Démonstration de force des ‘’Fantômes 509’’: un nouveau bureau de l’ONI et des véhicules de FAES et de la Mairie de Delmas incendiés

0
232

Plus d’une demi-douzaine de véhicules ont été incendiés au cours d’un mouvement spontané organisé par les policiers de Fantômes 509. Pour cette énième mobilisation, les agents de l’ordre ont encore pris rendez-vous avec la violence.

Mercredi 16 septembre 2020 ((rezonodwes.com))– À Delmas 75, les policiers ont attaqué les locaux du Fonds d’Assistance économique et sociale (FAES). Les employés et cadres de cet organisme public ont été invités par les ‘’Fantômes 509’’ à vider les lieux.

Des véhicules ont été mis en croix sur la chaussée entravant du coup la circulation automobile à Delmas, dans les axes limitrophes de Pétion-ville.

À Haut-Delmas, la situation était proche du chaos, dévoilent des images captées sur le vif. Des commerçants ambulants, des écoliers, des citoyens se bousculaient à l’idée de regagner leur maison pour fuir la terreur imposée par les policiers protestataires. Le cœur de Pétion-ville a été également le théâtre de tension et d’agitation. Des barricades formées de pierres, de pneus enflammés et d’autres carcasses ont été dressées par des militants acquis à la cause des agents de l’ordre.

À Bourdon, des policiers encagoulés ont fait régner la terreur en dégainant leurs armes à feu. Des usagers de la route ont précipitamment abandonné les artères ouvrant sur d’autres voies pour se mettre à l’abri de la violence orchestrée par les ‘’Fantômes 509’’.

Le bilan partiel des dégâts font état d’une demi-douzaine de véhicules affectés au service de l’État incendiés par les policiers. À Bourdon, le bureau de l’Office national d’Identification, attaqué dimanche dernier, a été incendié. Et d’autres mobiliers ont été endommagés par les ‘’Fantômes 509’’.

Ce mercredi, le Premier ministre de facto Joseph Jouthe, à l’occasion d’une visite de terrain effectuée sur plusieurs chantiers de construction d’infrastructures publiques à Port-au-Prince, a formulé le vœu de défendre les éléments de la Police nationale d’Haïti.

À Delmas 33, sur le site du nouveau village des Policiers, Joseph Jouthe a défendu sa décision d’autoriser la remise en liberté, sans aucune forme de procès, des cinq agents de l’UDMO.

Au final, les ‘’Fantômes 509’’, n’entendent pas renoncer et invitent l’opinion à se préparer à une nouvelle contestation plus brutale et violente.

Hervé Noel
vevenoel@gmail.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.