Le Groupe Digicel lève le voile sur ses opérations en Haiti et ses principaux marchés

0
1123

Le Groupe n’est pas insolvable, ni au niveau du Groupe, ni au niveau de ses sociétés opérationnelles sur les 31 marchés sur lesquels nous opérons, a indiqué au Trinidad Express le PDG du Groupe Digicel, Jean-Yves Charlier.

Les revenus de Digicel en Haiti ont diminué de 25,8 millions de dollars, ou 6,8%, passant à 354,5 millions de dollars au cours de l’exercice clos le 31 mars 2018, contre 380,3 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2017.

Mercredi 3 juin 2020 ((rezonodwes.com))– Alors que sa filiale en Haïti (Unigestion Holding S.A.) entreprend des démarches afin de faire renouveler sa licence dont les quinze (15) années d’autorisation arrivent à expiration ce 3 juin 2020, l’entreprise mère, la Digicel Group One Limited, est confrontée à une bataille pour sa survie et fait face à une baisse de revenus, à une augmentation des coûts financiers et à ce que ses administrateurs appellent des «volumes insoutenables d’endettement ».

Digicel a été contraint, en vertu des lois américaines sur les obligations, de publier des dépôts auprès de la SEC ( Securities and Exchange Commission des États-Unis) concernant l’une des nouvelles obligations émises dans le cadre de l’échange de dettes prévu par la société.

Des informations sur les opérations de la Digicel dans ses principaux marchés ( Jamaique, Haiti, Papua Nouvelle Guinée, Trinidad & Tobago) figurent, en effet, dans un document de 757 pages, daté du 15 mai 2020, déposé auprès de la Securities and Exchange Commission des États-Unis.

Le document concerne le plan d’accord de Digicel entre Digicel Group One Ltd et les créanciers du plan DGL1, qui a été déposé auprès de la Haute Cour des Bermudes.

Cependant il contient des informations relatives aux opérations et activités de la Digicel en Haiti.

LA DIGICEL EN HAÏTI

Entre autres révélations,  on y apprend que :

1- Les revenus de Digicel en Haiti ont diminué de 25,8 millions de dollars, ou 6,8%, passant à 354,5 millions de dollars au cours de l’exercice clos le 31 mars 2018, contre 380,3 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2017. Donc, les revenus ont diminué de 8,6% au cours de l’exercice clos le 31 mars 2018 par rapport à l’exercice clos le 31 mars 2017, la baisse des revenus de la téléphonie mobile n’ayant pas pu être compensée par la croissance des revenus des données mobiles. L’augmentation des revenus de données mobiles est conforme à la stratégie de Digicel d’augmentation de la pénétration des smartphones et de l’utilisation des données en Haïti.

2-Ces mêmes revenus ont diminué de 47,1 millions de dollars, ou 13,3%, pour s’établir à 307,4 millions de dollars au cours de l’exercice clos le 31 mars 2019 et de 354,5 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2018. Donc, les revenus ont diminué de 3,7% ou 13,0 $ millions d’euros pour l’exercice clos le 31 mars 2019 par rapport à l’exercice clos le 31 mars 2018. Le chiffre d’affaires déclaré Haïti a été impacté par des conditions sociales et économiques difficiles avec une baisse des revenus de la téléphonie mobile et les données mobiles partiellement compensées par la croissance des Business Solutions et autres revenus.

3- Digicel a lancé en Haiti les services LTE en février 2016. Le réseau LTE de Digicel en Haïti offre actuellement à la population couverture de 38% et couverture géographique de 15%. Digicel continue d’investir dans la mise à niveau de son réseau, ce qui entraînera l’expansion de HSPA + et LTE couverture réseau.

4- Selon la Digicel, depuis juillet 2018, la situation politique et économique en Haïti s’est considérablement dégradée. Cela s’est traduit par des semaines de troubles violents et de soulèvements populaires. Port-au-Prince et toutes les grandes villes du Haïti a connu une période de bouleversements importants avec un grand nombre de protestations, principalement sous la forme de barricades sur les routes principales, pillages, augmentation de la guerre des gangs et de la violence. L’activité de Digicel a été impactée par les troubles de la manière suivante: (1) visites régulières de fonctionnement et d’entretien des sites cellulaires pour les activités de ravitaillement ont dû être ajustés, (2) la mise à niveau du réseau a ralenti, et (3) certains jours, nos employés ne peuvent pas voyager en toute sécurité dans nos bureaux. La démographie haïtienne est caractérisée par une population jeune avec environ 52% de la population moins de 25 ans, contre environ 25% en Europe et 31% aux États-Unis, selon The World Factbook.

