La Bolivie rompt ses relations diplomatiques avec Cuba

3
825

Évoquant les «déclarations hostiles» prononcées à son encontre par les autorités cubaines, la Bolivie a pris la décision de suspendre ses relations diplomatiques avec La Havane, a annoncé vendredi l’agence de presse russe Sputniknews.

«les vulgaires mensonges d’une putschiste autoproclamée». Ministre cubain des Affaires Extérieures

Vendredi 24 janvier 2020 ((rezonodwes.com))– Le ministère bolivien des Affaires étrangères a annoncé sa décision de suspendre les relations diplomatiques avec Cuba à partir du vendredi 24 janvier.

«Cette détermination est due aux déclaration récentes et inadmissibles du ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez Parrilla et aux déclarations hostiles et permanentes de Cuba à l’encontre du gouvernement constitutionnel bolivien et de son processus démocratique», indiqué lors d’une conférence de presse le ministre de la Présidence, Yerko Nuñez, qui assume les fonctions de ministre des Affaires étrangères en l’absence dans son pays de la cheffe de la diplomatie, Karen Longaric.

Selon M. Nuñez, la décision a été prise en réaction aux «récentes et inadmissibles déclarations du ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez (…) et à l’hostilité permanente et aux griefs constants de Cuba contre le gouvernement constitutionnel bolivien et son processus démocratique».

Bruno Rodriguez a notamment évoqué mercredi sur Twitter à propos de Mme Añez «les vulgaires mensonges d’une putschiste autoproclamée».

3 COMMENTS

  1. Elle attendait le moment opportun pour s’affirmer… Et aussi paradoxalement que cela puisse paraitre, en agissant comme un politicien haitien (tizè pouvwa), Evo Morales [1] avait travaillé sérieusement à sa perte. Il voulait rester au pouvoir par tous les moyens sans tenir compte de la volonté populaire. Le Référendum du 21 février 2016, avait interdit au président Morales de se présenter aux prochaines élections présidentielles pour un 4e mandat. L’entêtement à l’haitienne, a souvent ces mauvais effets. Que lastima!

    [1] Comme Lula, il avait fait ses dérapages, tout en tentant de ne pas être un SAL nègne du « groupe de Bourdon, » pardon du « groupe de la Paz. »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.