Efe|Migrants au Texas. Des femmes haïtiennes enceintes supplient pour que leur bébé naisse aux États-Unis, car « c’est une bénédiction », disent-elles

0
2052

L’haitienne Mahilda qui parle un portugais parfait, vivait confortablement dans le sud du Brésil avec son mari lorsque, enceinte, ils ont décidé de faire le voyage jusqu’aux États-Unis pour demander l’asile.

Mahilda s’envole vers Miami, non pas Haiti

Dimanche 19 septembre 2021 ((rezonodwes.com))–

« C’est une bénédiction que mon enfant puisse naître aux États-Unis« , soupire Mahilda, une Haïtienne enceinte qui a mis plus d’un mois et demi pour atteindre Del Rio, au Texas.

La jeune femme de 33 ans a expliqué dimanche dans un portugais parfait que le voyage vers les États-Unis avait été « dur », tant physiquement que mentalement, mais qu’au final « cela en valait la peine« .

Mahilda vivait confortablement dans le sud du Brésil avec son mari lorsque, une fois enceinte, ils ont décidé de faire le voyage jusqu’aux États-Unis pour demander l’asile à la frontière.

QUELQUE 8 500 KILOMÈTRES DE VOYAGE

Près de 8 500 kilomètres plus tard, Mahilda, enceinte de huit mois, attend maintenant de monter dans un bus à Del Rio pour l’aéroport de San Antonio, d‘où elle s’envolera cet après-midi pour Miami.

Là, « si Dieu le veut« , son fils ou sa fille naîtra.

Cette situation « est récurrente » parmi les immigrants qui décident de demander l’asile aux États-Unis, selon un volontaire de la Coalition humanitaire frontalière de Val Verde qui aide les nouveaux arrivants.

UN MEILLEUR TRAITEMENT SI VOUS ÊTES ENCEINTE

« Si vous arrivez à la frontière enceinte, vous avez beaucoup plus de chances d’être considérée comme vulnérable par les autorités et d’être autorisée à entrer dans le pays« , explique la bénévole.

Cette situation dure depuis juillet, lorsque l’administration du président américain Joe Biden a approuvé une directive visant à empêcher les femmes enceintes ou allaitantes d’être détenues par les services d’immigration.

Une autre femme enceinte qui a entrepris le voyage vers les États-Unis a accouché il y a quatre jours dans le camp de fortune situé sous le pont international de Del Rio.

BÉBÉ NÉ À LA FRONTIÈRE

La nouvelle maman, qui n’a pas souhaité s’exprimer devant les médias, a toutefois autorisé quelques photographes à prendre des clichés du nouveau-né.

En tout, quatre femmes sur un peu plus de dix ressortissants haïtiens présents à la gare routière aujourd’hui en étaient au dernier stade de leur grossesse.

L’une d’entre elles, assise près de Mahilda sous un parapluie, raconte à Efe que dans son cas, elle est arrivée aux États-Unis enceinte et célibataire, car le père du bébé ne voulait pas participer au passage massif de la frontière.

Près d’eux se trouve une autre femme au ventre énorme qui a souffert d’un coup de chaleur dû aux températures élevées de Del Rio, plus de 37 degrés Celsius, bien qu’elle se soit rétablie plus tard après avoir été soignée par des bénévoles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.