Le secteur mobile est le plus grand employeur privé d’Haïti et le plus gros contributeur aux revenus de l’État taxes selon BuddeComm. Le mobile a un taux de pénétration d’environ 58% selon l’UIT contre un taux de pénétration d’environ 5% en 2005, avant l’entrée de Digicel sur ce marché.
Haïti possède l’une des infrastructures de télécommunications fixes les plus sous-développées des Caraïbes, avec un pénétration de la téléphonie fixe d’environ 0% des ménages selon l’UIT. Bien que l’utilisation d’Internet ait augmenté substantiellement ces dernières années, l’accès haut débit fixe en Haïti reste très limité, Contrairement au marché fixe haïtien, le secteur mobile haïtien continue de croître et le Digicel la direction estime que la pénétration du mobile augmentera au cours des prochaines années. Digicel propose actuellement Mobile et des services de solutions d’affaires en Haïti. Les services financiers mobiles de Digicel en Haïti, Mon Cash, ont récemment dépassé le million de clients.

Télé-Haïti est le plus ancien réseau de télévision du pays, offrant une gamme de quatre paquets avec jusqu’à 96 chaînes disponible, selon BuddeComm.

5- Action collective concernant les activités en Haïti. Le 6 février 2019, Unigestion a été avisée d’un recours collectif aux États-Unis alléguant qu’elle avait participé à des arrangements illégaux concernant l’imposition de prélèvements gouvernementaux en Haïti. Le recours collectif a été a également signifié au gouvernement haïtien, Natcom S.A., The Western Union Company, Caribbean Air Mail Inc., Unibank S.A., Unitransfer USA Inc. ainsi que plusieurs personnes. Les plaignants allèguent que la perception des prélèvements perçus sur les appels internationaux entrants et les transferts d’argent pour le compte du gouvernement haitien était illégale. Digicel estime qu’Unigestion a perçu les prélèvements et remis ces fonds à un compte gouvernemental désigné conformément à la législation pertinente. Cette affaire en est aux étapes préliminaires et Digicel ne peut pas prédire son résultat; toutefois, Digicel estime que ces allégations sont sans fondement et a l’intention de se défendre vigoureusement.

6- Turgeau Developments S.A. Le 11 juin 2014, TDSA, une société anonyme de droit haïtien et une société entièrement filiale de Digicel Limited, a conclu une facilité de prêt de 26,5 millions de dollars avec la SFI pour financer construction, équipement et exploitation d’un hôtel de 175 chambres adjacent au site de nos bureaux à Port-au-Prince, Haïti. L’hôtel sera exploité par Marriott International. Le prêt est amorti par tranches du 30 juin 2016 au 30 juin 2027 et fait l’objet d’un paiement anticipé en raison d’un excédent de trésorerie balayage. Le taux d’intérêt est le LIBOR plus une marge de 5,1% par an, sous réserve du droit de l’emprunteur de fixer les intérêts taux basé sur tout ou partie des prêts au taux fixe équivalent swap majoré d’une marge de 5,1% par an. Au 30 septembre 2019, environ 18,4 millions de dollars étaient en circulation aux termes de la facilité. L’installation est garantie par un privilège de première priorité sur tous les actifs et actions de TDSA. Conformément au projet Convention de conservation de fonds et d’actions (la «PFSRA»), en date du 21 juin 2013, entre TDSA, DGL2, M. Denis O’Brien, DIFL et Turgeau Holdings Limited, une société organisée et existant en vertu des lois de Sainte-Lucie, et la Société financière internationale («SFI»), la DGL2 est tenue, dans certaines circonstances, de fournir jusqu’à maximum de 6,0 millions de dollars à titre de capitaux propres supplémentaires ou de dette subordonnée de TDSA. Conformément aux termes de la 2019 Réorganisation, Digicel Limited a assumé l’obligation de DGL2 en vertu de la PFSRA. En outre, DIFL a accepté de mettre des fonds à la disposition de Digicel Limited à cette fin si nécessaire.

AUTRES DIFFICULTÉS

Par ailleurs les documents deposés au SEC ont également mis en lumière les difficultés financières particulières de la société derrière les opérations de Digicel au Panama, Digicel Holdings (Central America) Limited (DHCAL), dans laquelle le groupe détient une participation de près de 45% et O’Brien, personnellement, 51,9%. l’intérêt.

O’Brien a cessé de fournir du financement à DHCAL en 2011 et, en septembre dernier, il avait 590,3 millions de dollars de prêts du groupe plus large. Digicel ne voit actuellement pas le remboursement intégral de ces prêts et a pris d’importantes charges de dépréciation à leur encontre – évaluant son investissement total dans DHCAL à des fins comptables à 35,9 millions de dollars.

