Mission OEA en Haïti : nouvelle passe d’arme sur Twitter entre l’ambassadeur Antigua-Barbuda et le représentant illégal d’Haïti à Washington

0
2239

Bocchit Edmond n’a jamais présenté ses lettres de créance à POTUS à la Maison Blanche.

Mercredi 12 mai 2021 ((rezonodwes.com))–L’ancien ministre de facto des Affaires Etrangères d’Haïti, Bocchit Edmond, nommé illégalement par Jovenel Moise et sans l’approbation du Sénat, conformément à la Constitution haïtienne en vigueur, Ambassadeur d’Haïti à Washington, a engagé un bras de fer avec Ronald Sanders, le représentant légal d’Antigua et Barbados aux Etats-Unis, sur le but principal d’une éventuelle mission de l’OEA à Port-au-Prince.

L’OEA qui ne sera pas à sa première mission intéressée en Haïti après celle de 2011 ayant laissé un goût amer, cette fois-ci, selon M. Sanders, devrait venir sans un agenda établi au préalable, pour le moins en ce qui a trait au referendum bidon de Jovenel Moise. « L’ambassadeur d’Haïti a déclaré lors d’une réunion informelle du Conseil permanent de l’OEA que, nonobstant la déclaration contenue dans la lettre de son ministre des affaires étrangères adressée au SG Almagro« , a tweeté Sanders citant Edmon Bocchit, tout en révélant que « le gouvernement retire de la table que l’OEA devrait faciliter l’organisation d’un référendum« . Ce serait « bien« , une très bonne chose, a conclu l’ambassadeur Ronald Sanders.

Cependant, ce tweet de Sanders, comme un coup de tonnerre, a assailli les sens de l’intellectuel Bocchit Edmond, relégué au rang de subalterne de Claude Joseph, et en charge de recruter à Washington, à coups de millions de dollars des lobbyistes pour venir défendre Jovenel Moise et ses gangs criminels armés G9. Sanders lui ferait dire ce qu’il n’a pas dit. « C’est ta propre interprétation. Calme-toi Ron, il n’y a rien à célébrer ici« , s’est empressé, mais quatre heures plus tard, de répondre M. Edmond sans toutefois démentir l’existence d’une telle rencontre informelle tenue avec le Conseil permanent de l’OEA. M. Edmond n’est pas sans savoir que le peuple haitien a déjà, par centaines de milliers, rejeté le 29 mars dernier, toute forme de consultation populaire sur un probable changement de la constitution n’ayant jamais béni la corruption et l’impunité.

Soulignons que Bocchit Edmond, en 2019, lors d’une rencontre avec l’ancien Secrétaire d’Etat américain, Mike Pompeo, à la Jamaïque, avait assuré le monde entier que Jovenel Moise allait tenir des élections législatives en Haïti, avant la fin de cette année (2019). Une déclaration qui s’est révélée par la suite totalement fausse, car, au constat, de gaieté de cœur, Jovenel Moise a annoncé le 13 janvier 2020 la « caducité » du parlement pour conduire le pays vers un état-voyou, autocratique et totalitaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.