Me. André Michel : « La gouvernance catastrophique du régime de Jovenel Moise est fondée sur la corruption et la violation systématique des droits humais… »

Mercredi 9 juin 2021 ((rezonodwes.com))–Une mission de l’Organisation des États américains (OEA) est arrivée mardi en Haïti, préoccupée par ce qu’elle appelle la dégradation de la situation politique, sécuritaire et des droits de l’homme dans le pays.

L’OEA a déclaré que ce voyage de trois jours visait à garantir la tenue d’élections libres et équitables prévues pour septembre et novembre, alors que le président Jovenel Moïse continue de gouverner par décret depuis plus d’un an.

Ce voyage intervient dans un contexte de forte augmentation des cas de coronavirus en Haïti et de recrudescence de la violence des gangs dans la capitale de Port-au-Prince, où des centaines de familles ont récemment été déplacées, dont une partie vit dans des parcs publics et des terrains de sport en plein air.

Moïse a déclaré qu’il a rencontré la mission et que leurs discussions ont porté sur la sécurité et la situation sanitaire d’Haïti.

« Mon administration a réaffirmé son engagement en faveur d’un dialogue franc qui devrait conduire à l’organisation d’élections démocratiques », a-t-il écrit.

La mission a déclaré qu’elle prévoyait également de rencontrer des dirigeants de la société civile et de l’opposition, mais certains de ces objectifs ont été rejetés.

André Michel, l’un des principaux leaders de l’opposition haïtienne, a publié un document de neuf pages critiquant Moïse et son administration ainsi que l’OEA. Il a demandé pourquoi le groupe régional n’a pas exigé que le président organise des élections législatives longtemps retardées ou ne l’a pas condamné pour la violence en Haïti.

« Sa gouvernance catastrophique, fondée sur la corruption et la violation systématique des droits de l’homme, a suscité un mécontentement radical au sein de la population haïtienne », a déclaré M. Michel.

La mission est arrivée juste un jour après que les responsables haïtiens ont annoncé qu’ils repoussaient, pour la deuxième fois, un référendum constitutionnel qui a été vivement critiqué et a suscité de violentes protestations.

L’Office de protection des citoyens d’Haïti a décrié les récentes violences dans une déclaration dimanche dans laquelle il a appelé le gouvernement à protéger les vies et les biens de la population tout en prévenant que les gangs se renforcent.

Il a noté qu’au moins 10 meurtres ont été signalés dans une communauté ces derniers jours, dont un policier, et que des gangs ont attaqué des ambulances et incendié des maisons et des petites entreprises.

« Tout cela se passe sous les yeux et le silence des autorités », a-t-il ajouté. « Les forces de sécurité du pays sont à genoux ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.