Digicel, dans lequel O’Brien détient une participation de 99,9%, a vu des signes de stabilisation des revenus et des bénéfices au cours de l’année civile 2019 – après des années de déclin – alors que la croissance des revenus de données dans la division mobile a compensé une baisse des revenus de la voix et de son les solutions d’affaires et l’unité de télévision par câble et à large bande ont continué de croître à partir d’une base faible.

O’Brien et les détenteurs de dette Digicel suite à la restructuration espèrent que cette tendance se poursuivra.

Suite au dépôt du plan d’arrangement auprès du tribunal des Bermudes, Digicel a embauché trois liquidateurs conjoints et a déposé un dossier en vertu du chapitre 15 du US Banktuptcy Code auprès du US Banruptcy Court dans le district sud de New York le 15 mai. qu’il n’a pas déposé le bilan, contrairement au titre de l’histoire qui a été publié sur le site Web Express le 18 mai.

Dans une lettre franche adressée aux créanciers du régime DGL1, le conseil d’administration de la société a déclaré que le groupe Digicel «  jouit d’une position de marché solide sur les 31 marchés de télécommunications dans lesquels il opère  », générant 2,30 milliards de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2019.

Les revenus du groupe en 2019 ont diminué par rapport aux 2,41 milliards de dollars américains qu’il a gagnés en 2018 et aux 2,50 milliards de dollars américains en 2017, ce qui signifie que les revenus du groupe ont baissé de 8% entre 2017 et 2019.

Alors que les revenus de Digicel sont en baisse, ses frais financiers sont passés de 465,3 millions de dollars US en 2017 à 503 millions de dollars US en 2018 et 558,4 millions de dollars US en 2019.

« Cette hausse des coûts financiers s’est accompagnée d’une baisse des revenus sur certains des marchés clés du groupe », indique la lettre aux créanciers du régime.

«En Jamaïque, les revenus déclarés ont diminué de 31,1 millions de dollars US, ou 8,2%, à 349,2 millions de dollars US pour l’exercice clos le 31 mars 2019, contre 380,3 millions de dollars US pour l’exercice clos le 31 mars 2018. Aux Antilles françaises, les revenus ont diminué de 12,4 millions de dollars, ou 7,1%, à 163,4 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2019, contre 175,8 millions de dollars pour l’exercice clos le 31 mars 2018. »

Digicel a déclaré que ces baisses de revenus étaient partiellement compensées par de légères augmentations sur les autres marchés dans lesquels le Groupe opère.

Digicel est tributaire des revenus de cinq de ses marchés clés – la Jamaïque, Haïti, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, Trinité-et-Tobago et les Antilles françaises – qui ont contribué 61% de ses revenus totaux au cours du semestre clos le 30 septembre 2019.

• Jamaïque – 15,6%
• Papouasie-Nouvelle-Guinée – 15%
• Haïti — 12%
• T&T: 11,7%
• Les antilles francaises – 6,6 pour cent

La baisse des revenus et la hausse des coûts financiers ont fait en sorte que la société de télécommunications a enregistré une perte nette de 36,9 millions de dollars US en 2017, 219,5 millions de dollars US en 2018 et 287,2 millions de dollars US en 2019.

Selon la lettre adressée aux créanciers du régime DGL1: «… Au cours des dernières années, le Groupe a enregistré des baisses significatives de ses revenus vocaux, qui sont largement dues à la tendance générale des services vocaux à se substituer à l’utilisation des données par les abonnés mobiles.

«La croissance des revenus de données et des revenus d’autres services connexes tels que les solutions d’affaires et la télévision par câble et le haut débit n’a pas été suffisante pour compenser la baisse des revenus de la voix. En outre, l’expansion dans les solutions commerciales et la télévision par câble et le haut débit a nécessité des dépenses d’investissement importantes, ce qui a réduit la capacité du Groupe à générer des flux de trésorerie disponibles et à réduire ses coûts financiers. »

Ces dépenses en capital, qui, selon la société, s’élevaient à 1,3 milliard de dollars pour les trois années se terminant le 31 mars 2019, ont été principalement dépensées pour déployer ses réseaux de fibre optique vers la maison et de fibre optique vers l’entreprise.

Digicel a déclaré qu’il était passé d’une pure société de télécommunications mobiles à un fournisseur de communications et de divertissement intégré de premier plan.

« Cette évolution a consisté à étendre les offres de produits de Digicel en développant les services Business Solutions de Digicel et en entrant dans les activités de télévision par câble et à large bande, qui ont des taux de pénétration inférieurs à ceux de l’activité mobile sur les marchés de Digicel.

Mais même si Digicel déclare fournir des services de communications mobiles à 12,9 millions d’abonnés dans 31 marchés avec une population totale d’environ 33,4 millions de personnes, la société dépend encore largement de ses revenus mobiles, qui représentaient 71,7% des 2,30 milliards de dollars américains. chiffre d’affaires au 31 mars 2019.

