Coronavirus : l’Afrique dépasse le seuil des deux millions de cas

0
150

L’Afrique a franchi, jeudi, le seuil des 2 millions d’infections au coronavirus. Depuis le début de la pandémie, les 55 États membres de l’Union africaine accumulent désormais 2.014.174 cas confirmés d’infection à la Covid-19.

Dimanche 21 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Selon les derniers chiffres dont dispose l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 48.424 personnes sont décédées en Afrique du fait de la pandémie.

Cinq pays représentent une bonne partie de ces décès.

Avec 20.556 décès, l’Afrique du Sud recense près de la moitié des morts. Dans ce top 5, on retrouve quatre pays de l’Afrique du Nord. Il s’agit de l’Egypte avec 6.495 décès, du Maroc (5.013 décès), de la Tunisie (2.541 morts) et de l’Algérie (2.206 décès).

Cinq pays concentrent près de 70% des cas : Afrique du Sud (38%), Maroc (15%), Egypte (6%), Ethiopie (5%) et Tunisie (4%). Et le décompte établi par l’OMS montre que l’Afrique du Sud est le pays qui compte le plus grand nombre de cas signalés sur le continent, soit plus de 757.144, avec un taux de mortalité de 2,71 % (20.556 décès).

Suivent dans ce bilan fourni par l’OMS, le Maroc (306.995 cas dont 5.013 décès), l’Égypte (111.613 cas dont 6.495 morts), l’Éthiopie (103.928 cas dont 1.601 décès). Quatre autres pays sont parmi les touchés, mais restent sous la barre des 100.000 cas.

En un mois, hausse de plus 20% de nouveaux cas

C’est le cas de la Tunisie, avec 83.772 cas confirmés de Covid-19 et 2.541 décès. Il y a aussi le Kenya (72.686 cas confirmés dont 1.313 morts), l’Algérie (70.629 cas dont 2.206 décès) et le Nigéria (65.693 cas dont 1.163 morts).

Avec plus de 2 millions de cas et plus de 48.000 morts à ce jour, l’Afrique représente moins de 4% des cas et des décès signalés dans le monde. Dans ce continent représentant plus de 16% de la population mondiale, près de 15 cas sont signalés pour 10.000 personnes. Et ces deux millions de cas pour les 55 pays de l’Union africaine représentent l’équivalent des contaminations avérées en Russie ou en France.

Dans le monde, le coronavirus a infecté plus de 55.928.327 personnes et fait 1.344.003 morts, selon un décompte établi vendredi par l’OMS.

Pourtant avoir enregistré une tendance à la baisse durant tout l’été, l’Afrique connaît une hausse du nombre de cas depuis début octobre. Contrairement à la première vague de cas qui a été déclenchée par des zones à risque élevé en Afrique subsaharienne, la récente hausse a lieu principalement dans la région nord-africaine, où les températures commencent à baisser.

Dans les 47 pays de la région africaine de l’OMS, une vingtaine de pays ont signalé une augmentation de plus 20 % de nouveaux cas au cours des derniers 28 jours par rapport aux quatre semaines précédentes.Photo : MINUSMA/Harandane DickoAmina Mohammed, Vice-Secrétaire générale de l’ONU, fait prendre sa température pour dépister les symptômes de la Covid-19 dans l’enceinte de l’ONU à Bamako, au Mali.

L’OMS appelle à la vigilance quant aux mesures de prévention

Néanmoins, 17 pays enregistrent aussi une diminution de plus de 20% du nombre de nouveaux cas au cours des derniers 28 jours, en comparaison des quatre semaines précédentes. Selon l’OMS, il y a aussi davantage de signalements d’infections et de décès de personnels de la santé, en particulier parmi les plus expérimentés d’entre eux.

Face à cette prédiction pessimiste, l’agence onusienne appelle les pays à rester extrêmement vigilants face à une possible forte hausse du nombre de cas de Covid-19. Un appel qui intervient alors que la fin de l’année approche et que de nombreuses familles africaines prévoient de se réunir.

« Alors que nous nous approchons de la période de l’année lors de laquelle les gens se déplacent pour passer les fêtes ensemble, le risque de transmission de la Covid-19 est plus élevé », a déclaré Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Les grands rassemblements et la mobilité ont été identifiés comme des facteurs de risque d’augmentation de la propagation de la Covid-19 et la saison des fêtes peut favoriser ces risques, résultant sur des évènements de super propagation.

Appel de l’OMS pour des fêtes de fin d’année « en toute sécurité »

« De nouveaux foyers de cas peuvent émerger dans des endroits qui n’ont pas été touchés jusqu’à présent, du fait des déplacements ou des rassemblements pour les festivités », a ajouté la Dr Moeti, mettant en garde aussi aux « dangers d’un relâchement face à la Covid-19 ».

En effet, l’OMS a identifié une tendance inquiétante de relâchement vis-à-vis des mesures de sécurité parmi les populations. Dans le cadre d’un effort pour redynamiser les mesures de santé publique, l’OMS a d’ailleurs lancé hier jeudi la campagne « A vos masques ! ».

Sans l’action de chacun d’entre nous, l’Afrique risque de faire face à une nouvelle hausse des cas de Covid-19 – Dr Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique

Cette campagne vise à atteindre plus de 40 millions de jeunes en Afrique avec des messages positifs sur la bonne utilisation des masques à travers les réseaux sociaux, et de combatte le relâchement, la lassitude et l’incompréhension autour des mesures de prévention de la Covid-19.

« En ce moment critique, alors que l’Afrique commence à voir une hausse du nombre de cas, nous avons besoin de redynamiser et nous réengager à porter des masques », a insisté la cheffe du Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique. « Je sais que beaucoup trouvent les mesures de santé publique fastidieuses, mais sans l’action de chacun d’entre nous, l’Afrique risque de faire face à une nouvelle hausse des cas de Covid-19 », a-t-elle ajouté.

Pour l’OMS, on peut atténuer les risques en portant un masque, en limitant le nombre de personnes lors de réunions, en maintenant une distance physique avec les autres et en conservant une bonne hygiène des mains.

« Nous pouvons faire la fête, mais faisons-la en toute sécurité », a conclu la Dr Moeti.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.