président.

Jusqu’à présent, cependant, il ne semble pas qu’il se déplace même dans cette direction. Voici sa secrétaire adjointe aux affaires de l’hémisphère occidental Julie Chung, sur Twitter: «Nous exhortons @moisejovenel à entamer un dialogue avec les parties prenantes, à mettre fin à la paralysie politique et à organiser des élections libres et équitables en 2021.» Tout Haïti en rit, y compris sûrement le président Moïse. «Ces gens sont incroyables», a déclaré un de mes amis haïtiens.

Il est triste de dire que plus de deux siècles après que le peuple asservi d’Haïti ait mené une révolution réussie contre l’armée de Napoléon et obtenu son indépendance de la France, le pays a besoin d’un soutien extérieur pour l’aider à se libérer de ses propres dirigeants. Mais à l’heure actuelle, il a désespérément besoin de ce soutien. Il faut en particulier que les États-Unis cessent d’encourager puis de soutenir des régimes qui favorisent la corruption et le chaos et conduisent au mieux à une dictature violente et oppressive – ou, pire encore, qui perpétuent le chaos corrompu actuel qui rend la vie ordinaire impossible. Voici le message que Washington envoie à Moïse: seules quelques vies noires comptent.

À l’heure actuelle, tout Haïti a été kidnappé par une petite cabale de dirigeants assoiffés de sang, assoiffés d’argent et immoraux de toutes sortes: politiciens, officiers de justice, hommes d’affaires et chefs de gangs. Le pays est retenu en otage. Comme le disait un tweet récent à Kreyol, « Le problème que vous essayez de résoudre au Village de Dieu, sa solution se trouve dans le palais présidentiel ». Tant que Moïse et sa cohorte ne partiront pas, Haïti ne pourra pas avancer. Si le département d’État ne le sait pas, il n’écoute tout simplement pas. «Abandonné par l’État», a fait défiler le crawl sous une vidéo commémorant la perte des policiers. Il aurait tout aussi bien pu dire «abandonné par l’Amérique».

(1)Amy Wilentz , rédactrice en chef de The Nation et membre du Guggenheim, est l’auteur de La saison des pluies: Haïti depuis Duvalier; Adieu, Fred Voodoo: une lettre d’Haïti; et le roman Martyrs ‘Crossing; entre autres livres. Elle enseigne le journalisme littéraire à l’Université de Californie à Irvine.

Source : https://www.thenation.com/article/world/jovenel-moise-haiti-police/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.