Après le 7 février 2021, ne devraient s’afficher que des portraits des Héros de l’Indépendance dans toutes les institutions d’Etat

2
806

un billet de la rédaction

Samedi 23 mai 2020 ((rezonodwes.com))–Une autre forme de pratique du culte de personnalité qui se développe en Haïti, après l’apposition de l’effigie des Duvalier sur la monnaie nationale, est encore à dénoncer et bannir. Si ailleurs, cette pratique est en vogue pour rappeler à tout citoyen qui est le premier serviteur de l’Etat d’entre nous, en toute humilité, chez nous en Haïti, elle est perçue comme étant une manière forte de faire comprendre à qui veut l’entendre, voici le nouveau maître du pays, des vies et des biens. Ses décisions sont sans appel et ne pouvaient être contestées devant aucun tribunal de la République.

En effet, depuis l’après-7 février 1986, les dirigeants haitiens de Henry Namphy à Jovenel Moise en passant par Jean-Bertrand Aristide et René Préval, ensuite Michel Martelly, à défaut d’être détenteurs d’un bouton nucléaire sur lequel appuyé pour faire pression, ont choisi une stratégie fondée sur la répression et la dissuasion que les différents commandants des forces de police et de l’armée d’Haïti (bientôt à venir) approuvent et exécutent à la lettre. Ces genres de dirigeants qui n’ont à aucun moment démontré qu’ils ont été « élus » pour être notre guide et non un chef, dans tout le sens propre de la terminologie, pour travailler au nom de l’intérêt commun et le développement RÉEL du pays, ne méritent nullement d’avoir leur portrait affiché dans les bâtiments de l’administration publique.

Ils ne sont pas les pères-fondateurs de la Patrie et n’ont jamais gagné la confiance de la majorité comme étant des dignes héritiers de l’Empereur Jean-Jacques Dessalines, président Alexandre Pétion et Roi Henri Christophe.

Quelle honte d’avoir le portrait d’un président, qu’il soit celui d’Aristide, de Martelly ou de Jovenel Moise accolé au dos d’un juge siégeant dans un tribunal sans confort moderne, sans eau, sans électricité, même pas une simple machine à taper voire un « desktop » classique des temps modernes… et par-dessus tout vendant aux plus offrants le verdict d’un procès. C’est également scandaleux d’assister actuellement tous les ministres de facto, sans exception aucune et les directeurs des institutions publiques qui prennent un malin plaisir à se tenir debout derrière yon foto Jovenel Moise, pour toute intervention devant la presse. Qu’avions-nous fait du passé glorieux et idéalisé au cours duquel apparences et vertus se mélangent pour la plus grande fierté de l’homme haitien.

Article 7 – « Le culte de personnalité est formellement interdit« . Et l’article quand il se lit dans toute son intégralité, vous vous rendez compte que ce n’est pas trop demander qu’à partir du 7 février 2021 date à laquelle le président Jovenel Moise doit obligatoirement laisser le pouvoir en fin de mandat constitutionnel, ne devraient s’afficher que des portraits des Héros de l’Indépendance dans toutes nos institutions d’Etat.

Article 7 -« Les effigies, les noms de personnages vivants ne peuvent figurer sur la monnaie, les timbres, les vignettes. Il en est de même pour les bâtiments publics, les rues et les ouvrages d’art« .

2 COMMENTS

  1. Dans les pas de Lavalas Aristide/Préval et Privert, JOVID-19 fini ak peyi a. Le nom de Pétion sonne très mal dans le billet. Sinon l’effigie des Payas peuvent continuer à être partout dans le pays. Attention, historiquement, c’est l’option pétioniste qui a triomphé. Pétion est l’équivalent de Philippe Pétain. Le 7 février 2021 ne sera pas trop differérent de la période « pays lock. » RAPPORT DE FORCE.

    • Endijèn m dakò avè w konpatriyòt mwen. M gen yon kesyon pou demokrat politisyen ayisyen yo. Eske 2017 a 2021 bay 5 lane?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.