Trump annonce une plainte contre Facebook, Twitter, Google et leurs patrons

0
695

L’ancien président américain proteste contre sa mise à l’écart de ces réseaux sociaux après l’attaque du Capitole en janvier. Il dénonce une « censure illégale, inconstitutionnelle ».

Mercredi 21 juillet 2021 ((rezonodwes.com))– Sept mois après avoir été évincé des réseaux sociaux, l’ancien président américain Donald Trump s’attaque à Facebook, Twitter, Google et leurs patrons. Il en avait été évincé après avoir réitéré ses accusations de fraude à l’élection de novembre 2020 dans un discours incendiaire avant que des centaines de ses partisans assaillent le Capitole, le 6 janvier.

« Je dépose, en tant que principal représentant, une action collective majeure en justice contre les géants de la tech comprenant Facebook, Google et Twitter, ainsi que leurs patrons Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey », a annoncé le milliardaire depuis son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey.

Ces trois patrons « mettent en œuvre une censure illégale, inconstitutionnelle », a-t-il affirmé lors d’un discours formel, derrière un podium où son nom était inscrit. « Nous demandons au tribunal fédéral du district sud de la Floride d’ordonner l’arrêt immédiat de la censure illégale et honteuse de la part des groupes de réseaux sociaux visant les Américains », a-t-il expliqué.

L’ancien président, qui annonce depuis plusieurs semaines un retour sur les réseaux sociaux avec « sa propre plate-forme », a ajouté : « Nous exigeons (…) la fin du silence forcé. » « Il n’y a pas de meilleure preuve que la Big Tech est hors de contrôle que le fait qu’ils ont interdit le président des Etats-Unis en fonction » sur leurs plates-formes, a-t-il martelé.

Avant d’être banni, Donald Trump comptait près de 89 millions d’abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram. « 

Google et YouTube ont effacé d’innombrables vidéos qui osaient mettre en doute le jugement de l’Organisation mondiale de la santé » pendant la pandémie, a-t-il également expliqué mercredi.

Au même moment, les élus républicains de la Chambre ont dévoilé un programme qui faciliterait les poursuites contre les entreprises technologiques devant les tribunaux et la contestation de la censure injuste.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.