La dette augmente

Mais le plus grand défi de l’entreprise est son encours total de dette financée de 7,4 milliards de dollars au 30 septembre 2019.

La société a restructuré sa dette en janvier 2019, échangeant une dette qui devait arriver à échéance en 2020 contre de nouvelles échéances avec une dette en 2022 et 2024. Malgré cela, la lettre de la société à ses créanciers du régime a déclaré que Digicel continue d’avoir plus de 1 milliard de dollars de dette en raison de sa maturité en 2021.

«Le groupe est donc confronté à la nécessité de rembourser ou de refinancer environ 4 milliards de dollars de dette à court ou moyen terme», amenant le groupe «à proposer une restructuration plus globale de son endettement existant».

Dans la lettre adressée à ses créanciers, Digicel a déclaré: «Les discussions ont abouti à une proposition de transaction qui, si elle était pleinement mise en œuvre, réduirait la dette totale du Groupe d’environ 1,7 milliard de dollars américains, réduirait ses paiements d’intérêts annuels en espèces d’environ 125 millions de dollars américains et prolongerait les échéances. . « 
Mardi dernier, Express Business a soumis des questions au PDG du Groupe Digicel, Jean-Yves Charlier:

Q: Digicel est-il insolvable au 19 mai 2020? Comme la plupart des autres, je définis l’insolvable comme étant incapable de payer sa dette à temps et en totalité.

R: Le Groupe n’est pas insolvable, ni au niveau du Groupe, ni au niveau de ses sociétés opérationnelles sur les 31 marchés sur lesquels nous opérons.

Q: Pouvez-vous confirmer qu’au 30 septembre 2019, la dette totale de Digicel était de 7,4 milliards de dollars américains et son actif net était de 3,45 milliards de dollars américains, ce qui signifie que Digicel avait une valeur nette négative de 4,20 milliards de dollars américains? Est-il vrai que la dette totale de 7,4 milliards de dollars exclut les frais de financement reportés et les intérêts courus?

R: Au 30 septembre, la dette brute, y compris les baux IFRS16, était de 7,4 milliards de dollars US. Conformément à la dette brute des pratiques comptables normales, cela n’inclut pas les frais de financement et les intérêts courus. Ce dernier passif s’élève à environ 100 millions de dollars US. Nos actifs sont généralement comptabilisés au coût (moins l’amortissement) et ne reflètent pas la «valeur marchande». Il n’est pas exact de dire que le bilan est «insolvable» à hauteur de 4,2 milliards de dollars. La solvabilité d’une entreprise est liée à sa capacité à gérer ses dettes à leur échéance. Nous avons conclu un accord avec nos créanciers pour réduire notre dette de 1,7 milliard de dollars et repousser les échéances à une durée de vie moyenne d’environ cinq ans.

Q: Si le dossier de mise en faillite de Digicel est réactivé, combien de cents sur le dollar ses créanciers garantis sont-ils susceptibles de recevoir?

R: Comme mentionné ci-dessus, Digicel n’a pas déposé de bilan. La contrepartie transférée à chaque obligataire varie en fonction des titres de créance qu’il détient et de la rapidité avec laquelle il a accepté l’offre. Les détenteurs de DGL1 recevront 0,94 USD par dollar US détenu et les détenteurs de DGL2 avec des billets à échéance 2022 recevront 0,35 USD par dollar US détenu et les détenteurs de DGL2 avec des billets à échéance 2022 recevront 0,25 USD par dollar US détenu. La dette garantie actuellement détenue par les prêteurs et les porteurs d’obligations DIFL n’est pas affectée par l’opération.

Q: Qu’est-ce qui est indiqué par le fait que Digicel cherche à restructurer sa dette en avril 2020, alors qu’elle a effectué un exercice similaire l’année dernière?

R: L’offre d’échange qui a été conclue en janvier 2019 a simplement prolongé de deux ans les échéances des billets de Digicel Group Limited et la transaction en cours implique une restructuration plus complète.

Q: Digicel est-il confronté à une situation dans laquelle ses coûts financiers augmentent, et ce avant la pandémie de Covid-19? Le refinancement réduira considérablement les coûts de financement futurs du Groupe grâce à des économies d’intérêts en espèces annualisées d’environ 125 millions de dollars américains.

R: Digicel fait face à une situation dans laquelle les revenus de certains de ses marchés clés (comme la Jamaïque, Haïti et les Antilles françaises) sont en baisse, et c’est avant Covid-19

Avant Covid 19, le Groupe a amélioré pendant plusieurs trimestres son chiffre d’affaires d’une année sur l’autre (hors impact du change), à ​​la fois sur une base consolidée et sur de nombreux marchés.

Sources Trinidad Express, Ste Lucia News

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.