La mémoire de personnalités noires censurée au Brésil, sous l’impulsion de Jair Bolsonaro

1
327

Plusieurs biographies de personnalités noires brésiliennes ont été censurées sur le site de la fondation Palmares, une institution pourtant chargée de défendre l’héritage culturel noir au Brésil.

La mémoire des Noirs est-elle menacée au Brésil ? Des biographies de plusieurs personnalités noires ont été supprimées ces derniers jours du site Internet de la fondation Palmares située à Brasilia, rapporte le quotidien brésilien Folha de S.Paulo. Une censure qui pourrait surprendre d’autant plus qu’elle émane d’une institution défendant l’héritage culturel noir dans le pays depuis plus de trente ans. 

Plusieurs articles portant sur la vie de figures abolitionnistes comme Luiz Gama, André Rebouças mais aussi l’écrivaine Carolina de Jesus ont disparu du site officiel. Plus symbolique encore, la biographie de Zumbi dos Palmares, leader de la lutte contre l’esclavagisme du XVIIème siècle – qui a donné son nom à l’institution – a également été censurée. De même, une statue à son effigie située à l’entrée de la fondation a été déboulonnée, précise le journal brésilien. 

Un “racisme Nutella”

Pour l’heure, l’institution n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Difficile pourtant d’imaginer derrière ces initiatives l’expression d’une simple maladresse. Et pour cause : à la tête de la fondation Palmares figure Sergio de Camargo, “noir de droite” selon ses mots, et ancien journaliste de formation connu pour ses saillies racistes.

Ce proche du gouvernement Bolsonaro a régulièrement déclenché des polémiques, assurant par exemple qu’il n’y a pas de “véritable racisme” dans le pays mais, un “racisme Nutella”, autrement dit édulcoré, minimisant l’importance de ce fléau au Brésil. À ses yeux encore, l’esclavage certes “terrible” fut, néanmoins, “bénéfique” sur le long terme pour les afro-descendants. 

Sans surprise, sa nomination à la tête de la fondation en novembre 2019 par le secrétaire d’État à la culture du gouvernement Bolsonaro avait suscité la colère des défenseurs de la cause noire. Des centaines de militants s’étaient ainsi rassemblés devant le siège de l’institution, refusant ce qu’ils considéraient comme une “provocation”. Malgré un premier recours de la justice fédérale suspendant son arrivée, Sergio Camargo a pu finalement prendre ses fonctions en début d’année. Et continuer ses provocations.

À peine nommé, il a ainsi ordonné la publication pour le 13 mai – date de la commémoration de l’abolition de l’esclavage dans le pays – de plusieurs articles remettant en cause la figure de Zumbi dos Palmares. 

Une “réécriture de l’histoire” qui reflète la politique menée par le président Jair Bolsonaro, estime Richard Marin, professeur à l’Université Toulouse Jean Jaurès, spécialiste du Brésil contacté par France 24. “Il s’agit d’un conflit de mémoire. Bolsonaro représente cette Amérique blanche qui a toujours eu beaucoup de difficultés à accepter la promotion des Noirs dans la culture, les universités et les services publics”, remarque l’universitaire. 

Lire la suite ici

1 COMMENT

  1. Sergio de Camargo agit a’ la maniere de la quasi-totalite’ des politiciens Haitiens. Ils sont comme la Girouette. Yo se Kaliko, yo san lanve san landwat.

    Sergio de Camargo est de la race de JB Aristide. Nous sommes d’accord pour quelle que la raison, « kapitalis se peche motel » ne peut en l’espace d’un cillement signifie: l’embargo, le 15 octobre 1994…, la destruction de la Production et de l’Industrie nationale.

    Sans oublier, le messie mort-ne’ JB Aristide avait commence’ par se faire connaitre en denoncant un certain Leslie Delatour dans ses sermons Radot a’ l’eglise St Bosco. Se la Gerard Pierre Charles…. ak Tuneb Delpe pat fo’ a yo te pran nan Blof egri JB Aristide la, pour le Malheur du pays. Au pouvoir, il allait choisir Delatour pour etre son bras droit en vue de plaire son patron Bill Clinton. Diri Miami pa diri pepe anko. Se diri Arkansas ki vin bon diri latibonit. SERGIO de CAMARGO n’est pas plus inconsequent que les nomme’s JB Aristide et Rene Preval. Fok nou pa janm bliye, Aristide te pase « Analfabet pa bet » anba KK, li Reyisi san yo. Preval menm pat nan Radot konsa, e poul te kache net Sot li nan yon sosyete ki pa konprann anyen nan anyen li te Pran Poz Manfoufen l, li chwazi « Groupe de Bourdon. » Li te two’ kontan pran res fanm milat yo te ba li a…

    Aux Etats Unis, il y a des noirs qui s’identifient comme des Conservateurs qui ne marchent dans la logique de « Black Lives Matter. » Citons Candace OWENS (Turning Point) et Larry Elder (radio Host). Ils sont les chouchous de FOX News.

    OWENS et ELDER refusent d’etre a’ la mode pour denoncer les pratiques criminelles des policiers et le racisme institutionnel. Au contraire sur FACEBOOK, Mlle Owens avait crache’ sur le cadavre de George Floyd, tout en mentionnant son passe’ « bad boy. » M. Elder vient de sortir un film qui n’est pas tendre envers sa race: UNCLE TOM. Koze yo Anpil.

    Le vrai homme de droite (avec ou sans livre) est toujours tres Consequent. Il fonce sans tenir compte de l’ « opinion publique, » il a son agenda a’ respecter.

    Temwen istorik

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.