Haïti sous PHTK : Mixage répugnant de tapage, braquage, outrage et otage !

1
931

Menu copieux de la déliquescence sociopolitique, la luminescence et la magnificence ont avalé leurs extraits de naissance en ces lugubres circonstances de condoléances à présenter en permanence dans les villes avilies et les bidonvilles décivilisés pris en otage par une lignée de détraqués officiels et officieux de la pire espèce.

par Carly Dollin

Jeudi 14 octobre 2021 ((rrezonodwes.com))–

L’omniprésence et l’omnipotence du banditisme musclé protégé par l’éminence criminelle officielle ont drastiquement évincé l’essence, la science et la conscience dans les affaires publiques. Cet héritage sauvage mélangé de gribouillis, majigridis et grafitis funestes légués par un ramassis de figidis sans pudeur et sans honneur requiert des tonnes d’éponge à mobiliser par la nouvelle classe politique afin de nettoyer les écuries d’Augias. Au plus vite, Haïti doit déguerpir les fesses de cette clique politique impudique des fauteuils politiques pour enfin partir en quête de ses dignes progénitures à se mêler de la partie en vue de sauver la patrie pétrie d’hérésies et d’inepties.

La politique étant située en amont des véritables changements économiques et sociaux, elle ne doit plus être l’apanage de lions, caméléons, aliborons et démons pour dessiner une fin chaotique sans précédent. Haïti devra cesser d’accepter que des flagorneurs locaux et des hypocrites internationaux se faufilent en bon « mètdam » pour se la couler douce en caressant les animaux officiels détraqués dans le sens de leurs derniers poils décatis. Les mules et les nuls du PHTK ne sont pas les seuls responsables dans la débâcle ; on y compte également des intellectuels petits (Sic. Alain Deneault) qui se soumettent servilement au service de l’imposture et la sinécure officielle avec la mission ignoble de laver les badigeonnages de sa majesté en soutenant véhémentement des sophismes dans une factice éloquence. Une bonne frange de la presse, l’église, l’université, et des partis politiques soi-disant de l’opposition ont facilité l’exécution des projets ténébreux du régime criminel en place.  Il faut que quelque chose change !

Trop de risibilité aux fauteuils prestigieux du Parlement

« Dis-moi qui siège à titre de sénateur et de député à ton Parlement et je te dis que tu es champion de la comédie et artisan de ta propre tragédie ».

De risibles missives sénatoriales envoyées par « émaille », uppercuts et apchagis de sénateurs Shaolins, pluie de balles de sénateurs commandos sur des civils en quête de meilleures conditions de vie, connivence de sénateurs avec des bandits notoires dans les délits du kidnapping, de la cocaïne ; le Grand Corps puérilisé a été pulvérisé et badigeonné dans l’ivresse et la petitesse particulièrement au « chapitre IV » de la constitution. À se demander combien de prothèses dentaires de nos septuagénaires et octogénaires ont été renversées par terre à chaque fois que les cons et bouffons du Bicentenaire survolent les différentes sections de la constitution en leurs lectures grotesques de confondre des chiffres et des lettres.

Cleptomanie effrénée à la questure du Grand Corps décapité assortie de mégalomanie de location de multiples résidences et de véhicules luxueux au frais de la princesse en détresse, emprunts délinquants auprès des organismes autonomes en dehors des normes de l’actuariat ; à vitesse de croisière le vol et le viol prennent de l’envol à l’avenue du Bicentenaire. Comme à une jungle ensanglantée remplie de lions, caméléons, cabris et lapins ; « Cher-Ami», le dernier Parlement indécent a exprimé une bizarre copromanie dans un mélange suffoquant de col blanc et de col bleu puis de « rasta » et de « tèt kale » qui se confondent et qui se fondent dans une caducité nocturne paraphée par un tweet présidentiel démentiel. Au firmament de la déraison parlementaire, le fiasco fécal a damé le pion à la fraicheur logique et écologique pour que le pestilent fasse obstruction à l’argument.

Poignée de mains tendue à l’Hexagone par le philosophe « Français » Socrate à un des députés réputés champions des cons, crochets à la Tyson entre sénateurs et députés frustrés comme méthode véhémente pour réfuter des arguments; nos compliments aux imposteurs et dealers de cette 50e spectaculaire, acteurs et compositeurs de la série tragicomique de cette décennie épileptique qui a détrôné les œuvres hors d’œuvre de Bicha et de Jesifra.

De sales scandales au sein des ministères régaliens

« Parle-moi de la petitesse des dirigeants inutiles qui roulent en sirène tonitruante de tes véhicules immatriculés SE et OF, et je te dis que tu prends la politique pour un jeu vidéo sauvage assorti de braquage, bricolage et rapiéçage avant de marquer l’ultime naufrage sociétal».

