La République Dominicaine se prépare pour la transition vers la Télévision Numérique Terrestre

0
362

Vendredi 20 novembre 2020 ((rezonodwes.com))– Nelson Arroyo, président de l’institution, révèle qu’environ 140 stations de radio opèrent en dehors de la loi. En ce sens, des dirigeants des chaînes de télévision seront bientôt convoqués à une réunion.

Pendant des années, l’Association dominicaine des radiodiffuseurs (Adora) s’est plainte de l’inertie des autorités du passé face aux plaintes répétées des opérations illégales des stations de radio sur tout le territoire dominicain.

Le changement de gouvernement dirigé par le président Luis Abinader a amené avec lui un nouveau président du conseil d’administration de l’Institut dominicain des télécommunications (Indotel), qui a commencé à marquer son territoire en fermant, à ce jour, treize stations qui enfreignaient la loi 153 -98 qui réglemente cette institution.

Nelson Arroyo, président du conseil d’administration d’Indotel, a reçu des journalistes de Diario Libre dans son bureau et là il a réaffirmé qu’il y a une volonté de la nouvelle administration de commencer à organiser le spectre radioélectrique et tout ce qui touche aux télécommunications.

«En arrivant à l’institution, nous avons établi quatre axes fondamentaux d’Indotel. 1)Nettoyer cette entité, 2) amener le secteur à la légalité, 3)augmenter la connectivité en République dominicaine et 4) renforcer la politique de protection des utilisateurs », a-t-il ajouté.

Lorsqu’il s’agit de questions juridiques, cela comprend de nombreux sujets. L’une d’elles est l’ancienne plainte qu’Adora avait pour les stations pirates. «L’industrie de la radiodiffusion se plaignait depuis longtemps de la prolifération des stations illégales dans le pays. Dès notre arrivée, un état des lieux a été fait que nous avons divisé en deux parties. Ceux qui sont à 100% illégaux, ceux qui n’ont pas de certificat et d’autres qui, bien qu’ils aient une autorisation, le font en dehors du champ de cette légalité ».

En détaillant les opérations des stations de radio qui sont autorisées, mais qui violent la loi, il a cité le cas de celles qui sont certifiées pour opérer, mais qui interfèrent avec d’autres dans des endroits très éloignés. «Si on vous attribue une fréquence pour émettre à Azua, par exemple, vous ne pouvez pas atteindre tout le sud. Je dois vous dire qu’en ce moment, il y a 100 stations, des gens qui étaient autorisés à deux kilos de puissance, mais ils fonctionnent avec dix. Les personnes qui ont établi où installer leurs émetteurs et les ont emmenés chez d’autres sans aucune autorisation. Parmi toutes ces irrégularités totales et partielles, nous avons environ 140 stations », a-t-il commenté.

Il a rappelé qu’ils continueront à fermer les stations, mais a expliqué que c’est un processus qui prend du temps pour terminer les processus établis par la loi. Nelson Arroyo espère achever la fermeture des stations de radio illégales d’ici la fin de cette année. «Ensuite, nous travaillerons avec ceux qui ont dépassé le cadre de la loi, bien qu’ils soient autorisés. Nous discutons de ces questions avec Adora, ainsi que de la question des stations qui n’ont pas encore été adaptées à la loi 153-98 ».

Arroyo a également des chaînes de télévision à son agenda. C’est pourquoi un processus de réorganisation a commencé.

«À la télévision, les violations sont moins fréquentes en raison de tout ce que leur installation comporte, mais je dois vous dire qu’il y a des chaînes qui occupent des bandes (fréquences) qu’elles ne devraient pas. C’est une situation qui se produit dans tout le pays et en ce moment nous effaçons la bande de 700, ce qui est optimal pour les opérations 5-G (la cinquième génération de technologies de téléphonie mobile), qui fera l’objet d’un appel d’offres l’an prochain. Nous avons trouvé des canaux UHF qui occupaient cette bande et ils ont commencé à livrer volontairement ces fréquences, auxquelles nous avons offert une compensation pour qu’ils puissent migrer vers une autre fréquence ».

Ces emplois sont liés à l’attente du «black-out analogique» de la télévision pour céder la place au format numérique en 2022, mais l’aspiration d’Indotel et de son chef est que le pays le teste l’année prochaine.

«Nous espérons tester la télévision numérique à partir de l’année prochaine. Cela nous permettra de mieux organiser le spectre, car là où un canal analogique fonctionne, ils pourront transmettre trois canaux numériques, qui seront beaucoup plus larges. Une chaîne numérique peut diffuser trois chaînes avec un émetteur. Bien que la télévision n’existe pas, je le répète, les problèmes qui existent avec les stations, nous nous préparons à faire un saut à cet égard.

Nelson Arroyo a annoncé qu’à partir du 19 de ce mois, ils convoqueront tous les acteurs de la télévision pour discuter du passage de la télévision analogique à la télévision numérique. «Nous allons nous réunir dans quelles sont les tables techniques pour donner les lignes directrices, ainsi que pour informer les dirigeants des canaux comment le processus sera. Nous voulons que tout le monde s’implique pour ne pas continuer à reporter cela et c’est dans l’intérêt du président Luis Abinader », a-t-il déclaré.

Nelson Arroyo Président Indotel en faveur des utilisateurs

Il a souligné que la mise en œuvre de la technologie 5-G fournira au pays un service Internet de haute qualité par les compagnies de téléphone et une plate-forme préparée pour son application dans d’autres domaines.

Arroyo a garanti que les utilisateurs des services de télécommunications bénéficieront d’une protection, pour laquelle ils ont émis des résolutions dans ce sens.

«Des actes criminels ont été commis ici avec l’achat de téléphones portables volés. Une résolution a déjà été publiée qui oblige les fournisseurs de services à prendre une photo et une empreinte digitale de quiconque achète le service de téléphonie cellulaire. Nous travaillons également sur les contrats de concession, qui lient les utilisateurs de téléphones portables pendant un an et demi. Nous travaillons sur une résolution pour éliminer cela. Le contrat d’achat du téléphone est une chose, le service est une autre. Nous voulons que les gens soient là pour vous servir | », a-t-il dit.

sources Diario Libre

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.