La déviation des eaux du Massacre ne profite pas aux Haïtiens pauvres mais aux riches, soutient un entrepreneur dominicain

0
10873

Lequel citoyen Haïtien, qui n’est pas sans savoir que Jovenel Moise, depuis son intronisation au Palais National, ne plaide rien en faveur du soulagement de la misère de la masse. Son code pénal contesté, sa constitution interdite, son armée po bannan‘n, ses gangs G9 bien armés…la liste est longue…..les hectares de terres à Arpaid, le canal de Marion…autant d’exemples concrets prouvant que celui-ci ne reçoit ses ordres que des ambassades.

Vendredi 7 mai 2021 ((rezonodwes.com))–« En tant que président du Conseil des entrepreneurs, je suis au courant de tout cela, on me rapporte que ceux qui sont derrière le projet sont le président Jovenel Moise et l’ancien sénateur Jean Kitó« , a révélé César Brito, un entrepreneur dominicain interrogé par Listin Diario venant enquêter sur une déviation des eaux de la rivière du Massacre par des « autorités haïtiennes« .

Brito qui semblerait se renseigner sur les « repartimientos » du sous-sol d’Haïti par le régime Tèt Kale, en mal de légaliser leurs actions à travers un referendum constitutionnel bidon, a indiqué que « les travaux de canalisation des eaux de la rivière du Massacre ne profiteront pas vraiment aux Haïtiens pauvres, car les secteurs puissants ont acheté leurs terres pour des projets agricoles« . Le barrage de Marion qui a coûté quelque $10 millions au fisc, serait en quelque sorte, selon des leaders politiques du Nord-Est, serait conçu au profit de « grands planteurs« .

Par ailleurs, Rafael Méndez, responsable de l’Institut national des ressources hydrauliques (Indrhi) à Dajabón, a prôné pour la signature d’un accord entre les deux pays pour que les travaux de déviation des eaux du Massacre, « affectent le moins possible« , ses compatriotes à l’autre bord de la frontière interdite aux sans-papiers haitiens.

Il a donc proposé un consensus pour qu’aucun des deux pays ne soit affecté. «Comme cela concerne deux pays, la question doit être traitée par la Commission mixte bilatérale », a-t-il conclu.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.