François: Que le Seigneur aide les familles en quarantaine à trouver l’amour

0
317

Au cours de la messe à Sainte Marthe, François continue de prier pour les malades et adresse une nouvelle pensée aux familles dans une situation caractérisée par la maladie du coronavirus. Dans son homélie, le Saint-Père a souligné la nécessité d’accepter la simplicité de Dieu pour ne pas tomber dans l’orgueil.

Vatican News

Lundi 16 mars 2020 ((rezonodwes.com))–Le pape François célèbre la messe en direct de la Casa Santa Marta cette semaine encore pour montrer sa proximité avec les fidèles qui ne peuvent pas assister à l’Eucharistie en raison de l’urgence du coronavirus. Ce lundi matin, en introduisant la célébration, il a continué à prier pour les malades et les familles.

«Nous continuons à prier pour les malades. Je pense aux familles, enfermées, les enfants ne vont pas à l’école, peut-être que les parents ne peuvent pas sortir, certains seront en quarantaine. Que le Seigneur les aide à découvrir de nouvelles façons, de nouvelles expressions d’amour, de vivre ensemble dans cette nouvelle situation. C’est une belle occasion de redécouvrir une véritable affection avec la créativité dans la famille. Prions pour la famille, afin que les relations dans la famille dans ces moments soient toujours florissantes pour le bien».

Dans son homélie, François a commenté les lectures du jour tirées du deuxième livre des Rois (2 Rois 5, 1-15) et de l’Évangile de Luc (Lc 4, 24-30).

Vous trouverez ci-dessous le texte de l’homélie selon l’une des transcriptions de Vatican News :

«Dans les deux textes que la liturgie nous fait méditer aujourd’hui, il y a une attitude qui attire l’attention, une attitude humaine, mais pas une attitude de bon esprit : l’indignation. Ces gens de Nazareth ont commencé à entendre Jésus, ils aimaient sa façon de parler, mais quelqu’un a dit : « Mais à quelle université as-tu étudié ? Celui-ci est le fils de Marie et Joseph, celui-ci était charpentier ! Que vient-il nous dire ? » Et les gens étaient indignés. Ils sont entrés dans cette indignation. Et cet outrage les conduit à la violence. Et ce Jésus qu’ils admiraient au début du sermon est expulsé, pour le jeter de la montagne. Ce Naamán, homme de bien, était aussi ce Naamán, également ouvert à la foi, mais lorsque le prophète l’envoya dire de se baigner sept fois dans le Jourdain, il s’en scandalisa. Mais pourquoi ? « Voici, je me disais, il sortira bien debout, il invoquera le nom de l’Éternel son Dieu, il serrera la main vers le malade, et il m’enlèvera ma lèpre. L’Abana et le Parpar, rivières de Damas, ne sont-ils pas meilleurs que toutes les eaux d’Israël ? Ne pourrais-je pas m’y baigner et me purifier ? Il s’est retourné et est parti en colère« . Avec mépris. »

Même à Nazareth, il y avait des gens bien ; mais qu’est-ce qui se cache derrière ces gens bien et qui les conduit à cette attitude d’indignation ? Et à Nazareth, pire encore : la violence. Les habitants de la synagogue de Nazareth et de Naamán pensaient tous deux que Dieu ne se manifestait que dans l’extraordinaire, dans des choses hors du commun ; que Dieu ne pouvait pas agir dans les choses ordinaires de la vie, dans la simplicité. Ils méprisaient les simples. Ils dédaignaient, méprisaient les choses simples.

Et notre Dieu nous fait comprendre qu’Il agit toujours dans la simplicité : dans la simplicité, dans la maison de Nazareth, dans la simplicité du travail quotidien, dans la simplicité de la prière… Les choses simples. Au lieu de cela, l’esprit du monde nous conduit vers la vanité, vers les apparences et tous deux finissent dans la violence : Naaman était très poli, mais il claque la porte au visage du prophète et s’en va. La violence, un acte de violence. Les gens dans la synagogue ont commencé à s’énerver, et ils ont pris la décision de tuer Jésus, mais inconsciemment, et ils l’ont jeté dehors pour le jeter à terre. L’indignation est une vilaine tentation qui conduit à la violence.

On m’a montré, il y a quelques jours, sur un téléphone portable, un film de la porte d’un bâtiment qui était en quarantaine. Il y avait une personne, un jeune homme, qui voulait partir. Et le garde lui a dit qu’il ne pouvait pas. Et il l’a frappé, avec mépris, avec dédain : « Qui es-tu, ‘nègre’, pour m’empêcher de partir ? Le mépris est l’attitude des fiers, mais des pauvres fiers, des fiers avec une affreuse pauvreté d’esprit, des fiers qui ne vivent qu’avec l’illusion d’être plus qu’ils ne sont. C’est une classe spirituelle, des gens qui sont indignés : en effet, ces gens ont souvent besoin d’être indignés, d’être indignés pour se sentir comme une personne.

Cela peut aussi nous arriver : « le scandale pharisien« , comme l’appellent les théologiens, me scandaliser sur des choses qui sont la simplicité de Dieu, la simplicité des pauvres, la simplicité des chrétiens comme, pour dire : « Mais ce n’est pas Dieu. Non, non. Notre Dieu est plus cultivé, il est plus sage, il est plus important. Dieu ne peut pas agir dans cette simplicité« . Et toujours, l’indignation vous conduit à la violence ; à la fois la violence physique et la violence du discours, qui tue comme la violence physique. 

Pensons à ces deux passages, ces deux étapes : l’indignation des gens dans la synagogue de Nazareth et l’indignation de Naamán, parce qu’ils n’ont pas compris la simplicité de notre Dieu.»

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.