La judicieuse plaidoirie de Martin Luther King, piétinée par les dirigeants détraqués et aveuglés par le militarisme et le matérialisme effrénés

0
216

« Rendre coup pour coup, c’est propager la violence, rendre plus sombre encore une nuit déjà sans étoiles. Or les ténèbres ne peuvent se dissiper par elles-mêmes. C’est la lumière qui les chasse. De même la haine ne supprime pas la haine. Seul l’amour y parviendra. C’est là la beauté de la non-violence : libre d’entraves, elle brise les réactions en chaîne du mal. La haine trouble la vie ; l’amour la rend harmonieuse. La haine obscurcit la vie ; l’amour la rend lumineuse ». Martin L.King

Lundi 20 janvier 2020 ((rezonodwes.com))– Ce Lundi 20 janvier 2020, les portes de l’école et des entreprises publiques américaines sont fermées, dans la perspective d’honorer l’une des âmes divines les plus fascinantes de l’histoire de l’humanité. Par son sens poussé de justice, de liberté, de quête du bonheur et du bien-être collectif, Martin Luther King luttait contre ce qu’il baptisait « le Giant Triplex » : le racisme, le militarisme et le matérialisme.

Discours, marches, conférences, manifestations, sit-in et de multiples missions et rencontres avec des organisations communautaires, le leader charismatique du mouvement de « Montgomery Improvement Association (MIA) », usait maintes approches pour protester, persuader et sensibiliser les avides de pouvoir de la décennie 1950-1960 en interpelant la bonté, la générosité et la charité envers leurs semblables. Farouche opposant de la guerre contre le Vietnam, le révérend King plaidait en faveur d’une juste allocation des ressources humaines et financières, orientées vers des actions d’éradication de la pauvreté au sein des Etats-Unis. Il s’attaquait à un système inique, injuste et inhumain qui encourageait la ségrégation, la discrimination et le lynchage des Noirs. Cette âme magnanime expérimentait injustement la prison, à plusieurs reprises. Il allait rendre l’âme prématurément, à seulement 39 ans, dans la noble entreprise des défenses des droits civils et politiques qui a aujourd’hui produit des fruits succulents, sur de nombreux aspects.

C’est en vertu des sacrifices inestimables du pasteur Martin L. King que les Etats-Unis ont eu le privilège de voir le bureau ovale occupé par l’élégant Barak H. Obama, de souche paternelle Kényane.

L’héritage sacré légué à l’humanité par Martin Luther King a une portée divine et universelle

Aujourd’hui, des femmes et des hommes Noirs dirigent de géantes compagnies et des entreprises américaines; ils enseignent dans les universités les plus prestigieuses, siègent au côté des membres de conseil d’universités. Diplomates, congressmen, maires, gouverneurs, les Noirs s’immiscent à fond dans la vie politique aux Etats-Unis. Médecins, ingénieurs, économistes, artistes et sportifs de renom, cette catégorie autrefois marginalisée, apporte une importante valeur ajoutée dans le social, le culturel et l’économique à la première puissance mondiale.

Il y a environ soixante (60) ans, les droits civils et politiques et l’accès à certains espaces publics étaient interdits aux Noirs. Les métiers et les postes décisionnels n’étaient réservés qu’aux Blancs, peu importe la compétence. En décembre 1955, la brave Rosa Park1 a défié l’ordre injuste établi et a donc été arrêtée, humiliée, battue et maltraitée en raison de son refus justifié de laisser sa place à un Blanc dans un bus public.

A date, des progrès remarquables, résultant des luttes non-violentes pour combattre le racisme et l’exclusion sociale, ont été effectivement réalisés. Droits de vote, droits de fréquenter des écoles, des universités, droits de participer activement à la vie civile et politique ont été accordés à la race de couleur noire. Voir un « Noir », compétent et élégant comme lui seul d’ailleurs, briguer deux mandats consécutifs à la tête de la Maison Blanche, cristallise l’apothéose de la lutte pour l’intégration et l’émancipation de la race Noire, tenue avec véhémence par le révérend Martin Luther King. Cependant, dans l’acception globale de sa vision transcendantale, beaucoup reste encore à faire pour vénérer la mémoire de cette icône mondiale de paix, de justice et du vivre-ensemble sur la planète.

A force d’user à bon escient la dialectique et des arguments irréfutables pour persuader les tortionnaires des méfaits des pratiques discriminatoires, l’Amérique avait fini par accepter les propositions de MLK pour mettre fin aux pratiques d’injustices causées aux hommes et aux femmes de couleur noire.

