Vidéo|Haïti : Des milliers de protestants dans les rues pour dénoncer le nouveau code pénal, jugé immoral

1
465

La majorité silencieuse a donné dimanche plus de poids aux nombreuses dénonciations relatives à la publication par décret d’un code pénal importé et que l’apprenti-dictateur Jovenel Moise s’efforce par tous les moyens à le faire appliquer en Haïti dont les besoins réels pour le démarrage de son vrai développement sont extrêmement énormes. Eau, électricité, emploi, hôpitaux, routes, assurance maladie, justice, sécurité, administration publique saine…et le boire et le manger. Tout manque dans ce pays où la fédération des gangs est encouragée par le pouvoir, dénonce un ex-conseiller au Palais national.

Dimanche 26 juillet 2020 ((rezonodwes.com))–A Port-au-Prince, des dizaines de milliers de personnes ont répondu positivement dimanche à l’appel lancé par de différentes sectes protestantes, pour venir manifester leur mécontentement après la publication par décret d’un nouveau code pénal par le régime autoritaire du président Jovenel Moise.

Ce code pénal publiquement dénoncé dans les rues dimanche, dont des dispositions équivalent simplement à de la paresse intellectuelle et politique, selon Youri Latortue, est l’œuvre d’un petit groupe acquis à la cause du régime PHTK, et est calqué sur le modèle français, un pays dont les mœurs et traditions sont nettement différents des nôtres. « Nous n’allons pas nous arrêter là pas avant que Jovenel Moise entende la raison et annule son décret sur le code pénal immoral » a déclaré le pasteur Gérald Bataille, un des nombreux leaders participant à la méga-manifestation de dimanche, réussie sans heurts et sans lancements de gaz lacrymogènes.

« Nap sòti ankò si Jovenel Moise pa fè bak » ont lancé plusieurs manifestants qui n’ont pas eu pour la première fois à subir d’actes d’exactions et de représailles de la part des unités spéciales de la police obéissant toujours et aveuglément aux ordres du Palais National. Plusieurs figures de proue du protestantisme étaient remarquées et leurs déclarations sont allées dans le même sens des leaders de la société civile exigeant depuis presqu’ environ un mois le retrait du code pénal de Jovenel Moise, jugé immoral.

D’autres voix qui se mêlent aux cris perçants du cercle religieux des protestants d’Haïti, ont appelé les dirigeants catholiques à passer de la parole aux actes. Un des manifestants interrogé par Rezo Nòdwès a nourri le désir de voir les évêques et prêtres catholiques marcher bientôt dans les rues de Port-au-Prince et des villes de province pour « freiner l’élan dictatorial de Jovenel Moise apte à adopter des décrets du genre du code pénal immoral pour plaire à ses amis de l’international qui le maintiennent au pouvoir malgré ses nombreuses dérives« .

Jovenel Moise ne sera plus reconnu président d’Haïti après le 7 février 2021

« Nous allons organiser entre nous une journée de réflexion pour concerter sur la date du 7 février 2021 » a indiqué le révérend pasteur Maxo Joseph précisant que « nous n’allons pas à l’encontre des revendications de la population« .

Soulignons que selon l’article 134-2 de la Constitution de 1987 amendée, et sans aucune forme de procès, le mandat constitutionnel du président Jovenel Moise est censé débuter le 7 février 2016, année au cours de laquelle les présidentielles ont eu lieu.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.