Missions de mercenaires criminels sous les auspices de ministres sinistres et de directrices générales banales – sans lecture ni écriture – pour opérer des missions de lèse-patrie avec des bottes étrangères qui foulent le tarmac sans être « screenés ». Dans un premier temps pour loger des balles au poumon de la population révoltée ; dans un second temps pour être tagués de boucs émissaires dans un assassinat de président en fonction. Tueries en série, kidnappings en parallèle, crimes de sang à Martissant, mauvais air au Bélair venté par des alliés détraqués, carnage à La Saline ; tous les mauvais coups seraient permis dans cette arène politique délétère dans l’optique de créer un climat de psychose de peur paroxysmique. C’est ainsi, croient les chtoniens dilapidateurs, que le macadam serait éloigné des bottes cyclopéennes des Petrochallengers qui à juste titre demandent des comptes sur les crimes financiers du Petrocaribe, la carte Dermalog et les frais de Dollars-cinquante amassés indûment via les transferts de la courageuse diaspora.

Conspiration de coup d’état « aux fustibales montés en des péristyles » à un Petit-Bois au dos large pour mettre par terre le dos de l’imposture et de la sinécure officielle dans une évidente fin de mandat institutionnel. Les « sans-hontes » de ce régime criminel n’avaient pas honte d’indexer les gérontes de la Cour de Cassation de putschistes afin que la tergiversation permette à la bulle officielle toxique de demeurer sous l’emprise d’une clique cynique de contrebandiers économiques et politiques. Des cadres hors-cadre révoqués pour incompétence et concussion dans le Nord puis promus à de plus hautes positions à l’ouest en recevant l’ampliation de faire le job de « bayakou » pour nettoyer les badigeonnages de sa majesté entêtée dans le bluff et le délit. « Vint-cents » années dans une ère technologique, cela fait trop longtemps qu’Haïti continue de désacraliser les institutions à travers des options « bouillies vidées » d’honorer des « tètes fêlées » qui nourrissent la révoltante kakistocratie.

Mensonges polymorphes, ingérence étrangère, platitude intellectuelle, imposture officielle, le bas instinct ne saurait poursuivre sans frein son petit bonhomme de chemin zigzagué pour hypothéquer le destin de cette nation exemplaire. Qu’on se mette d’accord que l’intégrité et l’intrépidité devraient prendre la main pour que les projets destinés au bien-être collectif servent effectivement les causes de l’éducation, la santé, le loisir, la sécurité.

À un certain stade déclencheur appelant à couper court aux séries de chantages obstructifs au sauvetage collectif languissant, la justice doit vaincre l’impunité par de fermes signaux de récupération de l’argent récupérable du Petrocaribe et du Dermalog avant que les fautifs purgent leur peine aux cellules dédiées à cet effet. Tel est le challenge de la nation avant l’entreprise de tout projet d’envergure. Aucune élection ne saurait être crédible sans le nettoyage des écuries d’Augias léguée comme désagréable héritage par les voraces de rare espèce qui ont morfalé les richesses de la nation jusqu’aux dernières pièces sonnantes.

 « Garbage in, Garbage out », le Dermalog serait incontestablement source de méfiance. Il faudra alors que cette base de données suspecte de corruption soit épurée et supervisée à la loupe afin d’éviter des gestions de crises post-électorales calamiteuses. Haïti ne saurait être amnésique de l’implication de Martine Moïse indexée de délit et de conflit d’intérêt dans ce projet antidémocratique ainsi que plusieurs autres crimes de sang. C’est grave de voir à quel point l’envie, la folie et l’ambition politique serait capable de chasser l’instinct maternel.

 « Jeanjean », les mélomanes auraient sollicité une version révisée de ton opus « Donnez le monde aux femmes ». Faudra préciser définitivement, aux femmes et aux mères qui ne se laissent pas emporter par l’appât du gain facile, celles qui ne sont pas impliquées dans les délits, les crimes de sang et de lèse-patrie. Nous ne saurions récidiver dans la stupidité de laisser des corps sans cœurs, des cœurs sans cerveaux et des cerveaux sans matière grise à l’hypophyse des nobles entités de notre fière Cité.

Autre temps, autres mœurs. Dans tous les compartiments, l’humanité vit le temps où le présent s’explique fidèlement en référence aux données du passé en vue d’anticiper le futur avec la plus grande précision. Haïti doit ouvrir ses yeux de lynx afin d’éviter d’embarquer dans des options impulsives de livrer les clés de la Cité à des bourreaux masculins et féminins qui se vêtiraient dans la ruse de manteaux de victimes propitiatoires.

Le succès se planifie et se concrétise par le talent et non par le charlatan ; et donc une place princière doit être surtout accordée au savoir si l’objectif visé consiste à s’allier avec l’épanouissement académique, économique et la prospérité partagée. Haïti doit se résoudre définitivement de jouer des partitions harmonieuses dans le concert des nations pour qu’elle livre des stances agréables en ligne avec le refrain de la modernité qui requiert des instances créatrices de stabilité et une éminence politique dotée de conscience et du sens de créativité.

Carly Dollin
carlydollin@gmail.com

1 COMMENT

  1. Chez PHTK, les femmes sont aussi ignobles que les hommes. Elles ont l’air de puer la charogine en les regardant. Regardez Sophia Martelly, Martine Moise, la petite pute qui etait ambassadeur en France et qui est maintenant ambasseur dans 3 pays simultanement! Quelle decheance!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.