Il s’est même propagé des externalités positives dans le reste du monde. De nombreux Noirs de l’Afrique, l’Amérique Latine, la Caraïbe, notamment d’Haïti, s’intègrent confortablement aux Etats-Unis pour s’épanouir, étudier, travailler et investir. Ils connaissent des succès époustouflants sur les plans académique, social, artistique, sportif et culturel.

Les œuvres universelles de Martin L. King deviennent un patrimoine mondial qui donne du sens et de l’essence aux projets de justice sociale, d’équité, de paix et de sécurité défendus par les organismes internationaux.

Des milliards de dollars, de puissants chefs d’Etat et des démons derrière le militarisme et le matérialisme aveugles

Le militarisme et le matérialisme déchainés produisent des effets pervers sur la paix dans le monde. Des centaines de milliers de civils anéantis, des milliers de soldats tués, des centaines de milliers de blessés, des multitudes d’amputés, d’innombrables veuves, d’incalculables orphelins, des environnements délabrés, des handicaps physiques et mentaux, maladies, famine, désespoir, pollution, des sans-abris, des maisons détruites. Le funeste tableau dépeint à l’issue des actes de barbaries imputables au militarisme et à son frère jumeau le matérialisme, effraie ceux qui ont un cœur et qui croient que Dieu nous a réservé cette planète pour vivre ensemble, nous aimer et faire avancer ses œuvres, mais pas pour nous entretuer comme des bêtes sauvages.

La liste des dommages et des préjudices causés par les stupides guerres engagées sans pitié par les sociétés dites démocratiques et développées est effrayante. Le militarisme contraste avec les approches qui privilégient les négociations, l’empathie, les perspectives et les volontés de concessions et de compromis. Le rôle des gouvernants devrait plutôt consister à utiliser des stratégies persuasives pour transformer les films d’horreurs entre les nations en des épisodes de romance et d’amour.

Par erreur ou volontairement, des innocents perdent lamentablement leurs vies, laissant de nombreuses familles dans la douleur, la tristesse, l’angoisse et la désolation. A l’Occident, ils détiennent un arsenal garni d’engins spatiaux, d’armes lourdes, de missiles et de ressources humaines, prêtes à se sacrifier, se suicider, pour soi-disant défendre la patrie. A l’Orient, ils prennent un immense plaisir à s’ériger en des kamikazes pour décapiter des adversaires, bombarder des avions, exploser des ambassades. Des deux côtés, la folie des belligérants est immense au point de s’inquiéter d’une fin apocalyptique.

Ils s’en foutent même si des centaines de milliers de civils font l’objet des dommages collatéraux. Si des avions partent en fumée2 avec des Canadiens, des Iraniens et des Ukrainiens, que cela fasse l’objet d’une boite noire qu’ils devront traiter dans des amplifications de morts additionnelles. Cela ne les dérange pas si le petit Vénézuélien ne peut évoluer paisiblement dans son espace vital. Périssent les faibles et les ratés. Que soient semés la confusion, la cacophonie, la pagaille, des élections frauduleuses, des impositions de présidents antidémocratiques et des crises inutiles dans les pays riches en dotation naturelle comme le pétrole, la bauxite, l’iridium, pourvu qu’ils puissent s’y installer pour exécuter leur agenda d’exploitation massive.

Les dirigeants de ces pays capitalistes, prêts à massacrer des vies et polluer l’écologie pour maintenir leur suprématie, sont tombés sur la tête ! Pas certain qu’ils pourraient obtenir une note de 1 sur 10 aux examens de conscience, d’éthique et de justice conçue par le révérend Martin Luther King.

La folle mobilisation dans le militarisme, un énorme coût d’opportunité d’une monstruosité luciférienne

Et si on visait à promouvoir l’arme de la dialectique aux dépens de la dialectique des armes, de nombreuses pertes en vies humaines auraient pu être épargnées.

En 2018, les belligérants de ce monde aveugle et de perversion ont déboursé un montant astronomique de 1822 milliards de dollars pour des dépenses militaires3. Les Etats-Unis détenaient la part du lion, soit 36 % des gaspillages financiers qui allaient se solder en des désastres en pertes en vies humaines, la pollution de l’atmosphère et des animosités entre des nations et des êtres incapables de dresser des objectifs sains de recherche de la paix et la sécurité réelles.

