Haïti|Covid-19 : Jovenel Moise n’a pas un seul vaccin à offrir aux Haïtiens plus d’un an après le début de la pandémie et n’a pas non plus d’infrastructure pour entreposer d’éventuelles doses

0
122

Etonnant ! Le ministère de la Santé indique même craindre le manque d’infrastructure nécessaire pour assurer l’entreposage des doses de vaccin!

Mercredi 7 avril 2021 ((rezonodwes.com))–Plus d’un an après le début de la pandémie de Covid-19, Haïti n’a pas un seul vaccin à offrir à ses 11 millions d’habitants. 756 000 doses du vaccin AstraZeneca sont attendus seulement mi-mai dans le cadre du programme COVAX des Nations unies. Un retard que le ministère haïtien de la santé ne déplore pas, il explique même craindre le manque d’infrastructure nécessaire pour assurer l’entreposage des doses :

« Si j’avais reçu trois millions de doses de vaccins, d’abord trouverions-nous un endroit sûr pour le stockage ? Ensuite, avons-nous la capacité d’utiliser toutes les doses avant qu’elles n’expirent ? Car lorsque vous recevez les vaccins et que vous commencez à les utiliser, ils peuvent expirer. Nous devons connaître tous ces détails avant de pouvoir commencer à recevoir les vaccins et dire que les gens peuvent se faire vacciner » a expliqué Lauré Adrien, directeur général du ministère de la Santé d’Haïti.

Alors que la violence et l’instabilité politique s’aggravent dans le pays, plus de 12 700 cas de Covid-19 et 250 décès ont été officiellement enregistrés. Des bilans sans doute en dessous de la réalité, même si l’hécatombe attendue par les experts n’a pas eu lieu.

En mai 2020, la directrice de l’Organisation panaméricaine de la santé se disait particulièrement préoccupée par les effets d’une éventuelle épidémie à grande échelle, étant donné le système de santé fragile d’Haïti, les logements surpeuplés et le peu d’accès à l’eau potable. Les experts sont donc perplexes.

« C’est une surprise pour beaucoup de gens« , a déclaré Aline Serin, cheffe de mission en Haïti du groupe d’aide internationale Médecins sans frontières. « Pour le moment, il n’y a pas suffisamment de recherche et de documentation pour expliquer pourquoi certains pays ont été moins touchés par les cas graves de COVID-19.« 

En Haïti, pourtant, sur les marchés de Port-au-Prince, peu de gens sont masqués, et pour cause :

« Le gouvernement de l’État est censé nous donner des masques pour le coronavirus. Mais ils ne nous donnent pas les masques et nous ne savons pas où aller pour les acheter. Ils les vendent plus cher qu’on peut les acheter de toutes façons. C’est pour ça qu’on n’en a pas. Mais le coronavirus ne nous a pas touchés. Je ne dis pas que le virus n’est pas là, mais il ne nous a pas touchés » explique Marie Altagracia Jean, vendeuse de fruits et légumes sur un marché.

Rappelons que les autorités illégitimes ont, en dépit de la pandémie, dépensé des millions de gourdes pour l’organisation d’un carnaval n’ayant attiré aucun investissement touristique dans la zone.

source : euronews

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.