La politique de l’OEA et de l’ONU est très « partiale » et les deux se rangent du côté du dictateur Jovenel Moise, critique un ancien diplomate haïtien

0
394

Helen La Lime viendra-t-elle corroborer ces dires lundi après-midi lors de son intervention devant le Conseil de sécurité des Nations-Unies ? Se rendra-t-elle finalement compte que la majorité des Haïtiens ne veulent plus de ce Jovenel Moise, un acteur de premier plan dans la dilapidation des fonds de Petro Caribe au point d’usurper le titre d’Ingénieur pour arriver à signer un contrat juteux avec un ministre Tèt Kale des TPTC pour des travaux d’infrastructures jamais réalisés ?

Santo Domingo, dimanche 21 février 2021 ((rezonodwes.com))–L’ancien consul haïtien en République dominicaine, Edwin Paraison, a ouvertement critiqué le soutien que la communauté internationale a maintenu au régime haïtien de l’actuel président de facto Jovenel Moise.

Il a déclaré qu' »Haïti est actuellement gouverné par un régime autoritaire, qui dirige par décret car il n’y a pas de Parlement et le pouvoir judiciaire a été démantelé, au point qu’un des juges ait été emprisonné et que de nombreuses violations des droits de l’homme ont été commises« .

M. Paraison a ajouté que « tous les secteurs de la société et les églises sont d’avis que des organisations telles que l’Organisation des États américains et les Nations unies sont devenues partiales en faveur du gouvernement autoritaire, à un moment où une grave crise politique touche le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental« .

Interviewé par Héctor Herrera Cabral à l’émission D’AGENDA qui est diffusée tous les dimanches sur la chaîne 11 de Telesistema, le président de la Fondation Zile affirme que c’est au cours de ces derniers jours que le gouvernement des États-Unis et les organisations des Nations unies ont critiqué la répression en Haïti.

Cependant, affirme-t-il, les différents secteurs de la vie haïtienne s’opposeront à ce que des organisations telles que l’ONU et l’OEA puissent servir de médiateur pour rechercher une solution pacifique à la crise politique que traverse le peuple haïtien.

« Mais, jusqu’à présent, nous sommes dans une situation où la communauté internationale continue à le soutenir, continue à promouvoir l’agenda politique qui a trait à la réalisation d’un référendum et d’un processus électoral« , a déploré le leader de la société civile haïtienne.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.