Transition : le Mouvement point final plaide en faveur d’un triumvirat pour gérer l’après-Jovenel

0
313

Au moins dix considérations ont été évoquées par le parti Point final pour justifier l’avènement d’un triumvirat pour la dernière transition politique au départ du Président Jovenel Moise (Communiqué)

Vendredi 22 janvier 2021 ((rezonodwes.com))– Dans le but d’assurer la mise en place d’une démocratie adaptée à la réalité socioéconomique, politique et culturelle du pays trente-cinq ans (35) ans après la chute du régime des Duvalier, d’une manière à redéfinir un nouveau projet de société pour Haïti. Et tenant compte de la de la vision des Pères de la nation haïtienne, le mouvement Point final émet ses considérations pour la mise en place d’une gouvernance provisoire de rupture.

-Considérant la situation générale exécrable du pays trente-cinq (35) ans après le 7 février 1986

-Considérant la dégradation socioéconomique et politique du pays trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau extrême du phénomène d’acculturation en Haïti, trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la dégradation de l’environnement du pays trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la dégradation de la sécurité intérieure du pays trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la baisse de production nationale trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la dévaluation de la monnaie locale trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la dégradation de la moralité nationale trente-cinq (35) ans après.

-Considérant le niveau de la vulnérabilité de la famille haïtienne trente-cinq (35) ans après.

En conséquence, pour mettre un point final à ses dérives, nous, au nom de la société haïtienne et la Jeunesse du pays, faisons la proposition suivante pour une dernière transition démocratique dans le pays post-Jovenel Moise.

Mettre en place un triumvirat de trois (3) ans  pour gouverner, stabiliser et pacifier le pays.

 Sur ces entrefaites, le mouvement Point final, propose un triumvirat composé :

D’un membre du secteur de la justice, spécialement du pouvoir judiciaire pour  assurer la réforme de la justice et de la Constitution du pays.

D’un représentant du secteur politique de l’opposition pour définir un pacte de gouvernabilité et de la bonne gouvernance.

D’un représentant de la diaspora pour rapatrier la fuite des cerveaux et impliquer les communautés haïtiennes dans le développement du pays.

   Dr Jean Chenet Ulysse
porte-parole du mouvement Point final

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.