Désavoué encore une fois par l’international, Lambert met une sourdine à sa  »présidentite »

0
2872

Encore un autre cas de Lambert appuyé par 8 sénateurs Tèt Kale corrompus, qui, depuis le 13 janvier 2020, se révèlent totalement inutiles à la Patrie.

Lambert finira-t-il par défier le blanc, mercredi, pour devenir le nouveau président de facto d’Haiti et assurer le retour de Michel Martelly au pouvoir ? Il n’est que d’attendre la fin de la journée. Un autre problème se pointe à l’horizon et il risque d’intensifier tous les maux de ce pays livré aux gangs costumés et ou armés.

à lire : La résidence du sénateur Lambert coûte 8 millions G par an au Sénat | Rezo Nòdwès (rezonodwes.com)

Mercredi 15 septembre 2021 ((rezonodwes.com))– La communauté internationale sous le leadership des USA a mis en garde mardi le « président de ti rès Sena-a », le sénateur Joseph Lambert contre toute tentative de prendre le contrôle de la Présidence sans une large adhésion nationale, a révélé mardi soir le New York Times citant un diplomate en place à Port-au-Prince.

« Au milieu du tumulte de mardi, le chef du sénat, Joseph Lambert, a tenté de devenir le prochain président d’Haïti. M. Lambert, qui a essayé de revendiquer la présidence dans les jours qui ont suivi l’assassinat de M. Moïse, a tenté une fois de plus de revendiquer le poste suprême de la nation mardi soir« , a précisé New York Times. Toutefois, cette révélation vient de confirmer le report « pour mercredi » de la prestation de serment de Lambert comme le nouveau président de facto d’Haïti.

Le bureau du sénateur a appelé les médias locaux au Parlement pour diffuser en direct sa prestation de serment, mais avant qu’il puisse le faire, une fusillade a éclaté, empêchant M. Lambert d’entrer dans le bâtiment, selon des diplomates occidentaux et des responsables haïtiens, a indiqué New York Times.

Une fois que la communauté internationale, dirigée par le gouvernement des États-Unis, a eu connaissance des plans de M. Lambert, elle a présenté un front uni et a mis en garde le sénateur contre le fait de prendre la présidence sans un consentement national plus large, selon un diplomate à Port-au-Prince.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.