Vidéo. Cap-Haïtien|Incendie et pillage de Valerio Canez : une employée frustrée décrit un pays où aucun investissement de capitaux propres n’est garanti

0
1840

Léon Charles ayant prouvé son incapacité totale à assurer la sécurité des vies – notamment celle d’un président de la République – et des biens des domaines public et privé, sera-t-il gardé en poste aussi longtemps encore jusqu’à l’accouchement d’un régime PHTK 3 ? Les jovenélistes, les lamothistes ou les sweetmickistes, le trio du mal infernal profond du pays dont le sort se décide depuis le 28 juillet 1915 à l’extérieur lors des discussions en petits conciliabules secrets avec les Conzé et les moso mounn sur place.

Cap-Haitien, samedi 24 juillet 2021 ((rezonodwes.com))–Lundi matin, en tout début d’une nouvelle reprise d’activités commerciales, post-Jovenel Moise, plusieurs dizaines d’employés de la succursale de Valerio Canez à Cap-Haitien, viendront grossir les rangs du fort pourcentage des haïtiens plongés dans le chômage.

Ce fait est survenu après qu’ un groupe d’individus se réclamant des partisans de Jovenel Moise et vraisemblablement voulant venger l’assassinat brutal de leur leader du régime PHTK 2, ont livré au pillage cette nouvelle institution commerciale puis par la suite incendié ses locaux, ôtant ainsi le pain quotidien de la bouche de ses employés et de ses familles sans leur offrir une alternative immédiate.

« Comment venir blamer plus tard sur les réseaux sociaux des artistes haitiens partis investir ailleurs« , s’est questionnée une femme avec un joli accent capois (nordiste) très prononcé, dans un vidéo-clip devenu viral sur la toile.

Cette femme qui s’est gardée de révéler son nom, a pourtant filmé l’emplacement de ses bureaux où elle venait fournir tous les matins le service à clientèle. Très frustrée, elle met en garde d’éventuels investisseurs intéressés à la création d’emplois dans le pays livré aux gangs et aux copains coquins. C’est à leur risque et péril, a-t-elle insinué.

Des images d’une succursale de Valerio Canez en flammes étaient devenues virales sur des réseaux sociaux vendredi après-midi après la cérémonie d’hommage à Jovenel Moïse, dans la localité de «Madeline», au Cap-Haïtien.

Des manifestants, après avoir attaqué l’entreprise, ont défilé avec des matériels emportés des lieux. Des scènes de pillage accompagnées de mouvements populaires ont embrasé la ville, dans un contexte marqué par le renoncement des forces de l’ordre, uniquement propres au lancement de gaz lacrymogènes contre les manifestants anti-gouvernementaux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.