Comme s’il existait une corrélation positive entre l’armement et le classement économique, le plus proche concurrent des Etats-Unis sur l’échiquier des puissances économiques mondiales, avait consacré 255 milliards de dollars dans les dépenses militaires, soit 14% du total des coûts militaires en 2018. La Chine entend ainsi consolider sa puissance en augmentant énormément son coefficient budgétaire dans les entreprises guerrières qui représentent aujourd’hui la moitié dans la région Asie-Océanie. L’Arabie Saoudite, l’Inde, la France, la Russie, l’Allemagne et le Japon représentent également des géants dans les mobilisations des ressources allouées au militarisme.

Le jeu inhumain du militarisme critiqué de manière acerbe par le révérend King, est occulté dans l’histoire de la vie de ce personnage divin. Investir des milliards de dollars dans les guerres implique des désinvestissements dans les actions et les infrastructures publiques, la baisse des portefeuilles pour l’éradication de la pauvreté et la faim et le désintérêt dans l’éradication de l’analphabétisme sur notre planète. Dans son discours sur l’emploi en mars 1968, Dr. King formulait : «  Je doute que le gouvernement soit beaucoup plus préoccupé à remporter une guerre injuste au Vietnam que de mobiliser son énergie à remporter la guerre contre la pauvreté ici, à la maison ».

Le militarisme et le matérialisme exagérés ont la vie dure. Ces pratiques barbares ont des racines profondes, car arrosées par des présidents belliqueux, des haineux et des belligérants assoiffés de pouvoir qui honorent hypocritement l’immortel MLK. En cette date solennelle, ils prononcent hypocritement des discours de paix, de justice et de sécurité. Ce que leur bouche a dit, leurs mains accompliront les actions inverses.

Dans leurs courses effrénées pour ravir les richesses naturelles aux pays moins pourvus en armes nucléaires, ils créent des guerres, des hostilités et des conflits gratuits afin de mobiliser des forces ténébreuses pour opérer des missions chtoniennes face à des adversaires qu’ils ont créés de toute pièce.

Les détraqués ayant accès aux boutons de contrôles des missiles génocidaires détruisent des vies humaines, comme s’il s’agissait de dessins animés. Ils sèment l’amertume, la peur, la terreur ; ils polluent les environnements, ruinent les infrastructures sanitaires et éducatives ; ils propagent des maladies, sèment le deuil et vident la vie de son sens divin. Ils tiennent des discours rassembleurs pour rehausser, dans l’hypocrisie, le mémorial de ce martyr de la justice, de la paix et l’amour ; pourtant dans leurs machinations et leurs agissements politiques, ces dirigeants ne font pas honneur au Dr. Martin Luther King.

Les Etats-Unis et toutes les nations belliqueuses de ce siècle, pratiquent exactement le contraire du message de paix et d’amour qui embaument le parcours terrestre de cet être céleste.

En droite ligne avec les idéaux du révérend MLK, les ressources humaines et les rares richesses matérielles ne devraient pas être gaspillées dans des mobilisations arbitraires de destructions massives d’êtres humains ni à la pollution de l’espace écologique qui est notre habitat. Faisons honneur et rendons un vibrant hommage bien mérité au révérend pasteur Matin Luther King en réalisant le déclic de poursuivre la paix et la sécurité par des approches loyales, des négociations et des communications respectueuses.

Par leurs folles programmations, les principaux acteurs de la machine de destruction massive des êtres humains et de la planète hypothèquent et bousillent les vertus et les valeurs. Les enfants sont inquiets de leur avenir ; les jeunes sont désespérées, les familles sont endeuillées, le système écologique est fragilisé ; la vie est sans saveur.

Dans le souci d’un développement harmonieux et soutenable, Antoine de St Exupéry stipulait : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres ; mais, nous l’avons empruntée à nos enfants ».

Un nouveau paradigme nous est imposé, si nous devons pouvoir nous innocenter au tribunal des évènements tragiques qui accélère la fin du monde. Pour marcher sur les traces de Martin Luther King, une allocation intelligente et judicieuse des ressources humaines et matérielles de la planète, dans la perspective d’éradiquer la pauvreté et de respecter la portée sacrée de la vie humaine, sans distinction de genre, de culture, de nationalité et de couleur de la peau.

Carly Dollin

carlydollin@gmail.com

1 https://theundefeated.com/features/on-this-day-rosa-parks-refused-to-give-up-her-bus-seat-igniting-the-civil-rights-movement/

2 https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1462189/avion-ukraine-airlines-ecrasement-iran-victimes

3 https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/29/les-depenses-mondiales-d-armement-approchent-des-2-000-milliards-de-dollars_5456047_3210.html

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.