L’AUF offre un appui de 1,4 million d’euros aux universités du Grand Sud

0
730

Lundi 13 septembre 2021 ((rezonodwes.com))–

L’annonce a été faite, le vendredi 10 septembre 2021, lors d’une conférence de presse animée par la titulaire du MENFP, Marie Lucie Joseph, et le recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), le professeur Slim Khalbous, à l’Inspection générale de l’éducation.

Le montant est destiné à appuyer les universités publiques du Grand Sud et l’université Notre-Dame afin de faciliter la rentrée universitaire et des actions liées à la recherche et à l’autonomisation des jeunes.

Intitulé Plan d’action solidarité-Haïti, le projet qui vise à accompagner les institutions universitaires du Grand Sud doit contribuer à la relève du secteur éducatif, après le séisme dévastateur du 14 août 2021 qui a endommagé ou détruit plusieurs institutions éducatives.

L’ AUF, dans un élan de solidarité, a mobilisé 60 % du montant dans ses propres fonds et le complément sera financé par d’autres acteurs et volets de la Francophonie. Ce Plan d’action solidarité est lancé au moment où l’AUF commémore ses 60 ans, et où l’Agence se transforme considérablement afin de répondre de manière plus efficace aux urgences du moment, exacerbées par la Covid-19, a souligné le professeur Khalbous.

C’est également l’année qui a vu l’élection historique d’Haïti au Conseil d’administration de l’AUF, aux côtés de dix autres États francophones, a ajouté le recteur qui se réjouit d’apporter le soutien de l’AUF à un partenaire de longue date de la Francophonie, après cette terrible catastrophe.

Le Plan comporte trois grands volets, suivant la présentation du recteur Khalbous :

1. un appui de 500 000 euros aux universités publiques du Sud aux Cayes, dans les Nippes et la Grande-Anse et l’université Notre-Dame qui doit faciliter leur rentrée universitaire à travers un dispositif structurant de formation en ligne, participant aussi à la transformation numérique de l’enseignement dans ces universités.

A cet effet, six espaces connectés seront ouverts, alimentés en énergie solaire, à l’extérieur des actuels bâtiments universitaires, dotés d’une capacité d’accueil allant jusqu’à 600 étudiants en même temps. 2 000 tablettes seront aussi mises à la disposition des étudiants. Plus de 300 professeurs bénéficieront d’ateliers avec des formations certificatives dans le domaine de l’enseignement à distance, ainsi qu’un studio d’enregistrement de vidéos pédagogiques ;

2. le développement de l’autonomie financière des étudiants et des jeunes diplômés, principalement les femmes, grâce au renforcement du programme Réseau solidaire d’accompagnement à la création d’entreprises (RéSACE), qui accordera une priorité au développement d’entreprises localisées dans le Sud d’Haïti. Pour les deux prochaines années, l’AUF et ses partenaires financeront plus de 75 entreprises portées par des jeunes, à raison de 10 000 USD par entreprise, et accueilleront plus de 300 jeunes du Grand Sud dans les ateliers d’incubation du RéSACE ;

3. la poursuite du soutien à la recherche-action dans le domaine des risques sismiques en Haïti, à travers l’installation, par de jeunes chercheurs haïtiens, de stations sismologiques dites « citoyennes », dans des habitations localisées dans les départements du Sud. Grâce à ce réseau, créé par le laboratoire de recherche URGÉO, de l’Université d’État d’Haïti, des données sont mises à disposition des sismologues en temps réel et de manière permanente. Les jeunes chercheurs haïtiens sélectionnés participeront, par leur action, à des recherches de haut niveau dans le domaine de réduction de l’exposition aux risques sismiques d’Haïti, en partenariat avec des universités membres du réseau international de l’AUF.

Pour le directeur du Bureau régional de l’AUF, Saulo Neiva, le lancement officiel de ce plan traduit, une fois de plus, l’engagement de l’AUF envers Haïti. Cet engagement s’inscrit dans la phase d’urgence relative au séisme du 14 août dernier mais aussi dans le mode opératoire de l’agence qui place la solidarité active au cœur de ses projets en vue du développement des universités, du partage de l’expérience académique et de l’insertion professionnelle des jeunes.

La ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle a salué le grand mouvement de solidarité internationale qui s’organise avec l’appui de nos différents partenaires internationaux qui fournissent ou se préparent à fournir leur assistance technique et/ou financière à notre pays pour la relève du secteur éducatif dans le Grand Sud dévasté par le séisme du 14 août écoulé. Elle a accueilli avec satisfaction cette annonce du partenaire historique de l’enseignement supérieur haïtien qu’est l’AUF offrant plus d’un million d’euros qui va contribuer au relèvement des universités publiques du Grand Sud et de l’université Notre Dame.

Madame Marie Lucie Joseph souligne que l’apport de l’AUF rejoint les grandes préoccupations du ministère qu’elle dirige en visant aussi bien les étudiants que les enseignants. Les étudiants sont pris en compte en tant qu’utilisateurs des technologies de l’information et de la communication et en tant qu’acteurs dans la création d’entreprises, voie d’entrée autonome dans le monde du travail. Les enseignants de nos universités du Grand Sud seront appuyés aussi bien dans le domaine de l’enseignement proprement dit, mais également dans le domaine de la recherche. Ceci contribuera à renforcer notre enseignement supérieur dans sa dimension régionale comme prévu dans le Plan décennal d’éducation et de formation (PDEF).

Le numéro UN du MENFP dit apprécier le fait que le montant de la contribution du premier volet de financement en appui aux universités du Grand Sud sera utilisé exclusivement en vue de faciliter l’ensemble des actions programmées. Cette décision s’appuie sur les leçons apprises des interventions après d’autres catastrophes de la décennie précédente et va dans la direction prônée par le Gouvernement. Elle en a profité pour rappeler les initiatives du gouvernement sous le leadership du Premier ministre en vue de mobiliser les acteurs internationaux et trouver les fonds nécessaires pour relancer les activités scolaires dans les zones affectées. L’organisation d’une grande rencontre avec les bailleurs, le mercredi 8 septembre 2021, à la Primature s’inscrivait dans cette dynamique, selon elle.

Renouvelant sa volonté de collaboration avec l’AUF, la ministre Joseph dit miser sur une coopération MENFP-AUF en vue d’un enseignement supérieur haïtien pouvant jouer son rôle de locomotive pour le système éducatif haïtien à tous les niveaux et pour le développement d‘Haïti.

Notons que la Conférence de presse s’est tenue à la fois en mode présentiel et en visio-conférence en présence, autre autres, des recteurs des universités ciblées dans le projet, du directeur de cabinet de la ministre, Ecclésiaste Thélémaque, d’un autre membre du cabinet, Hudson Jean Baptiste et du vice-recteur de l’université Notre Dame, Patrick Eugène.

Rappelons que l’AUF est une organisation internationale regroupant 1007 universités, grandes écoles, réseaux universitaires et centres de recherche scientifique utilisant la langue française dans 119 pays dont Haïti.

Bureau de communication/MENFP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.