Un étudiant en médecine veut apporter du sang neuf dans la filière café en Haïti

3
606

Samedi 20 février 2021 ((rezonodwes.com))–

Le café est l’une des boissons les plus consommées au monde. Cependant, en Haïti sa production tend vers le néant. Le manque d’investissement dans cette filière en est le principal facteur.1 Par ailleurs, sont constatées, l’indisponibilité et l’inaccessibilité des informations (à toute la population) concernant les valeurs nutritionnelles, médicinales, y compris les inconvénients du café.

Constatant tous ces vides et la demande qui continue à s’augmenter, Perkens Rolf Julien, étudiant en médecine à la faculté de médecine et de pharmacie de l’université d’Etat d’Haïti, décide de se lancer dans le secteur du café, en créant son entreprise, JPR-PRODUCTION.

 » L’entreprise a été créée en vue de renforcer la production nationale de café, dans le respect des normes sanitaires et rendre disponibles et accessibles les informations sur le café », explique-t-il.

En Août de l’année dernière, en dépit de la crise politique sévissant dans le pays, il a entamé les premiers pas pour  sortir de zéro à héro.

 » Le 29 Août 2020, déclare-t-il, j’ai réalisé le premier échantillon de café de l’entreprise. Après un mois de vente et de feed-backs positifs, le manque de temps et de moyens économiques m’empêchait de progresser à la vitesse espérée. Mais en Novembre, j’ai participé à un concours et j’ai remporté le troisième prix avec ce projet. La formation suivie en entrepreneuriat m’a beaucoup aidé. »

Ceci n’était que le commencement d’une aventure entrepreneuriale allant se révéler fructueuse pour JPR-PRODUCTION.

Le 16 Décembre, dès la matinée, le café produit par l’entreprise était déjà exposé à une foire commerciale organisée par Transversal Group . Durant ce même mois, il a commencé à signer des « petits contrats« . Et sa rencontre avec Kenley JEAN-BAPTISTE, un jeune coach en développement personnel, allait lui permettre de gravir un autre échelon. En lui donnant la possibilité de présenter son entreprise au cours de plusieurs forums, durant lesquels il a rencontré beaucoup d’entrepreneurs. Notamment, le vice PDG de ACCÈS HAÏTI, M. Patrice Bayard, dont il s’inspire beaucoup.

À présent, il a un associé, Johnson CHARLES, étudiant en pharmacie à la Faculté de médecine et de Pharmacie de l’université d’Etat d’Haïti. Gérer une entreprise pendant qu’on étudie n’est pas différent des travaux d’Hercule !

 » Même Jésus, lors de sa venue sur terre a dû choisir des disciples pour l’aider à faire le travail, » déclare-t-il, souriant.

Par souci de jeter ses filets plus loin, son associé et lui ont pu rencontrer le vice-doyen aux affaires académiques de leur faculté, Dr JUDE Milcé, le 26 Janvier à fin de se renseigner sur les procédures à suivre pour trouver un contrat à la faculté.  » Il nous a expliqué  toutes les procédures, » Affirme Johnson.

Actuellement, l’entreprise a d’autres produits en perspective et les processus d’ouverture eu public à des actions sont déjà entamés.

« Cette entreprise est pour moi un argument pour convaincre les jeunes du fait qu’ils peuvent contribuer dans le développement du pays, pour les stimuler à croire en leurs potentiels, ainsi ils pourront léguer un héritage aux générations futures », conclut-il.

Judson AUGUSTIN, Auteur

3 COMMENTS

  1. Un etudiant en pharmacie dans l’industrie du cafe. Je ne suis pas impressionne, surtout dans un pays ou la medicine n’existe presque pas, et voila qu’apres avoir puise de l’argent des contribuables pour ses etudes gratis ti cheri en pharmacie, monsieur se lance dans le cafe! Quoique je comprends le sauve qui peut qui anime tout haitien, mais j’avoue que le journaliste n’avait pas a publier un article sur un jeune qui se debrouille comme il peut. C’est l’histoire des professions en derive. C’est tout.

  2. Un etudiant en pharmacie dans l’industrie du cafe. Je ne suis pas impressionne, surtout dans un pays ou la medicine n’existe presque pas, et voila qu’apres avoir puise de l’argent des contribuables pour ses etudes gratis ti cheri en pharmacie, monsieur se lance dans le cafe! Quoique je comprends le sauve qui peut qui anime tout haitien, mais j’avoue que le journaliste n’avait pas a publier un article sur un jeune qui se debrouille comme il peut. C’est l’histoire des professions en derive. ah….serait ce une histoire que l’on utilise pour fermer les yeux sur des regions entieres qui sont donnees en cadeau a Andre Apaid, plus 10 millions de dollars US pour les demarrer… C’est peut etre cela. Sinon, cette histoire n’a pas de sens.

  3. Voilà pourquoi Haïti peine à sortir des ornières du sous-développement sévère. Presque chaque citoyen occupe une fonction sans vraie vocation .  » Chak moun pa nan plas li » . Et voilà un médecin qui devrait oeuvrer pour apporter du sang neuf aux humains qui se démêle comme le Diable dans un bénitier pour l’apporter au café , un membre du règne végétal. Faute de conseiller en orientation professionnelle , ce médecin et ce pharmacien engagés sur une fausse route professionnelle essaient encore de se retrouver et de prendre la bonne direction. Nicolas Boileau avait bien raison quand il disait: « Soyez plutôt maçon si c’est votre talent » . Ici le boucher est chirurgien, le casseur de pierre est dentiste, le directeur de borlette fait office de directeur d’école , l’amateur homme de paille en herbe trône à la magistrature suprême, celui qui a la vocation d’agronome erre à la faculté de médecine, le cordonnier est maçon , le bon maçon est ébéniste , l’ébéniste est ferronnier,… bagay yo pa nan plas yo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.