Trois des Haïtiens déportés des États-Unis le 7 avril, testés positifs au covid-19, révèle le chef du gouvernement de facto

0
422

Mardi 21 avril 2020 ((rezonodwes.com))–A la veille d’un probable débarquement à Port-au-Prince d’un deuxième contingent de ressortissants haitiens déportés des Etats-Unis, le premier-ministre de facto, Joseph Jouthe, a confirmé qu’au moins trois des premiers expulsés d’avril n’étaient pas sains de corps.

« Trois des 68 Haïtiens expulsés des États-Unis le 7 avril vivent désormais avec Covid-19« , a déclaré Joseph Jouthe qui intervenait à l’antenne d’une station de radiodiffusion à Port-au-Prince.

Selon M. Jouthe arrivé en branle à la Primature, « c’est un pourcentage important, étant donné le danger que représente cette maladie« , soulignant que certaines des personnes diagnostiquées ne voulaient pas accepter les résultats.

« Ils l’ont accepté par la force des choses. Cette maladie est une arme redoutable. Si nous devons enchaîner quelqu’un ou l’enfermer pour le faire soigner, nous n’hésiterons pas à le faire« , a insisté Joseph Jouthe qui s’impose à la Primature sans passer par le parlement. « Enchaîner quelqu’un », cette vieille idée esclavagiste prônée par un haut responsable haitien est venue ajouter à la désacralisation du symbole de l’Etat d’Haïti.

Jouthe a expliqué que les 68 ressortissants étaient pris en charge par le gouvernement et qu’ils séjournaient pendant 15 jours dans un hôtel, la nourriture et les autres dépenses étant payées. Des dispositions similaires avaient été prises au Cap-Haïtien pour les 300 migrants rentrés des îles Turques et Caïques, a-t-il ajouté.

Soulignons que leur séjour de 15 jours à l’hôtel devrait en principe s’achever le mercredi 22 avril alors que le PM Jouthe a déclaré que la facture était déjà payée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.