La crise en Haiti avec des « coups d’Etat en douceur », soulevée par le Sénat américain lors de la confirmation de Brian A. Nichols comme le nouveau Assistant Secretary of State for Western Hemisphere Affairs

0
1822

Mercredi 15 septembre 2021 ((rezonodwes.com))–Les États-Unis ont nommé Brian A. Nichols au poste de sous-secrétaire d’État aux affaires de l’hémisphère occidental – Assistant Secretary of State for Western Hemisphere Affairs – à un moment où leur principal instrument régional, l’Organisation des États américains (OEA), est en crise.

M. Nichols a été confirmé par le Sénat lundi, devenant ainsi le premier Afro-Américain en plus de quarante ans à occuper ce poste, qui permet d’élaborer la politique américaine dans la région que Washington considère comme son « arrière-cour« .

Cette confirmation est intervenue six mois après la nomination du président Joe Biden à ce poste, signe que l’opposition républicaine bloque l’approbation des postes diplomatiques par l’administration démocrate dans le cadre de sa stratégie visant à entraver le travail de la Maison Blanche.

Le scénario auquel est confronté le diplomate est compliqué étant donné les efforts de plusieurs États d’Amérique latine et des Caraïbes pour éliminer l’OEA car, selon eux, « elle ne représente pas les intérêts de la région, mais plutôt la politique de domination de Washington avec une résurgence de la doctrine Monroe« .

Au cours des délibérations, certains sénateurs, dont le président de la commission des affaires étrangères de la Chambre des représentants, le démocrate Robert Menendez de New Jersey, ont affirmé que la « sécurité régionale » du pays était menacée.

Ces aspects ont été identifiés dans la situation en Haïti, ravagée par un tremblement de terre, et dans le récent assassinat de Jovenel Moïse, au Nicaragua, à Cuba et au Venezuela, des processus politiques que Washington cherche à faire dérailler avec ses politiques de « coup d’État en douceur ».

Une autre question difficile pour Nichols sera celle de la migration et du flux croissant de personnes vers les frontières américaines, causé, entre autres, par les politiques inégales et méprisantes de Washington envers la région.

Le nouveau sous-secrétaire parle couramment l’espagnol et était auparavant au Pérou (1989), où il a également été ambassadeur de 2014 à 2017, chef de mission adjoint à l’ambassade de Colombie de 2007 à 2010, conseiller politique adjoint au Mexique (1998-2001) et agent politique au Salvador (1991-1993).

M. Nichols, 56 ans, a également été ambassadeur au Zimbabwe au cours d’une carrière diplomatique qui s’étend sur plus de trois décennies.

En Colombie, il a notamment supervisé la livraison de plus d’un demi-milliard de dollars américains dans le cadre du « Plan Colombie », un instrument qui a jeté les bases d’une politique agressive contre le Venezuela et de l’expansion de Washington en Amazonie.

En juillet de cette année, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a proposé de remplacer l’OEA par un organisme qui ne serait « le laquais de personne », en référence aux États-Unis. C’est le scénario dans lequel Nichols va évoluer.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.