Haïti|Crimes et impunité. Accord de trêve conclu entre Jovenel Moise et ses gangs criminels G9 via CNDDR, à l’approche de son referendum bidon contesté

0
2193

Les principaux gangs armés pro-pouvoir pourraient mettre fin aux enlèvements, sans être poursuivis par la justice, ont annoncé des leaders de l’opposition. Jovenel Moise confirme qu’il est effectivement le chef suprême et effectif des gangs armés.

Samedi 8 mai 2021(rezonodwes.com))–Après avoir incendié des dizaines de maisons, participé à de nombreux actes de kidnapping et d’assassinat, et massacré des centaines de personnes dans les quartiers populaires de Cité Soleil, La Saline, Bel Air et autres zones de non lieu du pays, le dictateur Jovenel Moise a accordé via CNDDR, a appris le journal Rezo Nòdwès, l’impunité totale aux gangs armés pro-pouvoir G9, sous le couvert d’un accord de trêve conclu pour faciliter la tenue d’un referendum-bidon illégal et inconstitutionnel.

« Deux des principaux gangs armés d’Haïti pourraient marquer une pause dans les enlèvements pour une période qui reste à déterminer », a révélé samedi la presse haïtienne.

Une source proche de la Commission Nationale pour le désarmement, le démantèlement et la réinsertion des gangs (CNDDR) a indiqué qu’après de nombreuses négociations, et tout cela en toute impunité et en dépit de nombreux crimes perpétrés sur le compte du régime de Jovenel Moise, « les groupes armés de Grand-Ravine et de Village-de-Dieu ont accepté une trêve« .

Les crimes de kidnappings sévèrement punis par le code pénal dans tout pays au monde, notamment la France, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique, ont explosé ces derniers mois sous le régime de Jovenel Moise à l’approche de son referendum illégal et contesté. Ces actes malhonnêtes exécutés sous le regard indifférent des autorités illégales d’Haïti, ont a triplé en avril par rapport à mars, selon le Centre d’analyse et de recherche sur les droits de l’homme.

La plupart des enlèvements ont eu lieu dans et autour de la capitale, en particulier dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, qui a enregistré 43 % des 91 enlèvements enregistrés au cours du mois d’avril.

Selon la même source qui a requis l’anonymat, les gags G9 ont donné la garantie à leur chef suprême Jovenel Moise, qu' »ils ne procéderont à aucun acte d’enlèvement pendant cette période« , or le referendum ne dépend pas uniquement un climat d’apaisement car il ne peut en aucun cas avoir lieu vu que la Constitution de 1987 interdit une telle démarche et d’autant plus, ont affirmé des membres de l’opposition. Selon eux, Jovenel Moise n’a aucune provision légale et constitutionnelle pour doter le pays d’une nouvelle charte fondamentale. C’est simple comme bonjour, ont-ils spécifié.

Rappelons qu’une opération de police dans le quartier du Village-de-Dieu à la mi-mars a tué cinq policiers, sans planification intelligente, en a blessé huit autres et a provoqué d’intenses manifestations de solidarité avec les forces de sécurité. Les corps des policiers n’ont jamais remis à leurs parents qui attendent toujours de faire le deuil de leurs disparus alors que le pouvoir continue de côtoyer les gangs et en toute impunité cherche à leur accorder le pardon.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.