Les achats de panique et le marché noir conduisent à l’inflation alimentaire en Haïti

0
182

Les détaillants sont accusés de marché noir car ils augmentent les prix des marchandises à un niveau excessivement injuste 

Lundi 23 mars 2020 ((rezonodwes.com))– Alors que le nombre de cas confirmés de coronavirus augmente dans le monde et que les États et les pays mettent en œuvre des mesures de confinement d’urgence favorisant la distanciation sociale pour ralentir la propagation du coronavirus, ils alimentent les incertitudes qui créent ce que l’on appelle les « achats de panique ». En conséquence, les étagères des magasins se vident plus rapidement qu’elles ne peuvent être réapprovisionnées.

Les consommateurs du monde entier ont fait la queue dans les supermarchés ces dernières semaines pour s’approvisionner en articles allant des désinfectants pour les mains au papier hygiénique en passant par le riz. Selon la FAO, les achats de panique dus à la pandémie de coronavirus pourraient enflammer l’inflation alimentaire mondiale, même s’il existe de nombreuses réserves de céréales de base et d’oléagineux dans les principaux pays exportateurs.

Le riz est une partie importante de l’alimentation haïtienne. Par habitant, Haïti consomme environ 115 livres par an et les prix devraient s’étendre bien après la disparition de la situation COVID-19, car le déficit de la production de riz devrait se poursuivre en 2020.

Sur le marché international, les contrats à terme sur le riz ont renoncé à certains gains en mars à la suite d’une débâcle provoquée par le coronavirus sur les marchés mondiaux des produits de base. Cependant, les changements climatiques tels que les sécheresses, les inondations et les conditions météorologiques irrégulières ont causé des dommages importants aux cultures de riz dans les principaux pays producteurs tels que la Thaïlande et le Vietnam, faisant grimper les prix.

Au Vietnam, le prix du riz a atteint son plus haut niveau depuis novembre 2018, la demande intérieure étant forte, les familles se précipitant pour stocker du riz en prévision de la nouvelle propagation du nouveau coronavirus. Les cours du riz aux États-Unis sont passés à 615 $ / tonne début mars, contre environ 560 $ fin décembre suite au resserrement de l’offre.

Sur le marché local, en particulier à Port-au-Prince et dans les zones métropolitaines, les gens ont du mal à acquérir les produits de première nécessité, dont le riz. Les détaillants sont accusés de marché noir car ils augmentent les prix des marchandises à un niveau excessivement injuste, profitant d’une situation horrible dans un pays où les gens ont du mal à survivre même en temps normal.

Pour limiter cette pratique, le Ministère du Commerce et de l’Industrie prévient tous les commerçants qu’il leur est strictement interdit de profiter de la situation de panique provoquée par l’intrusion de COVID19 dans le pays pour pratiquer la spéculation illicite, c’est-à-dire le « marché noir ».

Roudy Bernadin, économiste
PDG et fondateur d’Haïti Économie
roudybernadin@haitieconomie.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.